Le criminel Eugène Boyer fut gracié à cause de l’assassinat du président

Le criminel Eugène Boyer fut gracié à cause de l’assassinat du président

Eugène Boyer, jeune criminel de vingt-sept ans, ayant tué une femme âgée pour la voler, devait être guillotiné le 7 mai 1932 quand il y eut un sursis à l'exécution, vingt minutes avant la mise à mort.

Le président Paul Doumer, ayant déjà refusé sa grâce la veille, mais susceptible de changer d'avis jusqu'au dernier moment venait d'être assassiné, et on jugea qu'il valait mieux attendre.

A raison car le président Albert Lebrun qui prit la suite le gracia le 13 mai. La tradition veut, en effet, que les présidents français prenant fonction gracient les condamnés à mort automatiquement.

Il fut envoyé au bagne de Guyane où il rencontre le célèbre bagnard Henri Carrière, qui le nommera André Baillard dans ses Mémoires.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.