Editions Jourdan sur Amazon.fr

1938 : Le canular radiophonique d’Orson Welles qui affola les Etats-Unis

Crédit Image : AP/SIPA

Le 30 octobre 1938, Orson Welles décide d’interpréter La Guerre des Mondes sur les ondes de la radio CBS, mais malgré les avertissements en début d’émission, des milliers d’Américains paniquèrent en croyant à une réelle invasion extraterrestre. Le Président Roosevelt convoqua même l’armée.

Bien que cette vague de panique fut largement exagérée par les médias de l’époque, le canular radiophonique d’Orson Welles est considéré comme le plus retentissant de par l’émotion qu’il engendra.

La guerre des mondes est un roman de science-fiction de l’auteur anglais HG Wells, publié pour la première fois en 1897 par Pearson’s Magazine au Royaume-Uni et par le magazine Cosmopolitan aux États-Unis. La première apparition du roman en couverture rigide remonte à 1898 par l’éditeur William Heinemann de Londres. Écrit entre 1895 et 1897, c’est l’une des premières histoires à détailler un conflit entre l’humanité et une race extraterrestre. Le roman est le récit à la première personne d’un protagoniste sans nom à Surrey et de son jeune frère à Londres alors que le sud de l’Angleterre est envahi par les Martiens. Le roman est l’une des œuvres les plus commentées du canon de la science-fiction.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

L’intrigue est liée à la littérature d’invasion de l’époque. Le roman est interprété de diverses manières comme un commentaire sur la théorie de l’évolution, l’impérialisme britannique et généralement les superstitions, les peurs et les préjugés victoriens. Wells déclare que l’intrigue est née d’une discussion avec son frère Frank sur l’effet catastrophique des Britanniques sur les indigènes de Tasmanie. Que se passerait-il, se demande-t-il, si les Martiens font à la Grande-Bretagne ce que les Britanniques ont fait aux Tasmaniens ? Les Tasmaniens, cependant, manquent d’agents pathogènes mortels pour vaincre leurs envahisseurs. Au moment de la publication, il est classé comme une romance scientifique, comme le roman précédent de Wells, The Time Machine.

La guerre des mondes est à la fois populaire et influente, engendrant une demi-douzaine de longs métrages, des dramatiques radiophoniques, un album record, diverses adaptations de bandes dessinées, un certain nombre de séries télévisées et des suites ou des histoires parallèles par d’autres auteurs. Il est dramatisé de manière mémorable dans une émission de radio de 1938 qui aura provoqué la panique du public parmi les auditeurs qui ne savent pas que l’invasion martienne est de la fiction. Le roman influence même le travail de scientifiques, notamment Robert H.Goddard, qui, inspiré par le livre, invente à la fois la fusée à carburant liquide et la fusée à plusieurs étages, qui aboutissent à l’atterrissage sur la lune d’Apollo 11, 71 ans plus tard.

Pourtant, à travers le gouffre de l’espace, les esprits qui sont à nos esprits comme les nôtres le sont à ceux des bêtes qui périssent, des intelligences vastes et froides et antipathiques, ont regardé cette terre avec des yeux envieux, et ont lentement et sûrement dessiné leurs plans contre nous.

-  HG Wells, La guerre des mondes

Le récit s’ouvre en déclarant que, alors que les humains sur Terre s’occupent de leurs propres efforts au milieu des années 1890, les extraterrestres sur Mars commencent à comploter une invasion de la Terre parce que leurs propres ressources diminuent. Le Narrateur est invité à un observatoire astronomique à Ottershaw où des explosions sont vues à la surface de la planète Mars, ce qui suscite beaucoup d’intérêt dans la communauté scientifique. Des mois plus tard, un soi-disant météore atterrit sur Horsell Common, près de la maison du narrateur à Woking, Surrey. Il est parmi les premiers à découvrir que l’objet est un cylindre artificiel qui s’ouvre, dégorgeant des martiens gros et grisâtres à peau brune grasse, de la taille peut-être d’un ours, chacun avec deux de grands yeux foncés et des bouches en forme de V sans lèvres qui coulent de la salive et sont entourées de deux groupes de tentacules de Gorgone. Le Narrateur les trouve à la fois vitaux, intenses, inhumains, estropiés et monstrueux. Ils émergent brièvement, mais ont du mal à faire face à l’atmosphère terrestre et à la gravité, et donc se retirent rapidement dans leur cylindre.

Une députation humaine s’approche du cylindre avec un drapeau blanc, mais les Martiens les incinèrent ainsi que d’autres à proximité avec un rayon de chaleur avant de commencer à assembler leurs machines. Les forces militaires arrivent cette nuit-là pour encercler le commun, y compris les canons Maxim. La population de Woking et des villages environnants est rassurée par la présence de l’ armée britannique. Une journée tendue commence, avec beaucoup d’anticipation de la part du narrateur d’une action militaire.

