Un piéton pour signaler les automobiles

Un piéton pour signaler les automobiles

 

Pour limiter les dangers de l’ naissante, le Red Flag Act de 1865 limitait en Angleterre la vitesse à 6 km/h et exigeait la présence d’un muni d’un rouge marchant à 50 mètres devant le véhicule. Cette série de mesures instaurées par le parlement britannique portait également le nom de Locomotive Act, le mot locomotive désignant tout véhicule motorisé.

On craignait que ces véhicules, de plus en plus utilisés de manière agricole ou pour le transport quotidien, n’effraient les chevaux, causent des accidents mortels, bloquent les voies étroites et perturbent la tranquillité nocturne. Ce nouveau type de véhicules était également fort taxé, puisqu’on pensait qu’il serait responsable de la dégradation rapide des routes et des voiries. Cependant, il fut rapidement démontré que, possédant de meilleurs freins, qui ne bloquaient pas les roues, les voitures à vapeurs avaient très peu d’impact sur le délabrement des routes, contrairement aux sabots des chevaux.

L’Emancipation Act supprima, sous la pression de passionnés d’automobiles comme Harry John Lawson, l’obligation du piéton accompagnateur en 1896.