François Reichelt, le parachutiste qui se tua devant les caméras

François Reichelt, le parachutiste qui se tua devant les caméras

Franz Reichelt, alias Frantz Reichelt ou François Reichelt, est un , inventeur et pionnier du parachutisme français né en Autriche et connu aujourd’hui sous le nom de Flying Tailor pour s’être donné la depuis la  en testant une de ses propres conceptions. Reichelt était obsédé par le développement d’un costume pour aviateurs qui se convertirait en et leur permettrait de survivre à une s’ils étaient forcés de quitter leur appareil en plein vol. Les premières expériences menées avec des mannequins abandonnés au cinquième étage de son immeuble avaient été couronnées de succès, mais il était incapable de reproduire ces premiers succès avec ses conceptions ultérieures.

Croyant qu’une plate-forme suffisamment élevée prouverait l’efficacité de son , Reichelt a demandé à plusieurs reprises à la préfecture de police parisienne l’autorisation de procéder à un test depuis la tour Eiffel. Il l’obtint finalement en 1912, mais lorsqu’il arriva à la tour, le 4 février, il expliqua clairement qu’il avait l’intention de sauter personnellement plutôt que de mener une expérience avec des mannequins. Malgré des tentatives pour le dissuader, il s’élança de la première plate-forme de la tour, tout en portant son costume. Le parachute ne parvint pas à se déployer et il décéda d’une chute de 57 mètres. Le lendemain, les journaux étaient remplis d’histoires illustrées sur la mort de l’inventeur téméraire, et le saut était présenté dans les films d’actualités.

Reichelt est né à Wegstädtl, dans le royaume de Bohême, au sein de l’empire austro-hongrois en 1879 et s’est installé à Paris en 1898. Il obtint la nationalité française en 1909, adoptant le prénom François. L’une de ses sœurs est peut-être aussi venue en France et y a épousé un bijoutier, mais les informations parues dans les journaux différaient quant aux détails de la vie de sa famille. Reichelt lui-même n’était pas marié. Il a pris un appartement au 3e étage au 8 rue Gaillon près de l’avenue de l’Opéra à partir de 1907 et a ouvert ce qui allait devenir un succès dans la confection de tenues d’affaires, sa principale clientèle restant des Autrichiens en déplacement à Paris.

À partir de juillet 1910, Reichelt développa un costume de parachute qui n’était pas beaucoup plus volumineux qu’un vêtement normalement porté par un aviateur, mais avec l’ajout de quelques tiges, d’un dais en soie et d’une petite quantité de caoutchouc lui permettant de se plier pour devenir pratique et efficace.

Reichelt semble s’être intéressé à la conception de parachutes après avoir entendu des histoires de morts parmi les premiers aéronautes. Louis-Sébastien Lenormand, en 1783, et Jean-Pierre Blanchard avaient utilisé avec succès des auvents fixes et André-Jacques Garnerin avait inventé une toile sans cadre pour les hautes altitudes, mais en 1910, il n’y avait toujours pas de parachute adapté aux avions qui volaient plus bas. Dans les premiers tests de Reichelt, des mannequins munis d’ailes en soie pliables, tombés du cinquième étage, se posèrent légèrement, mais convertir le prototype en costume portable s’est avéré difficile. Sa conception originale utilisait 6 mètres carrés de matériel pesant environ 70 kilogrammes. La principale organisation aéronautique a refusé d’être testée au motif que la voile était trop faible et a tenté de le dissuader de consacrer du temps à de nouveaux développements. Reichelt a persévéré et a mené des largages expérimentaux — aucun d’entre eux n’ayant abouti — avec des mannequins de la cour de son immeuble, rue Gaillon.

En 1911, un colonel Lalance offre 10 000 francs pour un parachute de sécurité pour aviateurs, soit le double du prix qu’il avait proposé l’année précédente. Le concours était ouvert pendant trois ans et stipulait que l’engin ne devait pas peser plus de 25 kilogrammes. Reichelt a affiné son dessin en réduisant le poids et en augmentant la surface du matériau à 12 mètres carrés. Les tests sont restés infructueux. L’Ouest-Éclair a rapporté qu’en 1911, il avait personnellement sauté de 8 à 10 mètres à Joinville. L’essai a échoué, mais un tas de paille l’a aidé à échapper à sa blessure Le Matin a signalé une tentative à Nogent d’une hauteur de 8 mètres qui a provoqué une jambe cassée. Le Petit Journal a suggéré qu’il avait également effectué au moins deux tests apparemment peu concluants avec des mannequins du premier pont de la tour Eiffel en 1911, mais une entrevue avec l’un des amis de Reichelt dans La Presse indiquait clairement qu’il avait demandé en vain l’autorisation de réaliser l’expérience du haut de la tour Eiffel depuis plus d’un an avant de la recevoir finalement. Il y avait eu d’autres essais de la tour en 1910 et 1911 cependant. Gaston Hervieu, qui a utilisé des mannequins, tentait de perfectionner le parachute pour assurer l’atterrissage en toute sécurité d’un pilote avec tout ou une partie d’un aéronef endommagé. Reichelt a attribué les échecs de ses conceptions au moins en partie aux distances de largage réduites sur lesquelles il avait effectué ses tests. Il tenait donc à avoir l’autorisation d’expérimenter depuis la tour Eiffel.

