Le Fantôme d’Heilbronn, la tueuse en série qui n’en était pas une !

Le Fantôme d’Heilbronn, la tueuse en série qui n’en était pas une !

Le fantôme de Heilbronn, souvent désigné sous le nom de «Femme sans visage», était un tueur en série inconnu dont l'existence était déduite des preuves d'ADN trouvées sur de nombreuses scènes de crime en Autriche, en France et en Allemagne de 1993 à 2009. Parmi ces assassinats, on compte celui de l'officier de police Michèle Kiesewetter, à Heilbronn, en Allemagne, le 25 avril 2007.

Le seul lien entre les crimes était l'ADN qui, en mars 2009, avait été retrouvé sur 40 scènes de crime, allant de meurtres aux cambriolages. À la fin du mois de mars 2009, les enquêteurs ont conclu que le criminel «Phantom» n'existait pas et que l'ADN récupéré sur les scènes de crime était déjà présent sur les cotons-tiges utilisés pour prélever des échantillons d'ADN : ils appartenaient à une femme qui travaillait à l'usine où ils avaient été fabriqués.

Une analyse de l'ADN mitochondrial provenant des échantillons collectés en Autriche a montré qu'il s’agissait certainement d’une personne provenant des pays de l’Est ou de la Russie. Cela n'a pas été découvert dans les enquêtes allemandes, car en Allemagne l'analyse de l'ADN ne peut pas être utilisée dans une procédure pénale pour déterminer les attributs personnels d'un suspect autre que le sexe. L'existence du fantôme avait été mise en doute plus tôt, mais en mars 2009, l'affaire a pris un nouveau tournant. Les enquêteurs ont découvert la séquence d'ADN sur le corps brûlé d'un demandeur d'asile masculin en France - une anomalie, car la séquence était clairement celle d'une femme. Ils ont ensuite conclu que le criminel mystérieux n'existait pas et que les résultats du laboratoire étaient dus à la contamination des cotons tiges utilisés pour le sondage de l'ADN. Bien que stériles, les écouvillons ne sont pas certifiés pour la collecte d'ADN humain. Les cotons tiges utilisés par de nombreux services de police ont été contaminés avant d'être expédiés. Il a été constaté que les écouvillons contaminés provenaient tous de la même usine, qui emploie plusieurs femmes d'Europe de l'Est qui correspondent au type d'ADN retrouvé sur les scènes de crime.  

L'ADN attribué au "Fantôme" a été trouvé sur les lieux, ainsi que prétendument sur les lieux des crimes suivants:       

  • sur une coupe après l'assassinat d'une femme de 62 ans les 25 et 26 mai 1993 à Idar-Oberstein, en Allemagne (l'ADN a été analysé en 2001)   
  • sur un tiroir de cuisine après le meurtre d'un homme de 61 ans le 21 mars 2001 à Fribourg en Allemagne
  • sur une seringue contenant de l'héroïne en octobre 2001 dans une zone boisée près de Gerolstein, en Allemagne        
  • sur les restes d'un biscuit dans une remorque qui a été ouvert avec force dans la nuit du 24 octobre 2001 à Budenheim, Allemagne       
  • sur un pistolet-jouet après le cambriolage de 2004 des commerçants de pierres précieuses vietnamiens à Arbois, France       
  • sur un projectile après une bagarre entre deux frères le 6 mai 2005 à Worms, en Allemagne        
  • sur une pierre utilisée pour briser une fenêtre, après un cambriolage le 3 octobre 2006 à Saarbrücken, en Allemagne (l'ADN a été découvert et analysé seulement en 2008)        
  • après un cambriolage en mars 2007 dans un magasin d'optométristes à Gallneukirchen en Haute-Autriche        
  • après 20 cambriolages et vols de voitures et de motos entre 2003 et 2007 dans la Hesse, le Bade-Wurtemberg et la Sarre, en Allemagne; Tyrol, Autriche; et Haute-Autriche       
  • sur une voiture utilisée pour transporter les corps de trois Géorgiens tués le 30 janvier 2008 à Heppenheim, en Allemagne (l'ADN a été analysé le 10 mars 2008)       
  • après un cambriolage dans la nuit du 22 mars 2008 dans une piscine publique désaffectée à Niederstetten, Allemagne       
  • après quatre cas d'invasion de maisons à Quierschied (deux fois), Tholey et Riol, en Allemagne, en mars et avril 2008       
  • après un cambriolage à Oberstenfeld-Gronau dans la nuit du 9 avril 2008       
  • après le cambriolage d'une femme le 9 mai 2008 dans un club house à Saarhölzbach       
  • dans la voiture d'une infirmière auxiliaire qui a été retrouvée morte à la fin d'octobre 2008 près de Weinsberg, en Allemagne

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.