39-45

Vivre pendant la Seconde Guerre mondiale

La faim justifie les moyens La ration officielle, qui évitait la famine, coûtait seulement 6 francs par jour environ, mais elle ne fournissait que 1200 calories, soit la moitié de ce qui était consommé en 1939. Dès lors, le vol de tickets de rationnement, parfois perpétré dans une violence inouïe, apparut d’autant plus scandaleux. Le 25 juin 1842, devant la mairie du XIIe arrondissement, quatre individus sortirent de la file,

Vie de prisonniers pendant la Seconde Guerre mondiale

Evasion spectaculaire En France, durant l’été 40, pour leurrer les prisonniers sur la destination des wagons dans lesquels ils les avaient embarqués, les Allemands laissaient bien souvent les portes ouvertes et exhibaient les drapeaux français et allemands, fixés au bout du train. Beaucoup se laissèrent duper, riant et hurlant le chant des libérés. Mais l’un d’eux, moins naïf, bouscula la sentinelle de son wagon et, au passage du pont de

Anecdotes sur le débarquement en Normandie

Aviateurs noyés par prudence Le soir du 5 juin 44, des dizaines d’avions chargés de bombes décollèrent l’un après l’autre des côtes de l’Angleterre, à intervalle d’une minute. À l’approche des côtes françaises, pour éviter d’être repéré par l’ennemi, l’éclairage des avions devait être réduit au minimum: la luminescence du tableau de bord et la lampe individuelle. Pour la même raison, tout contact par radio entre appareils était interdit, même

Marcel Petiot : un monstre psychopathe

Un jeune délinquant déjà délinquant dans sa jeunesse Marcel Petiot (1897-1946) fut, dit-on, un gentil bambin. À l’âge de 2 ans, ses parents le confièrent à une brave femme surnommée «l’Henriette». Lorsqu’il lui caressait le visage, il la pinçait subitement jusqu’au sang. Son premier jouet fut un jeune chat à qui il fit subir les pires tortures. Un jour, en le tenant par la peau du cou, il lui plongea

L’appel du 18 juin : pourquoi ne fut-il ni historique ni important ?

Le moment d’Histoire pour beaucoup concernant 39-45 et la Résistance française… Faites résonner les trompettes, la France se rassemble et, comme un seul homme, se lance à l’assaut des hordes teutonnes avec dans la tête la voix grave « du Général ». Et pourtant… Pourtant on a tout faux si l’on pense cela : ce fameux appel du 18 juin personne ou presque ne l’a entendu… lors de sa première

Les Américaines durant la Seconde Guerre mondiale

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, ce sont quelque 350 000 femmes qui servent au sein de l’Armée américaine, que ce soit sur le territoire américain ou à l’étranger. Parmi elles, les pilotes du service féminin de l’Armée de l’air (Women’s Airforce Service Pilots, appelées WASPs), qui ont reçu la prestigieuse récompense de la médaille d’or du Congrès américain. Au même moment, l’enrôlement massif des hommes crée un vide béant dans la main-d’œuvre industrielle. Entre 1940 et 1945, le pourcentage de femmes dans l’Armée américaine passe de 27 à presque 37 % et, en 1945, c’est presque une femme mariée sur quatre qui travaille hors du foyer familial.

Opération Greif, le "Fortitude" des Allemands

Les Alliés ne sont pas les seuls à avoir mené des opérations de désinformation et de diversion durant la Seconde Guerre mondiale. Pendant l’offensive Alliée des Ardennes, dans le cadre de l’opération Greif, plusieurs chars allemands furent déguisés en chars américains et les soldats les accompagnant étaient vêtus d’uniformes américains et parlaient anglais. L’objectif était de s’emparer de ponts stratégiques, mais ce fut globalement un échec, à l’inverse de l’opération Fortitude Alliée.

Le "moustique" qui a gagné la guerre

L’avion britannique Mosquito a joué un rôle décisif pendant la Seconde Guerre mondiale, car il était un des avions les plus rapides de l’époque, et un des meilleurs bombardiers. Pourtant, en terme technologique, il était assez rudimentaire, car il était presque entièrement construit en bois contre-plaqué, ce qui en fit également le premier avion furtif de l’Histoire.