Editions Jourdan sur Amazon.fr

Les monuments aux morts pacifistes

La plupart des aux glorifient la patrie, le courage, la victoire. Mais il en existe qui au contraire sont pacifistes et s’opposent à la . Par exemple, celui de Gentioux dans la Creuse montre la statue d’un écolier orphelin en larmes levant le poing vers une inscription où nous pouvons lire  » maudite soit la  ».

Un monument aux morts pacifiste est un monument aux morts qui exprime clairement une opinion opposée à la guerre. Un tel monument contraste avec ceux qui sont centrés sur la glorification des héros morts pour leur patrie. Ils apparaissent essentiellement à l’issue de la  Guerre  qui se déroula de 1914 à 1918.

Cette guerre a mis en jeu plus de soldats, provoqué plus de morts et causé plus de destructions matérielles que toute guerre antérieure. Plus de 60 millions de soldats y ont pris part. Pendant cette guerre, environ 9 millions de personnes sont mortes et environ 8 millions sont devenues invalides.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

Concernant l’historiographie de la Grande Guerre, le journaliste Jean Birnbaum indique qu’il existe deux points de vue différents avec une même interrogation :

dans la boue, sous les obus, comment diable les soldats ont-ils tenu ?

Selon les historiens proches de l’Historial de la Grande Guerre, le sacrifice avait valeur d’évidence pour la majorité des soldats, les poilus étaient globalement consentants, c’est le concept du consentement patriotique. Trèves et mutineries ont été marginales. Tout le mystère est là : massivement, la chair à canon a accepté d’être de la chair à canon, indique l’historienne Annette Becker.

Selon Annette Becker les monuments pacifistes sont rares, elle en estime le nombre à cinq ou six et en cite trois : le monument aux morts de Gentioux, dans la Creuse, celui d’Équeurdreville dans la Manche et le monument aux morts de Saint-Martin-d’Estréaux dans la Loire. Annette Becker indique :

La mémoire du telle qu’elle s’incarne dans les monuments aux morts est symptomatique du prolongement de la culture de guerre dans l’après-guerre – patriotisme et esprit de sacrifice y sont toujours aussi présents – et de la nouveauté due au deuil immense : le .

Un groupe d’historiens attaché notamment à nuancer la thèse du consentement patriotique a vu le jour en 2005 sous le nom de CRID 14-18. Il est présidé par Frédéric Rousseau et compte notamment comme membres Rémy Cazals, Nicolas Offenstadt, Denis Rolland, et Nicolas Mariot.

Pierre Roy, membre de la commission de la Fédération nationale de la libre pensée et coauteur de Autour des monuments aux morts pacifistes en France considère que les monuments peuvent se classer en 5 catégories, les triomphalistes, les doloristes, les explicatifs, les pacifistes, les problématiques. Par problématique, il faut entendre qu’il renvoie un message de paix, un poème par exemple, mais en même temps on voit un poilu le fusil à la main.

Parmi les monument aux morts de la guerre de 1870, on compte déjà quelques mémoriaux pacifistes, comme celui du cimetière du Père-Lachaise, réalisé par l’ancien combattant Albert Bartholomé. Il est inauguré en 1899 devant quelques 90 000 personnes.

 

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page