L’histoire de Dee Dee et Gipsy Blanchard, l’imposture médicale qui a stupéfait l’Amérique… et le monde

Le syndrome de Münchhausen est un trouble caractérisé par le besoin de s’inventer une ou plusieurs pathologies dans le but d’attirer l’attention ou la compassion. Il peut arriver que ce soit également pour des raisons purement et simplement financière. Le syndrome de Münchhausen par procuration consiste à reporter ces maladies sur son ou ses enfants. C’est le cas pour Dee Dee Blanchard, la victime étant sa fille, Gypsy Rose. Le 14 juin 2015, lorsque la police retrouve le corps ensanglanté de Dee Dee chez elle, c’est tout le Missouri qui est en état de choc. Pourtant, ce que l’on allait apprendre dans les jours à venir n’est que le récit déchirant d’une longue maltraitance.

L’attention de la police s’est très vite portée sur Gypsy, la fille de Dee Dee, après la découverte du corps. En effet, les enquêteurs ont trouvé sur les lieux du crime un fauteuil roulant vide et la jeune femme de 24 ans, qui était vraisemblablement handicapée, avait disparu. Pourtant, les dossiers indiquaient qu’elle avait le niveau intellectuel d’une enfant de 7 ans. Il était donc légitime de craindre le pire, mais lorsqu’elle a été retrouvée le lendemain dans le Wisconsin, l’histoire a pris une tout autre tournure, aussi surprenante qu’intéressante.

Qui était Dee Dee Blanchard ?

De son vrai nom Claudinea Pitre, Dee Dee est née en Louisiane le 3 mai 1967 dans une famille de cinq enfants. Des proches de la famille se souviennent qu’elle était fort rancunière dès son plus jeune âge. Après le lycée, elle devient aide-soignante, mais n’exerce pas longtemps dans ce domaine, car elle doit prendre soin de sa mère. On la soupçonne d’ailleurs assez vite, mais sans preuve, d’être responsable de sa mort en l’ayant affamée.

Alors qu’elle est âgée de 24 ans, elle commence à fréquenter Rod Blanchard, qui lui n’a que 17 ans. Très vite, elle tombe enceinte et le couple se marie quelques mois avant la naissance de Gypsy Rose, en juillet 1991. Bien qu’elle soit la raison du mariage de ses parents, l’arrivée de la petite est aussi celle de leur divorce. Bien que Rod demande à faire partie de la vie de sa fille, après un an, Dee Dee refuse de lui permettre de la voir. Il continue cependant à payer une pension alimentaire, à hauteur de 1200 dollars par mois tout au long de sa vie. Dee Dee, quant à elle, est retournée dans la maison de son enfance pour s’occuper de sa fille, entourée du reste de sa famille.

Néanmoins, la vie n’est pas forcément rose pour le duo mère-fille chez le père de Dee Dee, qui est même soupçonnée d’essayer d’empoisonner sa belle-mère. Rod, son père, affirme qu’elle mettait un désherbant dans la nourriture de sa nouvelle épouse. Troublée et perdue, Dee Dee signe régulièrement des chèques en bois et enchaîne les actes criminels mineurs. Alors qu’on l’interroge sur la santé de sa fille et sur ses comportements, elle décide de déménager loin de sa famille. Peu après son départ, la santé de sa belle-mère se rétablit totalement, ce qui ne laisse aucun doute sur ses agissements passés.

L’histoire de Dee Dee Blanchard a été adaptée dans un film par HBO ainsi que dans une série sur Netflix.

Déménagement dans le Missouri

À cause des ravages dus à l’ouragan Katrina, Dee Dee et Gypsy doivent quitter la Louisiane et emménage dans un logement qui leur a été offert en raison des besoins de Gypsy, dans la région de Covington. Un des médecins de la petite leur conseille pourtant d’aller s’installer dans le Missouri, où les services de soins sont meilleurs et plus adaptés. Pourquoi ne l’ont-elles pas fait alors que cet état pouvait leur offrir une vie meilleure ? Sans doute pour ne pas attirer l’attention et éviter d’éveiller les soupçons…

L’état de santé de Gypsy

Dee Dee Blanchard a attiré l’attention des médecins sur l’état de santé de sa fille alors que celle-ci n’avait que trois mois. Elle a insisté sur le fait qu’elle souffrait d’apnée du sommeil, mais une batterie de tests et d’observations sous moniteur à l’hôpital a prouvé le contraire.

Par la suite, Dee Dee a prétendu que sa fille était malade à cause d’un trouble chromosomique, mais sans pouvoir une fois de plus le prouver. Alors qu’elle n’avait que 7 ans, Gypsy se trouvait sur une moto quand elle a eu un léger accident. Les quelques égratignures avec lesquelles elle s’en est sortie se sont vite transformées en grave problème qui nécessitait de multiples opérations et, à partir de ce moment, incapable de se déplacer, elle a dû passer sa vie dans un fauteuil roulant.
Dee Dee a convaincu les médecins d’effectuer de nombreuses analyses médicales toutes plus inutiles les unes que les autres sur sa fille.