Après de violents tirs du commun et des dommages causés à la ville par le rayon de chaleur qui éclate soudainement en fin d’après-midi, le Narrateur emmène sa femme en lieu sûr à Leatherhead, où vit son cousin, en utilisant une charrette à deux roues louée. Il retourne ensuite à Woking pour rendre la charrette quand aux petites heures du matin, un violent orage éclate. Sur la route au plus fort de la tempête, il a sa première vue terrifiante d’une machine de combat martienne en mouvement rapide. Paniqué, il s’écrase sur la charrette à cheval, échappant à peine à la détection. Il découvre que les Martiens ont assemblé d’imposantes machines de combat à trois pattes, chacune armée d’un rayon thermique et d’une arme chimique : la fumée noire toxique. Ces trépieds anéantissent les unités de l’armée positionnées autour du cylindre et attaquent et détruisent la majeure partie de Woking. S’abritant dans sa maison, le narrateur voit se déplacer dans son jardin un artilleur en fuite, qui raconte plus tard au narrateur ses expériences et mentionne qu’un autre cylindre atterrit entre Woking et Leatherhead, ce qui signifie que le Narrateur est maintenant coupé de sa femme. Les deux tentent de s’échapper via Byfleet juste après l’aube, mais sont séparés au Shepperton à Weybridge Ferry lors d’une attaque martienne l’après-midi sur Shepperton.

L’une des machines de combat martiennes est abattue dans la Tamise par l’artillerie alors que le Narrateur et d’innombrables autres tentent de traverser la rivière dans le Middlesex, et les Martiens se retirent dans leur cratère d’origine. Cela donne aux autorités de précieuses heures pour former une ligne de défense couvrant Londres. Après la répulsion temporaire des Martiens, le Narrateur est capable de flotter sur la Tamise en bateau vers Londres, s’arrêtant à Walton, où il rencontre pour la première fois le curé, son compagnon pour les semaines à venir.

Vers le crépuscule, les Martiens renouvellent leur offensive, brisant la ligne de défense des canons de siège et de l’artillerie de campagne centrée sur Richmond Hill et Kingston Hill par un bombardement généralisé de la fumée noire. Un exode de la population de Londres commence. Cela inclut le jeune frère du Narrateur, un étudiant en médecine, qui s’enfuit dans l’ Essexcôte, après l’ordre soudain et paniqué, avant l’aube, d’évacuer Londres est donné par les autorités, lors d’un voyage terrifiant et déchirant de trois jours, parmi des milliers de réfugiés similaires en provenance de Londres. Le frère rencontre Mme Elphinstone et sa jeune belle-sœur, juste à temps pour les aider à repousser trois hommes qui tentent de les voler. Le mari de Mme Elphinstone étant porté disparu, les trois continuent ensemble.

Après une lutte terrifiante pour traverser une masse de réfugiés sur la route de Barnet, ils se dirigent vers l’est. Deux jours plus tard, à Chelmsford , leur poney est confisqué pour la nourriture par le Comité local de l’approvisionnement public. Ils se pressent vers Tillingham et la mer. Là, ils parviennent à acheter le passage vers l’Europe continentale sur un petit bateau à aubes , faisant partie d’une vaste foule de navires rassemblés au large de la côte d’Essex pour évacuer les réfugiés. Le bélier torpilleur HMS Thunder Child détruit deux trépieds d’attaque avant d’être détruit par les Martiens, bien que cela permette à la flotte d’évacuation de s’échapper, y compris le navire transportant le frère du Narrateur et ses deux compagnons de voyage. Peu de temps après, toute résistance organisée a cessé et les Martiens errent sans entrave dans le paysage brisé.

Au début du livre deux, le narrateur et le curé pillent des maisons à la recherche de nourriture. Au cours de cette excursion, les hommes assistent à l’entrée d’une machine de manutention martienne à Kew, saisissant toute personne trouvée et la jetant dans un grand support métallique qui se projette derrière lui, comme un panier d’ouvrier pend au-dessus de son épaule, et le narrateur se rend compte que les envahisseurs martiens peuvent avoir un but autre que la destruction pour leurs victimes. Dans une maison à Sheen, un éclat aveuglant de lumière verte et une forte commotion cérébrale assistent à l’arrivée du cinquième cylindre martien, et les deux hommes sont piégés sous les ruines pendant deux semaines.

Les relations du Narrateur avec le curé se détériorent avec le temps, et finalement il l’assomme pour faire taire ses élucubrations maintenant bruyantes. Mais le curé est entendu à l’extérieur par un Martien, qui finit par enlever son corps inconscient avec l’un de ses tentacules de machine de manipulation. Le lecteur est alors amené à croire que les Martiens effectueront une transfusion fatale du sang du curé pour se nourrir, comme ils l’ont fait avec d’autres victimes capturées vues par le Narrateur à travers une petite fente dans les ruines de la maison. Le Narrateur échappe à peine à la détection du tentacule de recherche de nourriture retourné en se cachant dans la cave à charbon adjacente.

Finalement, les Martiens abandonnent le cratère du cylindre, et le Narrateur émerge de la maison effondrée où il avait observé les Martiens de près pendant son épreuve. Il s’approche alors de l’ ouest de Londres. En route , il trouve de l’ herbe rouge martienne partout, une végétation épineuse qui se répand partout où il y a de l’eau en abondance. Sur Putney Heath, il rencontre à nouveau l’artilleur, qui le persuade d’un plan grandiose pour reconstruire la civilisation en vivant sous terre. Mais, après quelques heures, le Narrateur perçoit la paresse de son compagnon et l’abandonne. Maintenant dans un Londres désert et silencieux, il commence lentement à devenir fou de son traumatisme accumulé, essayant finalement de mettre fin à tout cela en s’approchant ouvertement d’une machine de combat stationnaire. À sa grande surprise, il découvre que tous les Martiens ont été tués par un assaut d’ agents pathogènes terrestres, auxquels ils n’avaient aucune immunité : tué, après l’échec de tous les dispositifs de l’homme, par les choses les plus humbles que Dieu, dans sa sagesse, a mises sur cette terre.

