Pas de pain frais pour les Anglais !

Pas de pain frais pour les Anglais !

 

Durant la Seconde mondiale, le fut mis en place au Royaume-Uni, notamment pour le bien que l'essence était le premier produit de consommation à être contrôlé. Les légumes et les fruits frais n'étaient pas rationnés, mais les fournitures étaient limitées. Certains types de fruits importés ont pratiquement disparu. Les citrons et les bananes sont devenus inaccessibles pendant la majeure partie de la guerre. les oranges continuaient à être vendues, mais les primeurs les réservaient habituellement aux enfants et aux femmes enceintes, qui pouvaient prouver leur statut en montrant leurs carnets de rationnement. D'autres fruits cultivés dans le pays, tels que les pommes, apparaissaient encore de temps en temps, mais là encore, les vendeurs imposaient leurs propres restrictions, de sorte que les clients n'étaient souvent pas autorisés à acheter, par exemple, plus d'une pomme chacun. Beaucoup de gens ont cultivé leurs propres légumes, grandement encouragés par la campagne "Dig on for Victory" (que l'on pourrait traduire par "cultiver pour la victoire").

Il était d'ailleurs interdit de mettre du pain frais à la consommation, car il était mangé trop rapidement et de manière irrationnelle. Il n'y avait donc pas, à proprement parler, de rationnement sur le pain (si ce n'est après l'Armistice), mais le pain servi était moins frais (un pain frais était également difficile à couper en tranches fines) et sa recette était différente. À la place du traditionnel pain blanc, les consommateurs recevait un pain à pâte grise, moins digeste et méprisé par la plupart des foyers.

Le pain anglais de la Seconde Guerre mondiale, bien qu'il puisse être consommé, était donc rassis et gris !