Au début du mois de février 1912, Reichelt annonça à la presse qu’il l’avait finalement reçue et qu’il allait prochainement mener un saut de la tour Eiffel pour prouver la valeur de son engin.

Le dimanche 4 février à 7 heures, il est arrivé à la tour en voiture avec deux amis. Il portait déjà son costume de parachute. La séquence vidéo le montre modélisant son invention sous sa forme pliée, que Le Gaulois a définie comme « ... seulement un peu plus volumineux qu’un vêtement ordinaire... » La poursuite ne restreignait pas les mouvements lorsqu’il était emballé et Le Petit Parisien a décrit la méthode de déploiement du parachute comme étant aussi simple que de former une croix avec le corps et les bras. Une fois étendue, la tenue ressemblait à « un manteau avec un très grand capuchon de soie » selon Le Temps. L’Action française a rapporté que Reichelt avait indiqué que la surface de la conception finale était de 30 min 2 s avec une hauteur d’auvent de 5 mètres alors que Le Figaro estimait qu’elle pouvait atteindre 32 mètres carrés. La Croix a affirmé que la combinaison pouvait peser aussi peu que 9 kilogrammes. Le temps était froid, avec des températures inférieures à 0 °C, et il y avait une forte brise qui souffle sur le Champ de Mars.

Certains officiers étaient présents pour maintenir l’ordre, la préfecture parisienne ayant donné à Reichelt le feu vert. Après le décès de Reichelt, Louis Lépine, qui, en tant que préfet de police, était finalement responsable de l’accord, a publié une déclaration indiquant que, même s’il autorisait systématiquement des expériences menées à partir de la tour Eiffel, il était entendu dans ces cas que les mannequins seraient utilisés. Dans le cas de Reichelt, ils avaient donné leur feu vert au seul motif qu’il effectuerait des largages factices et ils ne l’auraient en aucun cas autorisé à poursuivre s’ils avaient su qu’il ferait le test lui-même. Lépine a assuré à La Croix qu’il n’avait jamais signé un ordre qui permettait un essai humain en direct. Cependant, dès son arrivée, Reichelt a clairement indiqué qu’il avait le souhait de sauter lui-même. Selon un entretien ultérieur avec l’une des personnes qui l’accompagnaient dans la tour, c’était une surprise pour tout le monde, car Reichelt avait dissimulé son intention jusqu’au dernier moment. Ses amis ont essayé de le persuader d’utiliser des mannequins dans l’expérience, en l’assurant qu’il aurait d’autres occasions de faire le saut lui-même. Comme cela ne l’a pas impressionné, ils ont souligné la force du vent et déclaré qu’il devrait annuler l’essai pour des raisons de sécurité, ou au moins attendre que la météo se calme. Ils ont été incapables de secouer sa résolution. Apparemment découragé par l’échec de ses tests précédents, il a expliqué aux pigistes du Petit Journal qu’il était totalement convaincu que son appareil fonctionnerait bien. Lorsqu’on lui a demandé s’il envisageait de prendre des précautions supplémentaires, telles que l’utilisation d’une corde de sécurité, il a répondu par la négative, puisqu’il avait l’intention de faire entièrement confiance à son parachute :

I want to try the experiment myself and without trickery, as I intend to prove the worth of my invention.

Hervieu, qui a assisté à la manifestation, a également tenté de le dissuader de faire le saut. Il craignait que le parachute ait besoin de plus de temps pour s’ouvrir complètement que les quelques secondes laissées par la chute depuis la première plate-forme, et il a également présenté d’autres objections techniques auxquelles Reichelt ne pouvait pas fournir de réponse satisfaisante. Reichelt a finalement répliqué que :

You are going to see how my seventy-two kilos and my parachute will give your arguments the most decisive of denials.