Le Narrateur continue, souffrant finalement d’une dépression nerveuse brève mais complète, qui l’affecte pendant des jours. Il est soigné par une famille aimable. Finalement, il est capable de revenir en train à Woking via un patchwork de voies nouvellement réparées. Chez lui, il découvre que sa femme bien-aimée a survécu, quelque peu miraculeusement. Dans le dernier chapitre, le Narrateur réfléchit à la signification de l’invasion martienne et au sentiment permanent de doute et d’insécurité qu’elle laisse dans son esprit.

La guerre des mondes se présente comme un récit factuel de l’invasion martienne. Le Narrateur est un écrivain de classe moyenne d’articles philosophiques, rappelant quelque peu le docteur Kemp dans The Invisible Man, avec des caractéristiques similaires à celles de l’auteur Wells au moment de la rédaction de cet article. Le lecteur en apprend très peu sur le contexte du Narrateur ou même de quiconque dans le roman. La caractérisation est sans importance. En fait, aucun des personnages principaux n’est nommé, à part l’astronome Ogilvy.

Wells suit une formation de professeur de sciences dans la seconde moitié des années 1880. L’un de ses professeurs est Thomas Henry Huxley, célèbre comme un grand défenseur du darwinisme. Plus tard, il enseigne la science et son premier livre est un manuel de biologie. Il rejoint la revue scientifique Nature en tant que critique en 1894. Une grande partie de son travail est remarquable pour rendre les idées contemporaines de la science et de la technologie facilement compréhensibles aux lecteurs.

Les fascinations scientifiques du roman sont établies dans le chapitre d’ouverture où le Narrateur regarde Mars à travers un télescope, et Wells offre l’image des Martiens supérieurs ayant observé les affaires humaines, comme s’ils observaient de minuscules organismes à travers un microscope. Ironiquement, ce sont des formes de vie microscopiques sur Terre qui s’avèrent finalement mortelles pour la force d’invasion martienne. En 1894, un astronome français observe une lumière étrange sur Mars et publie ses découvertes dans la revue scientifique Nature le 2 août de cette année. Wells utilise cette observation pour ouvrir le roman, imaginant ces lumières comme le lancement des cylindres martiens vers la Terre.

L’astronome américain Percival Lowell publie le livre Mars en 1895, suggérant que les caractéristiques de la surface de la planète observées à l’aide de télescopes pourraient être des canaux. Il émet l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de canaux d’irrigation construits par une forme de vie sensible pour soutenir l’existence dans un monde aride et mourant, similaire à celui que Wells suggère que les Martiens laissent derrière eux. Le roman présente également des idées liées à la théorie de Charles Darwin de la sélection naturelle, à la fois dans des idées spécifiques discutées par le Narrateur et des thèmes explorés par l’histoire.

Wells écrit également un essai intitulé Intelligence on Mars, publié en 1896 dans le Saturday Review, qui expose de nombreuses idées pour les Martiens et leur planète qui sont utilisées presque inchangées dans La guerre des mondes. Dans l’essai, il spécule sur la nature des habitants martiens et comment leur progrès évolutif pourrait se comparer aux humains. Il suggère également que Mars, étant un monde plus ancien que la Terre, aurait pu devenir gelé et désolé, des conditions qui pourraient encourager les Martiens à trouver une autre planète sur laquelle s’installer.

En 1895, Wells est un écrivain établi et il épouse sa deuxième femme, Catherine Robbins, déménageant avec elle dans la ville de Woking dans le Surrey. Là, il passe ses matinées à marcher ou à vélo dans la campagne environnante, et ses après-midi à écrire. L’idée originale de La guerre des mondes vient de son frère lors d’une de ces promenades, réfléchissant à ce que cela pourrait être si des êtres extraterrestres doivent soudainement descendre sur les lieux et commencer à attaquer ses habitants.

Une grande partie de la guerre des mondes se déroule autour de Woking et dans les environs. Le site de débarquement initial de la force d’invasion martienne, Horsell Common, est une zone ouverte près de la maison de Wells. Dans la préface de l’édition atlantique du roman, il écrit sur son plaisir de faire du vélo dans la région, imaginant la destruction de chalets et de maisons qu’il voit par les rayons de chaleur martiens ou leur herbe rouge. En écrivant le roman, Wells aime choquer ses amis en révélant les détails de l’histoire et comment cela apporte la destruction totale à certaines parties du sud de Londres qui leur est familier. Les personnages de l’artilleur, du curé et du frère étudiant en médecine sont également basés sur des connaissances à Woking et à Surrey.

Wells écrit dans une lettre à Elizabeth Healey à propos de son choix de lieux: Je fais le petit feuilleton le plus cher pour le nouveau magazine de Pearson, dans lequel je détruis et limoge complètement Woking – tuant mes voisins de manière douloureuse et excentrique – puis passe par Kingston et de Richmond à Londres, que j’ai limogé, en choisissant South Kensington pour des exploits d’atrocité particulière.

