Editions Jourdan sur Amazon.fr

Gengis Khan éradiqua près d’un cinquième du monde

Genghis Khan, l’empereur mongol du XIIe siècle fut l’un des plus grands tyrans de l’Histoire, par le nombre de personnes que son armée a tué. On estime qu’il a causé la mort d’environ 40 millions de personnes, ce qui représentait à l’époque près de 17% de l’humanité. Cela aurait eu des conséquences étonnantes, en faisant par exemple baisser le taux de carbone dans l’atmosphère, les forêts repoussant du fait de la disparition d’activités humaines.

Genghis Khan, également officiellement empereur Genghis, est le fondateur et premier Grand Khan et empereur de l’Empire mongol, qui devient le plus grand empire contigu de l’histoire après sa mort. Il arrive au pouvoir en unissant de nombreuses tribus nomades d’Asie du Nord-Est. Après avoir fondé l’Empire et avoir été proclamé Genghis Khan, il lance les invasions mongoles qui conquièrent la majeure partie de l’Eurasie. Les campagnes lancées de son vivant incluent celles contre les dynasties Qara Khitai, Khwarezmia, et les dynasties occidentales Xia et Jin, et les raids dans la Géorgie médiévale, les Rus Kievan et la Volga Bulgarie. Ces campagnes sont souvent accompagnées de massacres à grande échelle des populations civiles, en particulier dans les terres contrôlées par les Khwarazmian et les Xia occidentaux. En raison de cette brutalité, qui fait des millions de morts, il est considéré par beaucoup comme un dirigeant brutal. À la fin de sa vie, l’Empire mongol occupe une partie substantielle d’Asie centrale et Chine. En raison de ses succès militaires exceptionnels, Gengis Khan est souvent considéré comme le plus grand conquérant de tous les temps.

Avant la mort de Genghis Khan, il désigne Ögedei Khan comme son successeur. Plus tard, ses petits-fils divisent son empire en khanats. Genghis Khan meurt en 1227 après avoir vaincu le Xia occidental. À sa demande, son corps est enterré dans une tombe anonyme quelque part en Mongolie. Ses descendants étendent l’empire mongol à travers la majeure partie de l’Eurasie en conquérant ou en créant des états vassaux dans toute la Chine moderne, la Corée, le Caucase, l’Asie centrale et des parties substantielles de l’Europe de l’Est et de l’Asie du Sud-Ouest. Beaucoup de ces invasions répètent les massacres antérieurs à grande échelle des populations locales. En conséquence, Gengis Khan et son empire ont une réputation effrayante dans les histoires locales.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

Portrait imaginaire de Gengis Khan. Taipei, Musée national du Palais, XIVe siècle.

Au-delà de ses réalisations militaires, Genghis Khan fait également progresser l’empire mongol par d’autres moyens. Il décrète l’adoption de l’écriture ouïghoure comme système d’écriture de l’Empire mongol. Il pratique également la méritocratie et encourage la tolérance religieuse dans l’empire mongol, unifiant les tribus nomades de l’Asie du Nord-Est. Les Mongols actuels le considèrent comme le père fondateur de la Mongolie. Il est également crédité d’apporter la Route de la Soie sous un environnement politique cohésif. Cela apporte une communication et un commerce relativement faciles entre l’Asie du Nord-Est, les musulmansAsie du Sud-Ouest et Europe chrétienne, élargissant les horizons culturels des trois régions.

Gengis Khan est lié du côté de son père à Khabul Khan, Ambaghai et Hotula Khan, qui ont dirigé la confédération mongole Khamag et sont des descendants de Bodonchar Munkhag. Lorsque la dynastie Juchent Jin transfère le soutien des Mongols aux Tatars en 1161, ils détruisent Khabul Khan.

Le père de Gengis Khan, Yesügei, devient le chef du clan mongol au pouvoir. Cette position est contestée par le clan rival Tayichi’ud, qui descend directement d’Ambaghai. Lorsque les Tatars deviennent trop puissants après 1161, les Jin transfèrent leur soutien des Tatars aux Keraites.

On sait peu de choses sur les débuts de Genghis Khan, en raison du manque de documents écrits contemporains. Les quelques sources qui donnent un aperçu de cette période se contredisent souvent.

Le nom de naissance de Gengis Khan, Temüjin, est dérivé du mot mongol temür qui signifie de fer, tandis que jin désigne l’agence. Temüjin signifie donc forgeron.