Dee Dee prétendait que sa fille faisait des crises tous les mois, ce qui a réussi à convaincre les médecins de prescrire des médicaments pour les combattre. Elle a fait réaliser, à l’hôpital pour enfants de la Nouvelle-Orléans, des tas de tests pour la dystrophie musculaire. Toutes les conclusions n’apportaient aucunes réponses. Peu après, elle a affirmé que sa fille avait des troubles tant de la vue que de l’ouïe. La ville d’Aurora, dans le Missouri, a donc accueilli la mère et sa fille, cette dernière semblant gravement handicapée et devant être nourrie par sonde.

L’association Habitat pour l’Humanité a fait bâtir une maison pour Dee Dee et sa fille, avec une rampe pour fauteuil roulant, un bain à remous et tout ce qu’il lui fallait pour ses thérapies diverses. Certaines personnes sont même allées jusqu’à offrir leurs jets privés pour permettre à Gypsy de se rendre plus facilement à ses rendez-vous médicaux. Les deux femmes ont même pu obtenir des entrées gratuites pour les parcs Disney ou encore des concerts de rock. Plus on lui donnait, plus Gypsy semblait s’enfoncer dans sa maladie, sa mère lui ayant rasé la tête pour suggérer qu’elle était atteinte d’un cancer. Peu de temps après, elle annonçait partout que sa fille souffrait d’une leucémie.

L’abus physique et mental de Dee Dee envers Gypsy

Alors qu’elle avait 20 ans, Gypsy se nourrissait toujours par sonde, mais elle savait pertinemment qu’elle n’était pas malade. Elle était capable de marcher et ne souhaitait qu’une chose : laisser ses cheveux pousser et se faire des amis. Les gens l’aimaient, ou plutôt aimaient la petite fille chauve pleine de personnalité qu’elle était, c’est sans doute ce qui a poussé sa mère à la pousser à continuer à jouer la comédie, en utilisant la force physique. Si Gypsy avait le malheur de sortir de son rôle, elle était battue avec des cintres ou sa mère lui serrait les bras suffisamment fort pour y laisser des traces. La pauvre fille n’avait qu’une crainte : être tuée par sa propre génitrice.

Pourtant, tous ceux qui voyaient Gypsy ne voyaient qu’une enfant malade, très proche de son heure. C’est l’image qu’avait créée sa mère : une fille mentalement très limitée qui ne pouvait pas marcher, souffrait d’un cancer, se nourrissait par sonde et n’avait que l’espoir de voir ses jours s’abréger. Une image, certes très triste, mais qui misait surtout sur un fort sentiment de sympathie de la part de la communauté qu’elle touchait.

Syndrome de Münchhausen par procuration

Peut-être certaines personnes ont-elles eu des soupçons, mais elles n’en ont jamais fait part et c’est lorsque la mère et la fille ont déménagé dans le Missouri que la carapace de Dee Dee a commencé à se fendre. Lors d’un rendez-vous de routine avec le Dr Bernardo Flasterstein, un neurologue pédiatrique, ce dernier a trouvé étranger que Gypsy ait été diagnostiquée comme souffrant de dystrophie musculaire. Les résultats de ses tests ne mettaient en effet en avant aucun trouble qui aurait pu l’empêcher de marcher. Le médecin a fouillé dans les antécédents médicaux de la jeune femme et découvert que les tests réalisés à la Nouvelle-Orléans révélaient les mêmes conclusions.

Très vite, il apparait que Dee Dee était coupable d’avoir elle-même diagnostiquée sa fille de tous ces maux et le médecin, face à ce syndrome de Münchhausen par procuration décide d’avertir les autorités. Bien qu’il envisage même très sérieusement de contacter les services de la protection à l’enfance, ses collègues parviennent à le convaincre de ne rien faire, persuadés que personne ne le croira. Flasterstein n’a plus jamais, depuis ce jour, revu la petite malade.

En 2009, le service de police local reçoit un appel anonyme déclarant que Dee Dee Blanchard utilisait plusieurs identités et que sa fille n’était absolument pas malade. Après un contrôle de courtoisie, la police conclut que Dee Dee fait tout pour empêcher son ex-mari, soi-disant fou, de les retrouver et elle classe l’affaire sans suite.

Gypsy trouve l’amour sur internet

Autre point sombre dans l’histoire de Gypsy : elle n’a jamais connu son véritable âge, même si les années passant, elle s’est sentie prête à trouver l’amour. Quand elle avait 18 ans, elle pensait en avoir 14, car sa mère possédait de nombreux faux certificats de naissance qui n’avaient pour but que de la rendre plus jeune et de percevoir des aides. Selon elle, l’acte de naissance original de sa fille a disparu avec de nombreux papiers dans les eaux de crue de l’ouragan Katrina.