Une sculpture de 7 mètres de haut d’une machine de combat sur trépied, intitulée The Martian, basée sur des descriptions dans le roman se dresse dans Crown Passage près de la gare locale de Woking, conçue et construite par l’artiste Michael Condron.

La représentation par Wells de la culture suburbaine de la fin de l’époque victorienne dans le roman est une représentation fidèle de ses propres expériences au moment de la rédaction. À la fin du XIXe siècle, l’Empire britannique est la puissance coloniale et navale prédominante sur le globe, faisant de son cœur domestique un point de départ poignant et terrifiant pour une invasion par les Martiens avec leur propre programme impérialiste. Il appelle également à une crainte commune qui a émergé dans les années approchant le tournant du siècle, connu à l’époque comme fin de siècle ou fin de l’âge, qui prévoit l’apocalypse à minuit le dernier jour de 1899.

À la fin des années 1890, il est courant que les romans, avant la publication en volume complet, soient sérialisés dans des magazines ou des journaux, chaque partie de la sérialisation se terminant sur un cliffhanger pour inciter le public à acheter la prochaine édition. C’est une pratique familière depuis la première publication des romans de Charles Dickens au début du XIXe siècle. La guerre des mondes est publiée pour la première fois sous forme de série dans le magazine Pearson en avril – décembre 1897. Wells est payé 200 £ et Pearsons exige de connaître la fin de l’article avant de s’engager à publier.

Le volume complet est publié par William Heinemann en 1898 et est en ligne depuis.

Deux sérialisations non autorisées du roman sont publiées aux États-Unis avant la publication du roman. Le premier est publié dans le New York Evening Journal entre décembre 1897 et janvier 1898. L’histoire est publiée sous le titre Fighters from Mars or the War of the Worlds. Cela change l’emplacement de l’histoire pour un décor new-yorkais. La deuxième version change l’histoire pour que les Martiens débarquent dans la région près et autour de Boston et est publiée par le Boston Post en 1898, contre lequel Wells proteste. Cela s’appelle Fighters from Mars, ou la guerre des mondes à Boston et à proximité.

Les deux versions piratées de l’histoire sont suivies par la Conquête d’Edison de Mars par Garrett P. Serviss. Même si ces versions sont considérées comme des sérialisations non autorisées du roman, il est possible que HG Wells ait, sans s’en rendre compte, accepté la sérialisation dans le New York Evening Journal.

La guerre des mondes est généralement accueillie très favorablement par les lecteurs et les critiques dès sa publication. Il y a, cependant, quelques critiques de la nature brutale des événements dans le récit.

Entre 1871 et 1914, plus de 60 ouvrages de fiction destinés aux lecteurs adultes décrivant les invasions de la Grande-Bretagne sont publiés. Le travail fondateur est La bataille de Dorking par George Tomkyns Chesney, un officier de l’armée. Le livre dépeint une attaque allemande surprise, avec un débarquement sur la côte sud de l’Angleterre, rendu possible par la distraction de la Royal Navy lors de patrouilles coloniales et de l’armée lors d’une insurrection irlandaise. L’armée allemande fait un petit travail de la milice anglaise et marche rapidement vers Londres. L’histoire est publiée dans le magazine Blackwood en mai 1871 et est si populaire qu’elle est réimprimée un mois plus tard sous forme de brochure qui s’est vendue à 80 000 exemplaires.

L’apparition de cette littérature reflète le sentiment croissant d’anxiété et d’insécurité alors que les tensions internationales entre les puissances impériales européennes s’intensifient vers le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Au fil des décennies, la nationalité des envahisseurs a tendance à varier, en fonction de la menace la plus perçue à l’époque. Dans les années 1870, les Allemands sont les envahisseurs les plus courants. Vers la fin du XIXe siècle, une période de tension sur les relations anglo-françaises et la signature d’un traité entre la France et la Russie font des Français la menace la plus courante.

Il existe un certain nombre de similitudes entre le livre de Wells et The Battle of Dorking. Dans les deux livres, un ennemi impitoyable effectue une attaque surprise dévastatrice, les forces armées britanniques étant impuissantes à arrêter son avance implacable, et les deux impliquent la destruction des Home Counties du sud de l’Angleterre. Cependant, la guerre des mondes transcende la fascination typique de la littérature d’invasion avec la politique européenne, la pertinence de la technologie militaire contemporaine pour traiter les forces armées d’autres nations et les conflits internationaux, avec son introduction d’un adversaire étranger.

Bien qu’une grande partie de la littérature sur l’invasion ait pu être moins sophistiquée et visionnaire que le roman de Wells, c’est un genre utile et familier pour soutenir le succès de publication de l’article, attirant les lecteurs habitués à de telles histoires. C’est peut-être également une base importante pour les idées de Wells, car il n’a jamais vu ni combattu dans une guerre.

De nombreux romans mettant l’accent sur la vie sur d’autres planètes écrits près de 1900 font écho à des idées scientifiques de l’époque, y compris l’hypothèse nébulaire de Pierre-Simon Laplace, la théorie de Charles Darwin de la sélection naturelle, et la théorie de la spectroscopie de Gustav Kirchhoff. Ces idées scientifiques se combinent pour présenter la possibilité que les planètes aient la même composition et les conditions de développement des espèces, ce qui conduira probablement à l’émergence de la vie à un âge géologique approprié dans le développement d’une planète.