Genghis Khan nait probablement en 1162 à Delüün Boldog, près de la montagne Burkhan Khaldun et des rivières Onon et Kherlen dans le nord de la Mongolie moderne, près de l’actuelle capitale Oulan-Bator. L’histoire secrète des Mongols rapporte que Temüjin nait en saisissant un caillot de sang dans son poing, signe traditionnel qu’il est destiné à devenir un grand chef. Il est le premier fils de Hoelun, deuxième épouse de son père Yesügei, qui est un chef Kiyad de premier plan dans la confédération mongole Khamag et un allié de Toghrul de la tribu kéraite. Temüjin est le premier fils de sa mère Hoelun. Selon l’Histoire secrète, Temüjin porte le nom du chef tatare Temüjin-üge que son père vient de capturer.

Le clan de Yesukhei est Borjigin, et Hoelun est de la sous-lignée Olkhunut de la tribu Khongirad. Comme les autres tribus, ils sont nomades. Les nobles antécédents de Temüjin lui permettent de solliciter plus facilement l’aide des autres tribus mongoles et de les consolider finalement.

Temüjin a trois frères Hasar, Hachiun et Temüge, une sœur Temülen et deux demi-frères Begter et Belgutei. Comme beaucoup de nomades de Mongolie, les débuts de Temüjin sont difficiles. Son père arrange un mariage pour lui et le livre à 9 ans à la famille de sa future épouse Börte de la tribu Khongirad. Temüjin y vivra au service du chef de famille Dai Setsen jusqu’à l’ âge de 12 ans.

Alors qu’il rentre chez lui, son père rencontre les Tatars voisins, qui sont depuis longtemps des ennemis mongols, et ils lui offrent de la nourriture qui l’empoisonne. En apprenant cela, Temüjin rentre chez lui pour réclamer le poste de chef de son père. Mais la tribu refuse et abandonne la famille, la laissant sans protection.

Pendant les années suivantes, la famille vit dans la pauvreté, survivant principalement sur des fruits sauvages, des carcasses de bœufs, des marmottes et d’autres petits gibiers tués par Temüjin et ses frères. Le demi-frère aîné de Temüjin, Begter, commence à exercer le pouvoir en tant que mâle aîné de la famille et aurait finalement le droit de revendiquer Hoelun comme épouse. Le ressentiment de Temüjin éclate pendant une excursion de chasse quand Temüjin et son frère Khasar tuent Begter.

Lors d’un raid vers 1177, Temüjin est capturé par les anciens alliés de son père, les Tayichi’ud, et réduit en esclavage, apparemment avec une cangue. Avec l’aide d’un gardien sympathique, il s’échappe de la ger la nuit en se cachant dans une crevasse de la rivière. L’évasion vaut à Temüjin une réputation. Bientôt, Jelme et Bo’orchu se sont associés à lui. Eux et le fils de la garde Chilaun deviennent finalement des généraux de Genghis Khan.

À cette époque, aucune des confédérations tribales de Mongolie n’est unie politiquement et les mariages arrangés sont souvent utilisés pour solidifier des alliances temporaires. Temüjin grandit en observant le climat politique difficile, qui comprend la guerre tribale, le vol, les raids, la corruption et la vengeance entre les confédérations, aggravée par l’ingérence de l’étranger comme de la Chine au sud. La mère de Temüjin, Hoelun, lui enseigne de nombreuses leçons, en particulier la nécessité d’ alliances fortes pour assurer la stabilité en Mongolie.

Comme c’est courant pour les hommes mongols puissants, Gengis Khan a de nombreuses épouses et concubines. Il acquiert fréquemment des épouses et des concubines des empires et des sociétés qu’il a conquis, ces femmes sont souvent des princesses ou des reines qui lui sont prises captives ou qui lui sont offertes. Genghis Khan donne à plusieurs de ses épouses de haut statut leurs propres ordos ou camps pour vivre et gérer. Chaque camp contient également des épouses juniors, des concubines et même des enfants. C’était le travail du Kheshig de protéger les yourtes des épouses de Gengis Khan. Les gardes doivent porter une attention particulière à la yourte individuelle et au camp dans lequel dormait Genghis Khan, qui peut changer chaque nuit à mesure qu’il rend visite à différentes épouses. Lorsque Gengis Khan entreprend ses conquêtes militaires, il prend généralement une femme avec lui et laisse le reste de ses épouses pour gérer l’empire en son absence.

