Dossier – Les Borgia : Calixte III, le premier pape Borgia

Dossier - Les Borgia : Calixte III, le premier pape Borgia

Le berceau de la famille Borgia est situé au sud de Valence, dans le royaume d’Aragon. Devenus propriétaires terriens en récompense de leur combativité mise au service de la Reconquista, les Borgia étaient des aventuriers opportunistes, dotés d’une ambition sans limites.

 

Celui qui permet de réaliser leurs rêves est Alonso, né en 1378, un brillant universitaire qui entre à l’université de Lerida à quatorze ans à peine. Il y étudie le droit canon. Diplômé, il entre au service du roi Alphonse V d’Aragon en qualité de conseiller et de diplomate. Son entregent et son habileté diplomatique sont remarqués lors des négociations qui mettront fin au grand schisme d’Occident. Marin, le nouveau et désormais seul pape de la chrétienté, le nomme évêque de Valence. En 1444, il revêt la pourpre cardinalice.

 

Il est alors âgé de 66 ans, et mène une vie exemplaire, faite de piété et de vertu. Une vie qui contraste fortement avec celle de ses collègues, qui préfèrent s’adonner à une existence dissolue avec leurs maîtresses et leurs enfants illégitimes.

 

En 1455, le pape Nicolas V meurt, et il faut lui choisir un successeur. Le cardinal Borgia a alors 77 ans. Il est sujet à des accès de goutte et passe beaucoup de son temps au lit. Quand s’ouvre le conclave, il n’est pas question de lui. En fait, deux candidats s’affrontent, représentant respectivement les intérêts des familles Colonna et Orsini.

 

 

Les cardinaux craignent de voir un des deux passer capo di tutti capi et un blocage s’ensuit. Il y a une place pour un troisième larron, et Borgia semble être le candidat idéal. Il est très vertueux, et surtout très vieux. Ses manières douces et onctueuses promettent qu’il sera un pape malléable, qui a choisi le nom de Calixte III. Ceux qui le pensaient en furent pour leurs frais, car Raminagrobis le bon apôtre eut vite fait de croquer la belette et le petit lapin.

 

Le pontificat de Calixte III fut court, mais pendant ses trois années de règne, il noua autour des institutions romaines un garrot qui préparait le chemin à son neveu Rodrigo, qui sous le nom d’Alexandre VI détient encore aujourd’hui le record du pape le plus infâme de tous les temps. Comme tous les évêques de Rome, Calixte va pratiquer le népotisme, en distribuant des charges administratives à des proches et en nommant les membres de sa famille évêques ou cardinaux. Il fait venir à Rome une partie de la tribu, parmi lesquels Rodrigo, qui obtient un doctorat en droit canon.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.