Au moment où Wells écrit La guerre des mondes, il y a eu trois siècles d’observation de Mars à travers des télescopes. Galilée observe les phases de la planète en 1610 et en 1666, Giovanni Cassini identifie les calottes glaciaires polaires. En 1878, l’astronome italien Giovanni Schiaparelli observe des caractéristiques géologiques qu’il appelle canali. Cela est mal traduit en anglais sous le nom de canaux qui, étant des cours d’eau artificiels, alimentent la croyance en une vie extraterrestre intelligente sur la planète. Cela influence encore l’astronome américain Percival Lowell.

En 1895, Lowell publie un livre intitulé Mars, qui spécule sur un paysage aride et mourant, dont les habitants construisent des canaux pour amener l’eau des calottes polaires pour irriguer les terres arables restantes. Cela forme les idées scientifiques les plus avancées sur les conditions de la planète rouge à la disposition de Wells au moment où la guerre des mondes est écrite, mais le concept est ensuite prouvé erroné par une observation plus précise de la planète, et des débarquements ultérieurs par les Russes et les Américains des sondes telles que les deux missions Viking, qui trouvent un monde sans vie trop froid pour que l’eau existe à l’état liquide.

Les Martiens voyagent vers la Terre dans des cylindres, apparemment tirés d’un énorme canon spatial à la surface de Mars. C’est une représentation courante des voyages dans l’espace au XIXe siècle, et a également été utilisé par Jules Verne dans De la Terre à la Lune. La compréhension scientifique moderne rend cette idée impraticable, car il serait difficile de contrôler la trajectoire du canon avec précision, et la force de l’explosion nécessaire pour propulser le cylindre de la surface martienne vers la Terre tuerait probablement les occupants.

Cependant, Robert Goddard, 16 ans, est inspiré par l’histoire et passe une grande partie de sa vie à construire des fusées. La recherche sur les fusées commencée par Goddard aboutit finalement à l’atterrissage habité du programme Apollo sur la Lune et à l’atterrissage de sondes robotiques sur Mars.

Les principales armes de l’invasion martienne sont le Heat-Ray et la fumée noire toxique. Leur stratégie comprend la destruction d’infrastructures telles que les magasins d’armement, les chemins de fer et les lignes télégraphiques. Il semble être destiné à causer un maximum de pertes, laissant les humains sans aucune volonté de résister. Ces tactiques sont devenues plus courantes à mesure que le XXe siècle avance, en particulier au cours des années 1930 avec le développement d’armes mobiles et de technologies capables de frapper chirurgicalement des cibles militaires et civiles clés.

La vision de Wells d’une guerre entraînant une destruction totale sans limites morales dans La guerre des mondes n’est pas prise au sérieux par les lecteurs au moment de la publication. Il élargit plus tard ces idées dans les romans When the Sleeper Wakes, The War in the Air et The World Set Free. Ce genre de guerre totale ne s’est pleinement réalisé que pendant la Seconde Guerre mondiale.

Comme le note Howard Black: Dans les détails concrets, les machines de combat martiennes décrites par Wells n’ont rien de commun avec les chars ou les bombardiers en piqué, mais l’utilisation tactique et stratégique qui en est faite rappelle de façon frappante le Blitzkrieg tel qu’il serait développé par l’Allemand quatre décennies plus tard. La description des Martiens avançant inexorablement, à une vitesse fulgurante, vers Londres. L’armée britannique complètement incapable de mettre en place une résistance efficace; le gouvernement britannique désintègre et évacue la capitale; la masse de réfugiés terrifiés obstruant les routes , tous devaient être précisément mis en scène dans la vraie vie en 1940 France. Ironiquement, cette prévision de 1898 est beaucoup plus proche du combat terrestre réel de la Seconde Guerre mondiale que Wells fait beaucoup plus tard, beaucoup plus proche de la guerre réelle, en 1934. La forme des choses à venir.

La description par Wells des armes chimiques – la fumée noire utilisée par les machines de combat martiennes pour tuer des êtres humains en grand nombre – devient une réalité pendant la Première Guerre mondiale. La comparaison entre les lasers et le Heat-Ray est faite dès la dernière moitié des années 1950 lorsque les lasers sont encore en développement. Des prototypes d’armes laser mobiles sont développés et font actuellement l’objet de recherches et de tests en tant qu’arme future possible dans l’espace.

Les théoriciens militaires de l’époque, y compris ceux de la Royal Navy avant la Première Guerre mondiale, ont spéculé sur la construction d’une machine de combat ou d’un dreadnought terrestre. Wells explore plus tard les idées d’un véhicule de combat blindé dans sa nouvelle The Land Ironclads. Il y a un niveau élevé d’abstraction de science-fiction dans la description de Wells de la technologie automobile martienne. Il insiste sur le fait que la machinerie martienne est dépourvue de roues, utilisant les contractions musculaires de disques métalliques le long d’un axe pour produire du mouvement. Les polymères électroactifs en cours de développement pour une utilisation dans les capteurs et les actionneurs robotiques correspondent étroitement à ceux de la description de Wells.

