Editions Jourdan sur Amazon.fr

En Louisiane, on parle un français particulier : le français cadien

Lorsque la région d’Acadie au Canada fut cédée aux Anglais en 1713, des Acadiens fuirent jusqu’au sud des États-Unis, dans l’actuelle Louisiane, qui était encore française. De nos jours, une petite population louisianaise parle encore un dérivé du français acadien, que l’on appelle le français cadien.

En Louisiane, la langue française apprise est donc un mélange de trois origines : Le Français cadien venant d’Acadie canadien, le Créole venant des colons du XVIIe et XVIIIe siècle, et le Français métropolitain qui vient des professeurs de français actuels venant d’Europe. Bien que des efforts soient fournis pour sauvegarder cette variante du Français, avec par exemple des échanges linguistiques avec les Canadiens d’Acadie, le Français cadien est malheureusement en voie d’extinction, faute de pratiquants.

À partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, plusieurs postes de traite ont été établis en Basse-Louisiane pour finalement laisser place à de plus grandes aspirations coloniales françaises au tournant du siècle. L’immigration française était à son apogée au cours des XVIIe et XVIIIe siècles et les colons ont fermement établi la culture et la langue créoles. Une distinction importante à faire est que le terme créole à l’époque était systématiquement utilisé pour signifier indigène, ou né localement par opposition à né à l’étranger. En général, le noyau de la population était assez diversifié, venant de tout l'empire colonial français, à savoir le Canada et la France.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

Finalement, avec les relations cohérentes établies entre les tribus amérindiennes et les francophones, un nouveau vocabulaire a été adopté dans la langue coloniale. Par exemple, une sorte de patois Choctaw français se serait développé principalement parmi la population afro-française de Louisiane et les métis créoles, dont une grande partie du vocabulaire serait d’origine amérindienne. Avant l’arrivée tardive du peuple acadien en Louisiane, les Français de Louisiane avaient déjà commencé à subir des changements comme l’a noté le capitaine Jean-Bernard Bossu qui a voyagé et vu Jean-Baptiste Le Moyne parler cette langue commune. Ce mélange inhabituel de Français a également été remarqué par Pierre-Clément de Laussat lors d’un déjeuner avec la famille créole française Canterelle. À l’arrivée de leurs parents Houma, la famille a commencé à converser en français et choctaw. Un témoignage supplémentaire de cette variété de Français vient de JFH Claiborne, un cousin du premier gouverneur américain de la Louisiane, qui a également noté le patois inhabituel du français de la province et du Choctaw.

À partir de 1755, de grandes populations d’Acadiens d'expression française ont commencé à arriver en masse le long du fleuve Mississippi et finalement à se diriger vers le sud jusqu’à l’État moderne de la Louisiane après le Grand Upheveal. En 1762, la France abandonna ses prétentions territoriales à l’Espagne au moment où les Acadiens commençaient à arriver ; malgré cela, le gouverneur espagnol Bernardo de Gálvez a permis aux Acadiens de continuer à parler leur langue et d’observer leurs autres pratiques culturelles. La communauté acadienne d’origine était composée principalement d’agriculteurs et de pêcheurs qui étaient en mesure de fournir à leurs enfants une scolarité raisonnable. Cependant, les difficultés après avoir été exilés de la Nouvelle-Écosse, ainsi que le difficile processus de réinstallation en Louisiane et la pauvreté qui en a résulté, il a été difficile de créer des écoles dans les premiers stades du développement de la communauté. Finalement, des écoles ont été créées, en tant qu’académies privées dont les professeurs étaient récemment arrivés en Louisiane depuis la France ou avaient fait leurs études en France. Les enfants ne pouvaient généralement aller à l’école que le temps d’apprendre à compter et à lire. À l’époque, une partie standard de l’éducation d’un enfant dans la communauté cajun était également le catéchisme catholique, qui était enseigné en français par un membre plus âgé de la communauté. Le système éducatif ne permettait pas beaucoup de contacts avec le français standard. On a souvent dit que le français acadien a eu un impact important sur le développement du français de Louisiane, mais cela a généralement été surestimé.

L’immigration française s’est poursuivie au XIXe siècle jusqu’au début de la guerre de Sécession, amenant un grand nombre de francophones parlant quelque chose de plus similaire au français métropolitain d’aujourd’hui en Louisiane. Au fil du temps, par le contact entre différents groupes ethniques, les différents dialectes ont convergé pour produire ce que nous connaissons comme le français de Louisiane.

