Inventions

Le chemin de fer : un monde spécifique

Réticences vaincues À l’avènement de Louis Napoléon, la France comptait 1950 kilomètres de voies ferrées et, en 1883, 18000. Pour réaliser cette prouesse, il avait fallu venir à bout des réticences de Thiers, persuadé que le rail n’avait aucun avenir, et surtout d’Arago, qui agitait l’épouvantail des maladies qui guettaient les voyageurs : pleurésie, épilepsie, explosion de la locomotive… Mais Napoléon avait lui-même donné l’exemple en revenant de Nice dans

Le "moustique" qui a gagné la guerre

L’avion britannique Mosquito a joué un rôle décisif pendant la Seconde Guerre mondiale, car il était un des avions les plus rapides de l’époque, et un des meilleurs bombardiers. Pourtant, en terme technologique, il était assez rudimentaire, car il était presque entièrement construit en bois contre-plaqué, ce qui en fit également le premier avion furtif de l’Histoire.

Quand Napoléon "invente" la boite de conserve

Napoléon a indirectement contribué à l’invention des conserves : pendant ses campagnes, le scorbut causait de lourdes pertes aux troupes. En 1795, le gouvernement promit une récompense contre un procédé pour conserver les aliments frais et sains. 15 ans après, le prix était décerné à Nicolas Appert. On utilise encore son procédé, l’appertisation, aujourd’hui.

Un piéton pour signaler les automobiles

Pour limiter les dangers de l’automobile naissante, le Red Flag Act de 1865 limitait en Angleterre la vitesse à 6 km/h et exigeait la présence d’un piéton muni d’un drapeau rouge marchant à 50 mètres devant le véhicule. On craignait entre autre qu’ils n’effraient les chevaux et causent de graves accidents. L’Emancipation Act supprima en 1896 l’obligation du piéton accompagnateur.

Treize... à la douzaine !

De nos jours encore de nombreux produits (tels que les oeufs, les yaourts…) se comptent à la douzaine. Ceci est un héritage des commerçants du Moyen âge : douze était le nombre de phalanges sur une main que l’on peut compter avec le pouce de la même main. Ce nombre est en outre divisible par 2,3,4 et 6 ce qui rend plus facile la constitution de parts.

Jean-Joseph Merlin, l’homme qui mit des « roulettes à ses chaussures »

  La première apparition des patins à roulettes eut lieu en 1759 grâce à Jean-Joseph Merlin, un inventeur belge originaire de la ville de Huy, excentrique. Cet homme eut en effet la brillante idée d’adapter le patinage sur glace à la terre ferme en fixant des rouleaux en métal en ligne sous une plaque en bois. Mais l’histoire des patins à roulettes aurait pu s’interrompre brutalement car l’inventeur, maitrisant mal

Un métro secret à New York

  En 1904, le métro moderne a vu le jour à New York et a été officiellement ouvert, changeant la ville pour toujours ! Cependant, fait méconnu par la majorité, il ne s’agissait pas du tout premier métro ! En effet, à cause des embouteillages insoutenables à Broadway, Alfred Ely Beach (jeune propriétaire du nouveau magasine Scientific American) a eu une brillante idée : et pourquoi ne pas construire un réseau de chemins

Escalier et horloge !

  Les escaliers en colimaçon des châteaux forts sont en montée dans le sens des aiguilles d’une montre pour une raison militaire défensive : l’épée étant portée à droite, l’ennemi qui montait avait des difficultés à effectuer des mouvements amples contrairement à celui qui lui faisait face. Cette asymétrie force l’épéiste droitier à engager le brochet central et à dégrader sa mobilité par rapport au défenseur qui fait face aux escaliers. On

Un trottoir nommé "Avenir"

  L’Exposition Universelle de 1900 à Paris a vu s’installer de nombreuses innovations. Parmi celles-ci, un trottoir roulant, appelé « rue de l’Avenir » était installé et faisait un tour de trois kilomètres et demi avec dix stations différentes. Il a été construit par les ingénieurs américains Schmidt et Silsbee, inventeurs du trottoir roulant lors de l’Exposition universelle de 1893 (Columbian’s Wolrd Fair) à Chicago, dans l’Illinois. Le trottoir principal avançait à

Des phares pour diriger… les avions !

Dans les années 20, afin de pouvoir distribuer rapidement le courrier, on développa tout un réseau de phares aéronautiques pour permettre à la navigation aéronautique de s’effectuer de nuit ou en temps de brouillard, de phare en phare. Ils étaient dans un premier temps destinés à l’aéropostale et aux premières lignes régulières entre Londres et Paris. Ils étaient allumés peu de temps avant le passage de l’avion par un habitant