Editions Jourdan sur Amazon.fr

La France a deux monnaies officielles

L’euro n’est pas la seule monnaie officielle de la République française. Le franc Pacifique est la deuxième monnaie officielle de la République française. Il est utilisé en Nouvelle-Calédonie, Polynésie-Française et à Wallis-et-Futuna. Un euro vaut 119,33 francs.

Le franc CFP est la monnaie utilisée dans les territoires français d’outremer de Polynésie française, Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna. Les initiales CFP signifient à l’origine Colonies Françaises du Pacifique. Cela est ensuite changé en Communauté Financière du Pacifique, puis en son terme actuel, Change Franc Pacifique. Son code de devise ISO 4217 est XPF.

Le franc CFP est créé en décembre 1945, avec le franc CFA, utilisé en Afrique. La raison de la création de ces francs est la faiblesse du franc français immédiatement après la Seconde Guerre mondiale. Lorsque la France ratifie l’Accord de Bretton Woods en décembre 1945, le franc français est dévalué afin de fixer un taux de change fixe avec le dollar américain. De nouvelles monnaies sont créées dans les colonies françaises pour leur éviter la forte dévaluation de décembre 1945. René Pleven, le ministre français des Finances, aura déclaré : Dans une démonstration de sa générosité et de son altruisme, la France métropolitaine, souhaitant ne pas imposer à ses filles éloignées les conséquences de sa propre pauvreté, fixe des taux de change différents pour leur monnaie. Les autres monnaies coloniales françaises sont fixées à un taux de change fixe avec le franc français. Cependant, le franc CFP est fixé à un taux de change fixe avec le dollar américain, qui joue un rôle majeur dans l’économie des territoires français du Pacifique en raison de la Seconde Guerre mondiale. Cette situation prend fin en septembre 1949 lorsque le franc CFP reçoit un taux de change fixe avec le franc français.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

Le franc CFP est émis par l’IEOM depuis 1967. L’IEOM a son siège à Paris.

La monnaie est initialement émise sous trois formes distinctes pour la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie et les Nouvelles-Hébrides. Wallis et Futuna utilisent le franc de Nouvelle-Calédonie. Si les billets des Nouvelles-Hébrides portent le nom du territoire, les billets de la Polynésie française et de la Nouvelle-Calédonie ne peuvent être distingués que par le nom des capitales au dos des billets.

En 1969, le franc des Nouvelles Hébrides est séparé du franc CFP et a été remplacé par le vatu de Vanuatu en 1982.

Le nouveau billet le plus élevé de 10 000 francs CFP émis le 1er octobre 1986 est le premier à ne pas être surimprimé avec un nom de ville. Le billet de 500 francs, émis en 1992, et les billets de 1000 et 5000 francs, émis en 1995, sont également sans surimpression. Les dessins des billets de 500, 1000 et 5000 francs ne changent pas jusqu’en 2014, lorsque de nouveaux modèles et tailles sont introduits.

Aujourd’hui, tous les billets sont strictement identiques de la Nouvelle-Calédonie à la Polynésie française. Une face des billets montre des paysages ou des personnages historiques de la Polynésie française, tandis que l’autre face des billets montre des paysages ou des personnages historiques de la Nouvelle-Calédonie.

Les pièces sont toujours séparées en deux ensembles : un côté des pièces est identique de la Nouvelle-Calédonie à la Polynésie française, tandis que l’autre côté des pièces est inscrit avec le nom Nouvelle-Calédonie en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna, et avec le nom Polynésie française en Polynésie française. Les deux jeux de pièces peuvent être utilisés dans les trois territoires français. La situation des pièces PCP est donc assez similaire à celle des pièces en euros, qui ont une face nationale, mais peuvent être utilisées dans tous les pays de la zone euro.

Les événements de 1960 et 1999 ne sont que des changements dans la monnaie en usage en France. La valeur relative du franc CFP par rapport au franc français / euro est inchangée depuis 1949.

En 1949, la Nouvelle-Calédonie et ce qu’on appelle alors l’Océanie française commencent à émettre des pièces de monnaie. Les pièces sont séparées en deux types : les avers sont identiques, tandis que les revers sont distincts. Les deux types de pièces peuvent être utilisés dans les trois territoires français. La situation des pièces PCP est donc assez similaire à celle des pièces en euros, qui ont une face nationale, mais peuvent être utilisées dans tous les pays de la zone euro.

Le franc des Nouvelles-Hébrides a une histoire différente de l’émission de pièces avant d’être remplacé par le vatu de Vanuatu en 1982.

L’IEOM circule dans les colonies françaises du Pacifique et possède deux jeux de pièces métalliques d’une valeur faciale de 100, 50, 20, 5, 2 et 1 XPF. La première série se déroule principalement en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna, la seconde en Polynésie française, bien que les deux séries aient une cours légale distincte dans chacune des régions.

Chaque pièce (constituée de cuivre, de nickel, de magnésium ou d’ aluminium) est conçue par : d’abord un avers représentant un paysage, un fruit, un animal ou une sculpture typique de la région, le nom du territoire associé à la série, et la dénomination par contre un revers contenait une représentation allégorique, les initiales de la banque émettrice centrale, le millésime et le les mots République française avec un léger aspect sont lisses ou cannelés.

Les valeurs 1, 2 et 5 Francs ont de l’aluminium et du magnésium dans les deux ensembles. Les 10, 20 et 50 francs n’ont qu’une composition de nickel, c’est-à-dire qu’il est entièrement constitué de nickel jusqu’en 2005, puis de cuivre nickel. Le 100 Franc est en bronze au nickel jusqu’en 2005, et à partir de 2006 en cuivre, nickel et aluminium.

L’IEOM commence à émettre des billets aux Nouvelles-Hébrides en 1965, et en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française en 1969. Le 1er octobre 1986, un nouveau billet de banque, les 10 000 francs, est introduit qui ne porte aucun signe distinctif et est commun aux deux Polynésie française. et Nouvelle-Calédonie. Ils sont suivis, entre 1992 et 1995, de billets de 500, 1000 et 5000 francs pour l’ensemble des territoires français du Pacifique.

La conception générale ne change pas depuis 1969. Une face montre des paysages ou des personnages historiques de la Nouvelle-Calédonie, tandis que l’autre face des billets montre des paysages ou des personnages historiques de la Polynésie française.

Le 6 janvier 2014, l’IEOM dévoile les designs d’une nouvelle série de billets de banque. Les nouveaux billets sont émis le 20 janvier. Les anciens numéros cessent de circuler le 30 septembre de la même année, mais peuvent être échangés indéfiniment dans les bureaux de l’Institut d’Emission d’Outre-Mer.

Avant que les Français ne réglementent la monnaie à Tahiti, en Polynésie française, les commerçants utilisent souvent des dollars. Le mot dollar est devenu tārā, et ce terme est encore utilisé parmi les commerçants tahitiens et chinois locaux comme une unité non officielle, valant 5 francs. Ainsi pour un prix de 200 francs, on dira tārā e maha-ʻahuru en tahitien. La monnaie des Samoa est également appelée le tālā.

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page