39-45

Tireuse d’élite soviétique, amie d’Éléonore Roosevelt, femme.

Sorti en 2015, le film Battle for Sevastopol rappelait au monde les exploits de la meilleure tireuse d’élite de la Seconde Guerre mondiale, ou, comme les Russes aiment l’appeler, la Grande Guerre patriotique : Lioudmila Mikhaïlovna Pavlitchenko. Touchant, bien réalisé, ce drame met en avant la vie de l’héroïne de guerre dans les tranchées, d’Odessa et de Sébastopol.

Et si on mangeait des Gauff' au Suc' ?

En famille ou entre amis, de Liège ou de Bruxelles, au sucre ou au chocolat, les gaufres belges sont une véritable institution ! Pour ne rien laisser au hasard dans la préparation de ces delicatessen bien gourmandes, pensez à vous approprier les indispensables. Ne vous manque-t-il rien ? Achetez ce dont vous avez besoin en quelques clics ! Avis de transparence Certains liens sont des liens affiliés. Autrement dit, nous

La légende du mage de Staline

Wolf Grigorievitch Messing constitue l’un des personnages les plus énigmatiques du XXe siècle. Ses contemporains, qui assistèrent en de nombreuses occasions à la démonstration de ses facultés extraordinaires, le décrivirent à la fois comme un hypnotiseur, un médium et un devin. Ces derniers prétendaient ainsi qu’il était capable de lire dans l’esprit des gens, et de leur insinuer n’importe quelle idée. Les mythes et légendes qui entourent ce personnage sont donc nombreux et divers.

Le prisonnier qui parlait l’allemand

Il s’appelait Charles Joseph Coward, n’avait rien d’un lâche et fut même un exemple de courage. Qui l’eut cru avec un tel patronyme ? Citoyen britannique, il s’engage dans l’armée en 1937, à l’âge de 32 ans. Il sert dans le régiment d’Artillerie quand éclate la Seconde Guerre mondiale en 1939. Le 21 mai 1940, les Allemands prennent le port de Calais. Les Alliés battent en retraite et les forces armées britanniques fuient le pays par le port de Dunkerque. Nombre d’entre eux en réchappent juste à temps, mais les moins chanceux sont faits prisonniers. C’est le cas de Charles Coward, qui est alors fait prisonnier de guerre et envoyé au camp de travail de Stalag VIII, dans le sud de la Pologne actuelle.

Les Sorcières de la nuit

Il fait nuit noire et le ciel est zébré, au loin, par les tirs ennemis. Nadejda Popova, comme ses compagnes de vol, sent le gel lacérer son visage, à cette altitude. Ses pieds sont froids, à ne plus pouvoir remuer les orteils mais elle vole, vaille que vaille. Son uniforme n’est qu’une récupération de celui d’un ancien soldat et son avion à peine plus solide qu’une maquette de papier. Mais elle est une « Nachthexen », une Sorcière de la nuit, redoutée par l’ennemi nazi.

Yang Kyoungjong : l’homme des trois fronts

Il est de ces destins qui, loin de ne causer que stupéfaction, suscitent en celui qui s’y intéresse la plus profonde admiration. En ce sens, l’Histoire regorge de ces hommes qui, par leurs décisions, leurs actes, leurs aventures et leurs épopées, illustrèrent des périodes entières de notre passé universel et éclairèrent les plus sombres époques.

Pas de pain frais pour les Anglais !

Durant la Seconde Guerre mondiale, le rationnement fut mis en place au Royaume-Uni, notamment pour le pain bien que l’essence était le premier produit de consommation à être contrôlé. Les légumes et les fruits frais n’étaient pas rationnés, mais les fournitures étaient limitées.