Dès 2011, Gypsy s’inscrit sur des sites de rencontres en ligne dans le but de se faire des amis, mais surtout de trouver l’amour. Sa mère, après l’avoir retrouvée dans une chambre d’hôtel en charmante compagnie, a menacé de prévenir la police sous prétexte qu’elle était encore mineure. Dans un accès de rage, elle a même éclaté son ordinateur et lui a dit qu’elle lui casserait les doigts si elle recommençait à fréquenter la gent masculine.

En 2012, pourtant, Gypsy rencontre celui dont elle tombera folle amoureuse : Nicholas Godejohn, un homme originaire du Wisconsin qui n’avait rien d’un gendre idéal. Il souffrait d’un retard mental et avait déjà un casier judiciaire fourni. Deux ans plus tard, elle rencontre également Aleah Woodmansee, qu’elle considère comme sa sœur. Elle lui parle de son souhait de se marier et d’avoir des enfants. D’ailleurs, même si sa mère a découvert le manège et éclaté l’ordinateur familial, Gypsy ne manque pas de moyens et de ruses pour communiquer avec Nicholas.

Lorsque les deux amoureux se sont enfin rencontrés, lors d’une séance de cinéma, ils se sont précipités dans les toilettes pour faire l’amour. Pourtant, Gypsy ne ressentait pas autant d’attirance pour Nicholas physiquement que ce qu’elle avait ressenti en lui parlant sur le net. Elle le trouvait même un peu bizarre, ce qui ne les a cependant pas empêché d’élaborer un plan pour éliminer Dee Dee.

Meurtre de Dee Dee Blanchard

En juin 2015, Nich Godejohn est retourné à Springfield pour mener à bien le plan visant à tuer Dee Dee. Il devait arriver précisément au moment où le duo mère-fille avait quitté les lieux et les attendre en se cachant. Une fois Dee Dee au lit, Gypsy lui a donné le matériel nécessaire pour la tuer, mais sans grande conviction qu’il y parviendrait, d’après ce qu’elle a raconté par la suite. Elle s’est ensuite cachée, se bouchant les oreilles pour ne pas entendre les hurlements déchirant de sa mère. Nicholas a poignardé Dee Dee dans le dos à plusieurs reprises avant de laisser son corps sans vie dans sa chambre. Les amants sont même allés jusqu’à avoir une relation sexuelle pour célébrer leur victoire, alors que le cadavre n’était qu’à quelques mètre d’eux.

Ils ont ensuite volé 4000 $ en espèce dans la réserve de Dee Dee et se sont dirigé vers un motel pour échapper à la police dans un premier temps et réfléchir à la suite qu’ils allaient donner aux opération. Convaincus qu’ils pourraient s’en sortir, ils ont envoyé le couteau au domicile de Nicholas, dans le Wisconsin, domicile qu’ils comptaient rejoindre en bus. Des caméras de sécurité ainsi que différents témoignages ont attesté que Gypsy marchait très bien, évidemment qu’elle n’avait donc pas besoin de fauteuil roulant, et qu’elle se cachait derrière une perruque blonde.

Gypsy Rose savait pourtant que très vite les gens se poseraient des questions et il ne fallut pas longtemps avant qu’un voisin appelle le 911, expliquant que la voiture de Dee Dee n’avait pas bougé depuis des jours. Woodmansee, la meilleure amie de la jeune fille, a vite tout avoué à la police.

Poursuites et peines de prison

C’est dans le Wisconsin que Gypsy et son fiancé se sont fait arrêtés, sans altercation, par le département de police de Waukesha. En raison des circonstances très particulières de l’affaire, aucune des parties n’a écopé de la peine de mort. Gypsy a été reconnue coupable de meurtre au second degré avec un accord de dix ans de prison. Quant à Godejohn, il s’en est moins bien sorti puisqu’il était poursuivi pour meurtre au premier degré ainsi que d’action criminelle armée, ce qui lui a valu vingt-cinq ans de prison.

Qu’est devenue Gypsy Rose Blanchard ?

Depuis son arrestation en 2015, Gypsy s’est exprimée à plusieurs reprises sur les abus qu’elle a subis. Elle a été interviewée par de nombreuses personnes, dont Dr Phil McGraw, et l’histoire de sa vie a été adaptée dans un film par HBO ainsi que dans une série sur Netflix.

Un homme, dont on sait seulement qu’il s’appelle Ken, a regardé l’émission diffusée sur HBO et a décidé d’écrire à Gypsy. Ils se sont fiancés en mai 2019 et même si leur relation a connu des hauts et des bas, des projets de mariage sont en cours.

Gypsy a énormément souffert de son histoire, de la réalité complètement folle dans laquelle sa mère l’avait enfermée, des mensonges qui n’avaient pour base que sa cupidité. Ce cas est certainement l’un des pires de Münchhausen par procuration que compte l’Histoire et bien qu’elle doive payer le prix de sa participation au meurtre de sa mère, on peut espérer que la jeune fille parvienne ensuite à retrouver une vie normale sans l’ombre malsaine de Dee Dee dans le tableau.

Mathilde de Jamblinne

Cet été voyagez autrement

Retour haut de page