HG Wells est un étudiant de Thomas Henry Huxley, un partisan de la théorie de la sélection naturelle. Dans le roman, le conflit entre l’humanité et les Martiens est dépeint comme une survie du plus apte, avec les Martiens dont la plus longue période d’évolution réussie sur l’ancien Mars leur conduit à développer une intelligence supérieure, capable de créer des armes de loin avant les humains sur la plus jeune planète Terre, qui n’ont pas l’occasion de développer une intelligence suffisante pour construire des armes similaires.

Le roman suggère également un futur potentiel pour l’évolution humaine et peut-être un avertissement contre la surévaluation de l’intelligence contre des qualités plus humaines. Le Narrateur décrit les Martiens comme ayant développé un cerveau surdéveloppé, ce qui les laisse avec des corps encombrants, avec une intelligence accrue, mais une capacité réduite à utiliser leurs émotions, ce que Wells attribue à la fonction corporelle.

Le Narrateur se réfère à une publication de 1893 suggérant que l’évolution du cerveau humain pourrait dépasser le développement du corps, et que des organes tels que l’estomac, le nez, les dents et les cheveux se faneraient, laissant les humains comme des machines à penser, nécessitant des dispositifs mécaniques comme les machines de combat Tripod, pour pouvoir interagir avec leur environnement. Cette publication est probablement celle de Wells L’homme de l’année million, publiée pour la première fois dans la Pall Mall Gazette le 6 novembre 1893, qui suggère des idées similaires.

Au moment de la publication du roman, l’Empire britannique a conquis et colonisé des dizaines de territoires en Afrique, en Australie, en Amérique du Nord et du Sud, au Moyen-Orient, en Asie du Sud et du Sud-Est et dans les îles de l’Atlantique et du Pacifique.

Alors que la littérature d’invasion a fourni une base imaginative à l’idée de la conquête du cœur de l’Empire britannique par des forces étrangères, il faut attendre la guerre des mondes pour que les lecteurs se voient présenter un adversaire complètement supérieur à eux-mêmes. Une force motrice significative derrière le succès de l’Empire britannique est son utilisation de la technologie sophistiquée. Les Martiens, qui tentent également d’établir un empire sur Terre, ont une technologie supérieure à leurs adversaires britanniques. Dans La guerre des mondes, Wells dépeint une puissance impériale comme la victime de l’agression impériale, et encourageant ainsi peut-être le lecteur à considérer l’impérialisme lui-même.

Wells suggère cette idée dans le passage suivant :

Et avant de les juger [les Martiens] trop durement, nous devons nous souvenir de la destruction impitoyable et totale que notre propre espèce a provoquée, non seulement sur les animaux, comme le Bison disparu et le Dodo, mais sur ses propres races inférieures. Les Tasmaniens, malgré leur ressemblance humaine, ont été entièrement chassés de l’existence dans une guerre d’extermination menée par des immigrants européens, en l’espace de cinquante ans. Sommes-nous de tels apôtres de miséricorde pour nous plaindre si les Martiens combattaient dans le même esprit ?

-  Chapitre I, « La veille de la guerre »

Le roman dramatise également les idées de race présentées dans le darwinisme social, en ce que les Martiens exercent sur les humains leurs droits en tant que race supérieure, plus avancée dans l’évolution.

Le darwinisme social suggère que le succès de ces différents groupes ethniques dans les affaires du monde, et des classes sociales dans une société, est le résultat d’une lutte évolutionnaire dans laquelle le groupe ou la classe plus apte à réussir le fait. C’est-à-dire que la capacité d’un groupe ethnique à dominer d’autres groupes ethniques ou la chance de réussir ou de se hisser au sommet de la société est déterminée par la supériorité génétique. Dans les temps plus modernes, il est généralement considéré comme douteux et non scientifique pour son utilisation apparente des idées de Darwin pour justifier la position des groupes ethniques riches et puissants, ou dominants.

Wells lui-même murit dans une société où le mérite d’un individu n’est pas considéré comme aussi important que sa classe sociale d’origine. Son père est un sportif professionnel, considéré comme inférieur au statut doux. Tandis que sa mère a été domestique, et Wells lui-même est, avant sa carrière d’écrivain, apprenti chez un drapier. De formation scientifique, il peut relier ses expériences de lutte à l’idée de Darwin d’un monde de lutte. Mais la science perçue comme un système rationnel, qui s’étend au-delà des idées traditionnelles de race, de classe et de religion, et dans la fiction, remet en question l’utilisation de la science pour expliquer les normes politiques et sociales de l’époque.

Le bien et le mal apparaissent relatifs dans La guerre des mondes, et la défaite des Martiens a une cause entièrement matérielle : l’action de bactéries microscopiques. Un ecclésiastique fou est important dans le roman, mais ses tentatives de relier l’invasion à Armageddon semblent des exemples de son dérangement mental. Sa mort, à la suite de ses explosions évangéliques et de ses délires attirant l’attention des Martiens, apparaît une mise en accusation de ses attitudes religieuses obsolètes. Mais le Narrateur prie deux fois Dieu et suggère que les bactéries peuvent avoir été divinement autorisées à exister sur Terre pour une raison comme celle-ci, suggérant une critique plus nuancée.

