Editions Jourdan sur Amazon.fr

La face cachée de Philippe II Auguste

Aiguillette nouée

Le 14 août 1193, à la cathédrale d'Amiens, le roi Philippe II Auguste — veuf d'Isabelle de Hainaut — épousait la belle Ingeburge, fille du roi de Danemark. Quand vint la nuit de noces, il rejoignit vaillamment sa femme dans le lit nuptial, prêt à tous les exploits. Et pourtant... Après les quelques préliminaires d'usage, il sauta en bas du lit, de très mauvaise humeur ! Il répéta la manœuvre plusieurs fois, puis déclara à sa Danoise qu'il était ensorcelé et l'envoya achever sa nuit dans un couvent où elle fut maltraitée. Le lendemain, il l'accusa de lui avoir « noué l'aiguillette » en lui jetant un sort digne d'une sorcière et la répudia, malgré ses protestations. L'aiguillette était le lacet qui servait à nouer le devant des hauts-de-chausses. Un homme qui avait l'« aiguillette nouée » signifiait qu'il était incapable d'honorer une femme.

Le 5 novembre, à Compiègne, barons et prélats annulèrent le mariage sous prétexte de consanguinité. S'ensuivirent vingt années de lutte avec le Saint-Siège. En avril 1194, les généalogistes du pape réfutèrent le jugement. Innocent III, élu en 1198, croyant sur parole Ingeburge qui affirmait que le mariage avait été bel et bien consommé, interdit à son époux de se remarier avec Agnès de Méranie, qu'il considérait comme une intruse. À la suite du concile de Soissons, censé régler le litige, Philippe feignit de reprendre Ingeburge, mais peu après lui infligea une dure captivité à Etampes (Essonne). Toutefois, lorsqu'il partit en guerre contre l'Angleterre, il se rendit compte qu'il avait besoin du soutien du roi du Danemark. En conséquence, en 1213, il rendit la liberté à Ingeburge ainsi que la plénitude de ses droits d'épouse et de reine pendant dix années de vie semble-t-il heureuse.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

Mariage de Philippe II Auguste avec Ingeburge de Danemark

Ses crises nerveuses à l'adolescence furent vraisemblablement à l'origine de ses défaillances sexuelles et de son inhumanité envers Ingeburge, qui ne lui a jamais donné de descendance. Mais avec ses deux autres femmes, Isabelle de Hainaut, décédée en 1190, et Agnès de Méranie, dont il fut l'époux de 1196 à 1198, son aiguillette fonctionna parfaitement... De la première, il eut trois fils : Louis, futur Louis VIII, et des jumeaux morts à la naissance. De l'autre, il eut trois enfants en deux ans.

Choix pesé d'un évêque

Le siège épiscopal de Reims étant vacant, le roi vint lui-même choisir le nouvel évêque. Quand il pénétra dans la salle du chapitre, une crosse à la main, il ne vit que des chanoines replets, sauf un, maigrichon, et s'en approcha pour lui dire : « Tiens, prends ce bâton pour que tu deviennes aussi gras que tes confrères. »

Sadique

Celui dont les chroniqueurs contemporains ont vanté les vertus de cœur avait pourtant un côté sadique et cruel. Ainsi fit-il enfermer dans un cul-de-basse-fosse (cachot souterrain) une mère et son , leur faisant jeter en pâture, comme exclusive nourriture, une botte d'avoine et un morceau de lard cru. Après onze jours, on les y retrouva morts, blottis l'un contre l'autre. Le fils n'avait plus de joues : la mère les avait dévorées.

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page