La forte influence de l’enseignement en anglais sur la communauté francophone a commencé après la guerre civile américaine, lorsque les lois qui protégeaient les droits des francophones ont été abolies. Des écoles publiques qui ont tenté de forcer les francophones à apprendre l’anglais ont été créées en Louisiane. Les parents considéraient la pratique d’enseigner l’anglais à leurs enfants comme une intrusion dans une culture étrangère et beaucoup refusaient d’envoyer leurs enfants à l’école. Lorsque le gouvernement les y a obligés, ils ont choisi des écoles privées catholiques françaises dans lesquelles les cours étaient dispensés en français. Les écoles françaises s’efforçaient de mettre l’accent sur le français standard, qu’elles considéraient comme le dialecte de prestige. Lorsque le gouvernement a exigé que toutes les écoles et paroisses enseignent en anglais, de nouveaux professeurs, qui ne parlaient pas français, ont été embauchés. Les enfants ne pouvaient pas comprendre leurs professeurs et les ignoraient généralement en continuant à parler français. Finalement, les enfants ont été soumis à des châtiments corporels pour avoir parlé français à l’école.

Le système de punition semble avoir été responsable d’une grande partie de la décadence que le français de Louisiane a connue dans le XXe siècle et les personnes qui ne pouvaient pas parler anglais étaient perçues comme incultes. Par conséquent, les parents hésitaient à enseigner le français à leurs enfants, espérant que les enfants auraient une vie meilleure dans une nation anglophone. En 2011, il y avait environ 150 000 à 200 000 personnes en Louisiane parlant français. En comparaison, il y avait environ un million de francophones natifs en Louisiane vers 1968. Le dialecte est maintenant menacé d’extinction, car les enfants ne l’apprennent plus officiellement dans les écoles.

Beaucoup se demandent si la langue française de Louisiane survivra à une autre génération. Certains résidents de l'Acadiana sont cependant bilingues, ayant appris le français à la maison et l’anglais à l’école. Actuellement, le français de Louisiane est considéré comme une langue en voie de disparition.

Marilyn J. Conwell de la Pennsylvania State University a mené une étude sur le français de Louisiane en 1959 et a publié probablement la première étude complète d’un dialecte français de Louisiane, Louisiana French Grammar, en 1963. Conwell s’est concentré sur le français parlé à Lafayette, Louisiane, et a évalué ce qui était alors son statut actuel. Conwell a souligné que le déclin progressif du français rendait relativement commun la découverte de grands-parents qui ne parlent que le français, des parents qui parlent à la fois le français et l’anglais, des enfants qui parlent anglais et comprennent le français et des petits-enfants qui parlent et comprennent seulement anglais. La décision d’enseigner le français aux enfants a été bien accueillie, car les grands-parents espéraient de meilleures opportunités de communication avec leurs petits-enfants.

Le Conseil pour le développement du français en Louisiane a été créé en 1968 pour promouvoir la préservation de la langue et de la culture françaises en Louisiane. En plus de cela, certaines universités de Louisiane, comme la Louisiana State University, proposent des cours de français cajuns dans l’espoir de préserver la langue.

La législature de l’État de Louisiane a considérablement modifié sa position sur le statut du français. Depuis l’adoption de la loi n° 409 en 1968, le gouverneur de la Louisiane est autorisé à créer le Conseil pour le développement de la Louisiane française et l’agence ne doit pas comprendre plus de cinquante membres, dont un président. Le nom a été rapidement changé en CODOFIL et a reçu le pouvoir de faire tout ce qui est possible et nécessaire pour encourager le développement, l’utilisation et la préservation du français tel qu’il existe en Louisiane.

En 1984, Jules O. Daigle, prêtre catholique romain, publie A Dictionary of the Cajun Language, le premier dictionnaire consacré au Cajun French. Bien que considéré comme une autorité sur la langue, il n’est pas exhaustif ; il omet d’autres orthographes et synonymes que le père Daigle considérait comme des perversions de la langue, mais qui sont néanmoins populaires parmi les soi-disant francophones et écrivains de Louisiane. Bien qu’il reste utile aujourd’hui, le dictionnaire de Daigle a été remplacé par le Dictionary of Louisiana French, édité par Albert Valdman et d’autres autorités sur la langue.