À la demande de Reichelt, la police avait suspendu les cordes entre les jambes de la tour afin d’empêcher les foules de se répandre sur la zone d’atterrissage et aux escaliers qui menaient à la première plate-forme.

Selon Le Petit Parisien, la première montée de Reichelt au premier étage a été bloquée par un gardien nommé Gassion, qui avait été témoin de gouttes fictives antérieures infructueuses et craint que la tentative de Reichelt mette fin au désastre, bien que Le Figaro a rapporté qu’il n’avait simplement pas reçu une copie de la commande et a dû attendre confirmation téléphonique de ses supérieurs. Malgré la résistance du gardien, le problème était réglé à 8 heures du matin : Reichelt, visiblement ébranlé par sa dispute avec le garde, fut autorisé à monter dans la tour avec ses deux amis et un directeur de la photographie. Alors qu’il escaladait l’escalier, il s’arrêta, se retourna vers la foule, leva la main et leur souhaita un joyeux « À bientôt ». Ses amis ont continué à essayer de le faire sortir du saut, mais Reichelt était très déterminé. À 8 h 22, observé par une trentaine de journalistes et de curieux, il s’est préparé — face à la Seine — sur un tabouret posé sur une table de restaurant à côté du garde-corps intérieur du premier pont de la tour, un peu plus de 57 mètres au-dessus du sol. Après avoir ajusté son appareil avec l’aide de ses amis et vérifié la direction du vent en jetant un morceau de papier pris dans un petit livre, il a placé un pied sur la glissière de sécurité, a hésité pendant environ 40 secondes, puis a avancé vers l’extérieur. Selon Le Figaro, il était calme et souriant. Son parachute, qui semblait être à moitié ouvert, s’est enroulé presque immédiatement autour de lui et il est tombé pendant quelques secondes avant de heurter le sol gelé au pied de la tour.

Le Petit Parisien a déclaré que sa jambe et son bras droit étaient écrasés, que son crâne et sa colonne vertébrale étaient brisés et qu’il saignait de la bouche, du nez et des oreilles. Le Figaro a noté que ses yeux étaient grands ouverts et dilatés. Il était déjà décédé au moment où les spectateurs se sont précipités sur son corps, mais il a été emmené à l’hôpital Necker où il a été officiellement déclaré mort, puis au poste de police de la rue Amélie avant d’être ramené à son domicile.

Le lendemain, les médias étaient pleins de l’histoire de « l’expérience tragique », accompagnée de photographies. Au moins quatre journaux, Le Petit ParisienL’HumanitéLe Matin et La Croix ont montré le saut fatal. Le film de la tentative comprenant des images du corps en train d’être enlevé et des spectateurs mesurant la profondeur du trou créé par son impact, a été distribué par des agences de presse. Les rapports initiaux spéculaient sur l’état d’esprit de Reichelt : aucun ne supposait qu’il était suicidaire, mais beaucoup l’appelaient téméraire ou insensé. Un journaliste de Le Gaulois a suggéré que seulement la moitié du terme génie fou s’appliquait à cet homme — bien que le même reportage inclue une interview d’un de ses amis, qui affirmait que le tailleur s’était senti obligé de faire une démonstration spectaculaire pour attirer des sponsors. Ce décès fut le premier à résulter d’un accident de ce type depuis la mort de Charles Leroux lors d’une manifestation à Tallinn en 1889. En fait, le 2 février 1912 — deux jours avant le saut fatal — un Américain, Frederick R. Law, avait réussi à se parachuter depuis la plate-forme d’observation du flambeau de la statue de la Liberté. Le 6 février, La Croix ajouta une note au rapport sur le décès de Reichelt : une autre expérience devait avoir lieu les 18 ou 25 du même mois à Juvisy-sur-Orge. L’aviateur Camille Guillaume envisageait de sauter de son Blériot à une hauteur de 300 mètres pour tester une nouvelle conception d’engin.

Après la mort de Reichelt, les officiers de police hésitaient à laisser faire des expériences sur la tour Eiffel. Bien qu’ils aient continué à accorder des autorisations pour les mannequins, certains inventeurs pleins d’espoir se sont vus refuser les essais et même les applications aéronautiques n’impliquant pas Paris ont fait l’objet d’un nouvel examen. Plus récemment, la tour a été le théâtre de nombreux essais illicites. Un Norvégien est décédé en 2005 après avoir perdu son auvent en tentant un saut promotionnel pour une entreprise de confection. Un coup autorisé pour le film de James Bond de 1985, A View To a Kill, a été couronné de succès.