Le roman est à l’origine de plusieurs tropes martiens durables dans l’écriture de science-fiction. Celles-ci incluent Mars étant un monde ancien, proche de la fin de sa vie, étant la maison d’une civilisation supérieure capable de prouesses avancées de la science et de l’ingénierie, et étant également une source de forces d’invasion, désireuses de conquérir la Terre. Les deux premiers tropes sont importants dans la série Edgar Rice Burroughs Barsoom commençant par A Princess of Mars en 1912.

Le scientifique influent Freeman Dyson, figure clé dans la recherche de la vie extraterrestre, reconnaît également sa dette de lire les fictions de HG Wells dans son enfance.

La publication et la réception de La guerre des mondes établissent également le terme vernaculaire de martien comme une description de quelque chose d’extra-terrestre ou d’inconnu.

Wells est crédité d’avoir établi plusieurs thèmes extraterrestres qui sont ensuite largement développés par les écrivains de science-fiction au 20e siècle, y compris le premier contact et la guerre entre les planètes et leurs espèces différentes. Il y a, cependant, des histoires d’extraterrestres et d’invasion extraterrestre avant la publication de La guerre des mondes.

En 1727, Jonathan Swift publie les voyages de Gulliver. L’histoire comprend un peuple obsédé par les mathématiques et plus avancé que les Européens scientifiquement. Ils peuplent une forteresse insulaire flottante appelée Laputa, de 4½ miles de diamètre, qui utilise son ombre pour empêcher le soleil et la pluie d’atteindre les nations terrestres sur lesquelles il voyage, assurant ainsi qu’ils rendront hommage aux Laputiens.

Le Micromégas de Voltaire comprend deux êtres de Saturne et de Sirius qui, bien qu’humains en apparence, sont d’une taille immense et visitent la Terre par curiosité. Au début, ils pensent que la planète est inhabitée, en raison de la différence d’échelle entre eux et les peuples de la Terre. Lorsqu’ils découvrent les vues hautaines centrées sur la Terre des philosophes de la Terre, ils sont grandement amusés par l’importance que les êtres de la Terre pensent qu’ils sont comparés à de plus grands êtres de l’univers comme eux-mêmes.

En 1892, Robert Potter, un pasteur australien, publia The Germ Growers à Londres. Il décrit une invasion secrète par des extraterrestres qui prennent l’apparence d’êtres humains et tentent de développer une maladie virulente pour les aider dans leurs plans de conquête mondiale. Il n’est pas largement lu, et par conséquent, le roman beaucoup plus réussi de Wells est généralement crédité comme l’histoire de l’invasion extraterrestre.

La première science-fiction à se dérouler sur Mars pourrait être Across the Zodiac : The Story of a Wrecked Record de Percy Greg. C’est un livre de longue haleine consacré à une guerre civile sur Mars. Un autre roman de Mars, traitant cette fois de Martiens bienveillants venus sur Terre pour faire profiter l’humanité de leurs connaissances avancées, est publié en 1897 par Kurd Lasswitz  – Two Planets. Il n’est traduit qu’en 1971 et n’influence donc peut-être pas Wells, bien qu’il dépeigne un Mars influencé par les idées de Percival Lowell.

D’autres exemples sont le paquet scellé de M. Stranger, qui a eu lieu sur Mars, Gustavus W. Pope’s Journey to Mars, et Ellsworth Douglas’s Pharaoh’s Broker, dans lequel le protagoniste rencontre une civilisation égyptienne sur Mars qui, tout en parallèle à celle de la Terre, évolue en quelque sorte indépendamment.

Wells a déjà proposé un autre résultat pour l’histoire de l’invasion extraterrestre dans La guerre des mondes. Lorsque le narrateur rencontre l’artilleur pour la deuxième fois, l’artilleur imagine un avenir où l’humanité, se cachant sous terre dans les égouts et les tunnels, mène une guerre de guérilla, se bat contre les martiens pour les générations à venir, et finalement, après avoir appris à dupliquer la technologie des armes martiennes, détruit les envahisseurs et reprend la Terre.

Six semaines après la publication du roman, le journal Boston Post publie une autre histoire d’invasion extraterrestre, une suite non autorisée de La guerre des mondes, qui renverse la situation sur les envahisseurs. Edison’s Conquest of Mars est écrit par Garrett P. Serviss, un écrivain maintenant peu connu, qui décrit le célèbre inventeur Thomas Edison menant une contre-attaque contre les envahisseurs sur leur sol natal. Bien que ce soit en fait une suite de Fighters from Mars, une réimpression révisée et non autorisée de La Guerre des Mondes, ils sont tous deux imprimés pour la première fois dans le Boston Post en 1898. Lazar Lagin publie Major Well Andyou en URSS en 1962, une vue alternative des événements de La Guerre des Mondes du point de vue d’un traître.

La guerre des mondes est réimprimée aux États-Unis en 1927, avant l’âge d’or de la science-fiction, par Hugo Gernsback dans Amazing Stories. John W. Campbell, un autre éditeur clé de science-fiction de l’époque et auteur de nouvelles périodiques, publie plusieurs histoires d’invasion extraterrestre dans les années 1930. De nombreux écrivains de science-fiction bien connus suivront, notamment Isaac Asimov, Arthur C. Clarke, Clifford Simak et Robert A. Heinlein avec The Puppet Masters et John Wyndham avec The Kraken Wakes.

