D’heureuses retrouvailles

D’heureuses retrouvailles

Des forêts denses aux vastes plaines en passant par les rivières profondes, Meriwether Lewis et William Clark bravent des étendues sauvages, menaçantes et inexplorées par l’homme blanc, alors qu’ils cherchent le mythique « passage vers l’Ouest ». Débutant au mois de mai 1804 (après la vente de la Louisiane), la légendaire expédition du corps expéditionnaire mène les explorateurs de Saint-Louis jusqu’à l’océan Pacifique, à l’extrême ouest.

De tous les facteurs que Lewis et Clark ne pouvaient pas anticiper, aucun ne se montre aussi menaçant que les Rocheuses. Le corps expéditionnaire a besoin de chevaux pour traverser ces montagnes mais n’en a pas. En revanche, la tribu locale des Shoshones en possède, mais les hommes de l’expédition sont les premiers Blancs qu’ils rencontrent.

Cependant, lors de la rencontre entre les explorateurs et la tribu, les autochtones reconnaissent Sacagawea, qui accompagne le corps expéditionnaire. Incroyable mais vrai, c’est la sœur de Cameahwait, le chef de la tribu.

Loin d’être la guide de l’expédition, Sacagawea a été enlevée aux Shoshones par une tribu rivale lorsqu’elle était enfant pour finalement être vendue à un trappeur canadien-français qui fait partie de l’expédition.

Immédiatement, Sacagawea passe d’esclave à bouée de sauvetage. Le chef remercie le corps expéditionnaire pour ces heureuses retrouvailles en leur donnant des chevaux, des provisions et des guides.

Nul ne sait quand les États-Unis auraient revendiqué le reste du continent — ou s’ils l’auraient fait tout court — si la plus inattendue réunion de famille de son Histoire n’avait pas eu lieu.

Posted in