On ne brûle plus les sorcières...

Épisodiquement, des faits divers nous rappellent qu’en différents endroits de la planète, et parfois jusque dans nos campagnes, des pratiques et des rituels de possession et d’envoûtement ont survécu au Moyen Âge. L’exorciste officiel de l’évêché de Paris reçoit encore chaque mercredi de 20 à 30 personnes qui se croient « ensorcelées ».