Le thème de l’invasion extraterrestre reste populaire jusqu’à nos jours et est fréquemment utilisé dans les intrigues de toutes les formes de divertissement populaire, y compris les films, la télévision, les romans, les bandes dessinées et les jeux vidéo.

Le roman graphique d’Alan Moore, The League of Extraordinary Gentlemen, Volume II, raconte les événements de La guerre des mondes. À la fin du premier numéro de Marvel Zombies 5, il est révélé que les personnages principaux visiteront un monde appelé Protectorat martien où se déroulent les événements de la guerre des mondes.

La trilogie de livres Tripods présente un thème central de l’invasion par des trépieds contrôlés par des extraterrestres.

La guerre des mondes inspire sept films, ainsi que divers drames radiophoniques, des adaptations de bandes dessinées, des jeux vidéo, un certain nombre de séries télévisées et des suites ou des histoires parallèles d’autres auteurs. La plupart ne se situent en fait ni dans le lieu ni dans l’époque du roman original.

L’adaptation la plus célèbre, ou infâme, est l’émission radiophonique de 1938 qui est racontée et dirigée par Orson Welles. Les deux premiers tiers de l’émission de 60 minutes sont présentés comme un bulletin d’information, souvent décrit comme ayant provoqué l’indignation et la panique des auditeurs qui croient que les événements décrits dans l’émission sont réels. Dans certaines versions de l’histoire, jusqu’à un million de personnes courent dehors dans la terreur. Cependant, les critiques ultérieurs soulignent que la panique supposée est exagérée par les journaux de l’époque, cherchant à discréditer la radio comme source d’information ou à exploiter les stéréotypes raciaux. Selon les recherches de A. Brad Schwartz, moins de 50 Américains semblent avoir fui à l’extérieur à la suite de l’émission et on ne sait pas combien d’entre eux entendent l’émission directement.

En 1953, le premier film théâtral de La guerre des mondes, produit par George Pal, réalisé par Byron Haskin et mettant en vedette Gene Barry.

En 1978, un album musical best-seller de l’histoire est produit par Jeff Wayne, avec les voix de Richard Burton et David Essex. Deux versions musicales de concerts live quelque peu différentes basées sur l’album original sont depuis montées par Wayne et tournées à travers le Royaume-Uni. Les deux versions de cette production sur scène utilisent une narration, de somptueuses infographies projetées et une grande machine de combat martienne sur scène.

Le 30 octobre 1988, une version légèrement mise à jour du scénario de Howard Koch, adaptée et mise en scène par David Ossman, a été présentée par WGBH Radio, Boston et diffusée sur National Public Radio pour le 50e anniversaire de l’émission originale d’Orson Welles. La distribution inclut Jason Robards dans le rôle de Welles du professeur Pierson, Steve Allen, Douglas Edwards, Hector Elizondo et Rene Auberjonois.

Un épisode spécial d’Halloween de Hey Arnold! a été diffusé pour parodier la guerre des mondes. Les costumes que portaient les personnages principaux faisaient référence à une espèce de Star Trek.

Une série animée de Justice League, diffusée en 2001, commence par une saga en trois parties intitulée Secret Origins et présente des trépieds envahissant et attaquant la ville.

Steven Spielberg réalise une adaptation cinématographique de 2005 avec Tom Cruise, qui reçoit des critiques généralement positives.

The Great Martian War 1913–1917 est un docudrame de film de science-fiction de 2013 conçu pour la télévision qui adapte La guerre des mondes et se déroule dans le style d’un documentaire diffusé sur The History Channel. Le film est une histoire alternative de la Première Guerre mondiale dans laquelle l’Europe et ses alliés, y compris l’Amérique, combattent les envahisseurs martiens au lieu de l’Allemagne et de ses alliés. Le docudrame comprend des séquences de films nouvelles et modifiées numériquement tournées pendant la guerre pour mettre fin à toutes les guerres et établir la portée du conflit interplanétaire. L’émission originale du film en 2013 au Royaume-Uni a lieu pendant la première année du centenaire de la Première Guerre mondiale. La première émission de télévision par câble aux États-Unis a lieu en 2014, près de 10 mois plus tard.

Au printemps 2017, la BBC annonce qu’en 2018, elle produira une adaptation en mini-série de trois épisodes de la période édouardienne du roman de Wells. Le spectacle fait ses débuts au Royaume-Uni le 17 novembre 2019. Également en 2019, Fox fait ses débuts avec un ensemble d’adaptation dans l’Europe d’aujourd’hui mettant en vedette Gabriel Byrne et Elizabeth McGovern.

Colin Morgan étoiles dans La Venue des Martiens, une dramatisation audio fidèle de l’histoire classique de Wells en 1897, adaptée par Nick Scovell, dirigée par Lisa Bowerman et produite en son surround 5.1 natif. Il est publié en juillet 2018 par Sherwood Sound Studios en format de téléchargement et en tant que CD à 2 disques, DVD en édition limitée et édition USB collector.

Il existe également une nouvelle adaptation, qui se déroule dans la Grande-Bretagne victorienne de 1898 à propos du HMS Thunder Child, intitulée The Last Days of Thunder Child et écrite par CA Powell.

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page