À partir des années 1990, divers panneaux, emballages et documents en français sont devenus présents dans tout l’État. Les commissions des offices de tourisme des États et des collectivités locales ont contribué à convaincre les autorités de la ville, de la paroisse et de l’État de produire une signalisation et une documentation bilingues. La signalisation bilingue française et anglaise est donc généralement réservée aux vieux quartiers des villes, comme le quartier français de La Nouvelle-Orléans, le centre-ville de Lafayette et la Nouvelle-Ibérie, Saint-Martinville, le pont Breaux, ainsi que plusieurs autres villes. Les sections locales continuent de se référer aux noms de lieux en anglais et pour les services postaux, l’anglais est généralement préféré. Pour répondre aux demandes d’un marché touristique francophone en pleine croissance, les bureaux et commissions touristiques de l’État, en particulier dans le sud de la Louisiane, disposent d’informations sur les sites touristiques en français et en anglais ainsi que dans les autres principales langues parlées par les touristes.

Une résurgence du français a été observée sur plusieurs pages de médias sociaux à la suite de l’adhésion de la Louisiane en 2018 à l’Organisation internationale de la francophonie, avec trois projets en particulier retenant l’attention : Télé-Louisiane, une plateforme multimédia ; Charrer-Veiller, un podcast franco-louisianais ; et Le Bourdon de la Louisiane, une gazette web collaborative rédigée en français de Louisiane et en créole de Louisiane.

Beaucoup de jeunes adultes apprennent suffisamment de français pour comprendre les paroles de la musique française. De plus, il y a maintenant une tendance à utiliser des sites Web en français pour apprendre le dialecte. Des mots culinaires et des termes affectueux tels que cher et nonc sont encore entendus parmi les Louisianiens non-anglophones.

Un article écrit en ligne par l'Université Laval soutient que le changement de l’état de la Louisiane d’une position anti-française à une position de promotion douce a été d’une grande importance pour la survie de la langue. L’article indique qu’il est avantageux de dynamiser la renaissance de la langue, de mieux chérir le riche patrimoine de l’État et de protéger une minorité francophone qui a beaucoup souffert de la négligence des dirigeants politiques et religieux. En outre, l’article de l’université affirme que c’est le CODOFIL plutôt que l’État lui-même qui définit la politique linguistique ; la seule position politique de l’État de la Louisiane est celle de la non-ingérence. Tout cela se termine par le fait qu’en dehors des parties extrêmement méridionales de l’État, le français reste une langue secondaire qui conserve de fortes valeurs culturelles et identitaires.

Selon Jacques Henry, ancien directeur général du CODOFIL, beaucoup de progrès ont été réalisés pour les francophones et l’avenir du français en Louisiane n’est pas seulement symbolique. Selon les statistiques recueillies par le CODOFIL, les vingt dernières années ont vu une large acceptation des programmes d’immersion en français. Il va plus loin pour écrire que la reconnaissance officielle, l’appréciation des parents et l’inclusion du français dans les écoles reflètent une prise en compte croissante de la langue. En fin de compte, la survie du français en Louisiane ne peut être garantie que par les parents et les politiciens louisianais, mais il y a encore de l’espoir.

De même, la législature de l’État a adopté la loi sur les services en français de Louisiane en 2011, avec une mention particulière pour le tourisme culturel, la culture locale et le patrimoine. Le projet de loi prévoit que chaque branche du gouvernement de l’État doit prendre les mesures nécessaires pour identifier les employés qui maîtrisent le français. Chaque branche du gouvernement de l’État doit prendre les mesures nécessaires pour produire des services en français pour les habitants et les visiteurs. Ce projet de loi est cependant un mandat étatique non financé. L’acte législatif a été rédigé et présenté par des sénateurs et des représentants francophones et francophiles, car il affirme que la langue française est vitale pour l’économie de l’État.

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page
CurieusesHistoires-logo-web

 

Tout le monde peut proposer un article

Si vous désirez écrire pour Curieuses Histoires, merci de remplir le formulaire ci-dessous. Vous pouvez aussi nous envoyer un e-mail : info@curieuseshistoires.net

En soumettant un article, vous reconnaissez en être l’auteur et vous acceptez d’en céder les droits à Curieuses Histoires, vous acceptez aussi que le texte soit éventuellement corrigé et remanié par nos soins. L’article sera crédité à votre nom si vous le désirez.