Rite d’adoption pour chevalier velu

Rite d'adoption pour chevalier velu

En février 1098, le comte de Flandre Baudouin de Boulogne (frère de Godefroy de Bouillon) arriva à la tête d’une importante armée franque à Édesse, au nord de la route qui mène de Mossoul à Antioche. Le maître de la ville, Thoros, vieux prince arménien, l’implora de venir renforcer sa garnison pour défendre la place contre les attaques répétées des Turcs. Baudouin mit pour condition de devenir son héritier légitime, ce à quoi Thoros, âgé et sans enfant, consentit. S’ensuivit alors la cérémonie officielle d’adoption selon le rite arménien. Baudouin, torse nu, vint se glisser sous le seul vêtement de son « père », une tunique blanche et large, pour coller son corps au sien. Puis ce fut le tour de la femme de Thoros de le recevoir entre son corps nu et sa robe blanche, sous le regard amusé du public, car le rite conçu pour un enfant adopté s’appliquait ici à un grand chevalier poilu ! Quelques jours plus tard, comme pour se venger du ridicule, Baudouin fit lyncher ses parents adoptifs par la foule, jusqu’à la mort, puis se proclama comte d’Édesse.