Léonard de Vinci, impliqué dans une affaire de moeurs

Pour la seconde fois en moins de quatre mois, Léonard de Vinci se retrouve sur le banc des prévenus afin de répondre des accusations portées contre lui. Ce sont, coup sur coup, deux dénonciations anonymes qui ont attiré l’attention sur le jeune peintre de 24 ans. D’après ces lettres anonymes, Vinci se serait livré, en compagnie de trois de ses amis, à des actes de sodomie… Si les faits incriminés devaient être avérés, Léonard serait reconnu coupable du pire des crimes : l’homosexualité. D’après la loi en vigueur à Florence, il serait passible du bûcher… Fort heureusement, ce 7 juin 1476 comme lors de la précédente audience, aucune preuve de la véracité de l’accusation n’a pas être apportée. De Vinci et ses compagnons sont donc ressortis libres du tribunal, après un acquittement en bonne et due forme. Cependant, les voilà prévenus : s’ils ne veulent pas compter parmi les victimes de l’hypocrisie de leur siècle en matière de mœurs, ils ont tout intérêt à ne plus se faire remarquer…

Cet été voyagez autrement

Recevez un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page