Mathilde

Une borgnesse fait l’éducation sexuelle de Louis XIV

C’est Anne d’Autriche en personne, mère de Louis XIV et régente du royaume, qui a dépêché une de ses dames de compagnie auprès de son fils. Sa mission : faire l’éducation sexuelle du jeune souverain. Âgé de 14 ans, il est temps qu’il découvre les plaisirs de la chair !

Florence Nightingale, pionnière des soins modernes

Florence Nightingale est une réformatrice sociale britannique et la fondatrice des soins infirmiers modernes. Elle prend de l’importance lorsqu’elle était gérante et formatrice d’infirmières pendant la guerre de Crimée, au cours de laquelle elle a organisé les soins aux soldats blessés. Elle a donné aux soins infirmiers une réputation favorable et est devenue une icône de la culture victorienne, en particulier dans le personnage de La Dame à la lampe faisant des rondes de soldats blessés durant la nuit.

La part des anges et la part du diable

Lorsque l’on fait vieillir un alcool en fût, comme c’est le cas pour le whisky, une certaine quantité du spiritueux est perdue au cours du vieillissement. Une partie s’évapore : c’est la « part des anges », et une autre est absorbée par le fût : c’est la « part du diable ». Pour les jeunes whiskies, cela représente généralement 2 à 3% du volume initial dans le fût mais pour les bourbons les plus âgés, jusqu’à un tiers du volume initial peut être perdu.

Le b.a.-ba : origine de l’expression

L’expression « c’est le b.a.-ba », que l’on emploie pour désigner les notions élémentaires à savoir sur quelque chose, est tirée de la méthode d’apprentissage de la lecture dite syllabique : celle-ci repose sur la création de sons par assemblage de syllabes. D’où le B et le A qui donnent assemblés BA.

Comment Victor Lustig a-t-il vendu la Tour Eiffel ? Histoire d’une arnaque incroyable !

Rien ne prédestinait Victor Lustig à la carrière d’escroc que fut sa vie. C’est le 4 janvier 1890 que le petit Victor voit le jour à Hostinné, petite ville située sur les bords de la Labe, en Bohême, dans ce qu’on appelait alors l’Empire austro-hongrois. Issu d’une famille bourgeoise, le jeune Lustig fait très tôt preuve d’une certaine facilité à apprendre, notamment les langues, ce qui lui permet de suivre sa scolarité dans les meilleures écoles du cru. À dix-huit ans, l’avenir de Victor semble déjà tout tracé : une carrière d’avocat ou d’homme d’affaires, voire même de haut fonctionnaire. Mais voilà, Lustig est intelligent, très intelligent, et son esprit ne peut se contenter d’une vie aussi bien rangée. Surtout que sa grande ambition est d’être riche, très riche, et pas dans vingt ou trente ans, non, tout de suite.

Le prévôt qui a du embrasser des cadavres sur la bouche pour avoir « trop bien fait son travail »

En novembre 1405, Guillaume de Tigonville, alors Prévôt de la ville de Paris, fait incarcérer à la prison du Châtelet deux malfrats, brigands et malfaiteurs : Jaquet Blondel et Cardin Cabre, tous les deux coupables de plusieurs meurtres qu’ils ont avoués. Les deux jeunes hommes sont torturés puis condamnés à mort par pendaison. Seulement voilà, …

Le prévôt qui a du embrasser des cadavres sur la bouche pour avoir « trop bien fait son travail » Lire la suite »

Retour haut de page