Parmentier n’est pas le père de la pomme de terre !

Parmentier n'est pas le père de la pomme de terre !

Antoine Parmentier (1737 - 1813) aurait, selon la lé­gende, découvert la vertu alimentaire de la pomme de terre alors que, en pleine Guerre de Sept ans, il se trouvait prisonnier, affamé quelque part en Alle­magne. De retour dans une France marquée par la famine, il mit, dès 1763, toute son énergie à promouvoir la consomma­tion de la pomme de terre jusqu’alors réservée aux cochons. Bien connue des agriculteurs, elle avait, en France, été inter­dite de culture car elle était soupçonnée de transmettre la lèpre. Parmentier consacra plusieurs années de sa vie à prouver, au contraire, les vertus du tubercule. Pour montrer l’exemple, il n’hésita pas non plus à convier à sa table des per­sonnalités comme Benjamin Franklin ou Antoine de Lavoisier, leur faisant déguster diverses préparations. Son nom et celui du végétal furent ainsi, à tout jamais, unis dans la mémoire collective.

 

Pourtant, bien avant sa « découverte », les paysans fla­mands faisaient déjà un usage alimentaire du même tubercule.
La pomme de terre serait en fait originaire de la cordillère des Andes sud-américaine. Selon les archéologues, elle y aurait été cultivée dès le Néolithique. Des traces de cette culture auraient été découvertes 8 000 ans avant Jésus-Christ, sur la côte pé­ruvienne. Et ce sont les Conquistadors espagnols qui auraient rapatrié quelques spécimens en Europe dès le milieu du XVIe siècle.
En Europe, plusieurs documents attestent que la première pomme de terre est arrivée au port d’Anvers en 1567, en prove­nance des îles Canaries. Vingt ans plus tard, Philippe de Sivry, seigneur de Walhain et gouverneur de Mons, recevait officiel­lement de la Légation du Pape, le précieux tubercule. Et c’est un chanoine d’Hoogstraeten, François Van Sterbeck qui, le pre­mier, vers 1660, s’adonna à la culture de celui-ci. Sans pour au­tant imaginer qu’il puisse être consommé par la gent humaine.

À Bruges, un certain Antoon Verhulst se rend compte, dès 1702, que la culture de la pomme de terre est plus prolifique et moins coûteuse que celle du haricot, à l’époque sur toutes les tables… sauf sur celles des classes laborieuses qui ne peuvent se l’offrir. Membre d’une confrérie de jardiniers, il met toute son énergie à défendre sa production : il offre des plants à nombre de ses collègues, organise des dégustations, lutte aussi contre bien des préjugés. Même les grandes abbayes des Flandres tombent sous le charme de cette nouvelle culture. Malgré les contre-in­dications pseudo-médicales, elles acceptent que la dîme puisse être payée en pommes de terre.

 

En 1740, bien des témoignages le confirment, le marché de Bruges est inondé par les patates à consommer. Parmentier n’a alors que trois ans. Il va pourtant éclipser, au fil du temps, le travail acharné de Verhulst. Aujourd’hui, seule une petite rue bru­geoise rappelle son existence. Mais personne, dans les environs, n’est capable de conter son histoire…

 

Mais si la consommation de la pomme de terre est une initia­tive belge, la pomme-frite serait par contre bien française. Elle serait née sur les ponts de Paris, en 1789, en pleine Révolu­tion française. On les aurait, à l’époque, appelées les « pommes Pont-Neuf ». Et si elle fut bien vite adoptée par les Belges, c’est tout simplement parce qu’elle fut exportée par les proscrits de la Deuxième République fran­çaise et popularisée par une technique de vente très originale, celle des baraques à frites. Une invention d’un forain bavarois, Frédéric Krieger, dit Fritz, reconverti en rôtisseur et vendant ses « tubercules coupés en rondelles et frites »… sur base d’une recette reçue chez Pèlerin, une rôtissoire de la rue Montmartre à Paris.

Présent à la Foire de Liège dès 1838, il transforma, petit à petit, ses premiers stands en toile par de luxueux salons de dégusta­tion en bois, avec plafonds décorés et produits diversifiés. Mort prématurément à l’âge de 46 ans, il ne put savourer son succès…

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.