Le mariage entre Börte et Genghis Khan est arrangé par son père et Yesügei, le père de Temüjin, alors qu’elle a 10 ans et qu’il a 9 ans. Temüjin reste avec elle et sa famille jusqu’à ce qu’il soit rappelé pour s’occuper de sa mère et de ses frères et sœurs plus jeunes, en raison de l’empoisonnement de Yesügei par les nomades tatars. En 1178, environ 7 ans plus tard, Temüjin voyage en aval le long de la rivière Kelüren pour trouver Börte. Quand le père de Börte voit que Temüjin est revenu pour épouser Börte, il a le couple uni comme homme et femme. Avec la permission de son père, Temüjin emmène Börte et sa mère vivre dans sa yourte familiale. La dot de Börte est une belle veste de sable noir.

Peu de temps après le mariage entre eux, les Trois Merkits attaquent leur camp familial à l’aube et enlèvent Börte. Elle est donnée à l’un de leurs guerriers comme butin de guerre. Temüjin est profondément bouleversé par l’enlèvement de sa femme et fait remarquer que son lit était vide et que sa poitrine était déchirée. Temüjin la sauve plusieurs mois plus tard avec l’aide de ses alliés Wang Khan et Jamukha. De nombreux érudits décrivent cet événement comme l’un des principaux carrefours dans la vie de Temüjin, ce qui l’a poussé à devenir un conquérant.

Au fur et à mesure que les pillages et les pillages se poursuivaient, Temüjin se déplaçait parmi les personnes qui s’échappaient à la hâte, appelant « Börte, Börte ! » Et il vint donc sur elle, car Lady Börte faisait partie de ces fuyards. Elle entendit la voix de Temüjin et, la reconnaissant, elle descendit de la charrette et courut vers lui. Bien qu’il fût encore nuit, Lady Börte et Qo’aqčin reconnurent les rênes et l’attache de Temüjin et les attrapèrent. C’était le clair de lune ; il les a regardés, a reconnu lady Börte, et ils sont tombés dans les bras l’un de l’autre. – L’histoire secrète des Mongols

Börte est détenue en captivité pendant huit mois et donne naissance à Jochi peu de temps après son sauvetage. Cela laisse un doute quant à l’identité du père de l’enfant, car son ravisseur la prend pour épouse et aura pu la féconder. Malgré cela, Temüjin laisse Jochi rester dans la famille et le réclame comme son propre fils. Börte a trois autres fils, Chagatai, Ögedei et Tolui. Temüjin a beaucoup d’autres enfants avec d’autres épouses, mais ils sont exclus de la succession, seuls les fils de Börte peuvent être considérés comme ses héritiers.

Au cours de sa campagne militaire contre les Tatars, Temüjin tombe amoureux de Yesugen et l’accueille comme épouse. Elle est la fille d’un chef tatar nommé Yeke Cheren que l’armée de Temüjin a tué au cours de la bataille. Après la fin de la campagne militaire contre les Tatars, Yesugen, l’un des survivants, se rend à Temüjin, qui couche avec elle. Selon l’Histoire secrète des Mongols, alors qu’ils ont des relations sexuelles, Yesugen demande à Temüjin de bien la traiter et de ne pas la rejeter. Lorsque Temüjin semble être d’accord avec cela, Yesugen lui recommande d’épouser également sa sœur Yesui.

Étant aimé de lui, Yisügen Qatun a dit: Si cela plaît au Qa’an, il prendra soin de moi, me considérant comme un être humain et une personne qui mérite d’être gardée. Mais ma sœur aînée, qui s’appelle Yisüi, est supérieure à moi : elle est en effet digne d’un dirigeant. – L’histoire secrète des Mongols

Les deux sœurs tatars, Yesugen et Yesui, deviennent une partie des principales épouses de Temüjin et reçoivent leurs propres camps à gérer. Temüjin prend également une troisième femme des Tatars, une concubine inconnue.

Sur la recommandation de sa sœur Yesugen, Temüjin fait retrouver et kidnapper Yesui par ses hommes. Lorsqu’elle est amenée à Temüjin, il la trouve aussi agréable que promis et il l’épouse donc. Les autres épouses, mères, sœurs et filles des Tatars ont été réparties et données aux hommes mongols. Les sœurs Tatar, Yesugen et Yesui, sont deux des épouses les plus influentes de Gengis Khan. Gengis Khan emmène Yesui avec lui lorsqu’il entreprend sa dernière expédition contre l’empire Tangut.

Khulan entre dans l’histoire de la Mongolie lorsque son père, le chef Merkit Dayir Usan, se rend à Temüjin à l’hiver 1203-04 et lui donne. Mais au moins selon l’Histoire secrète des Mongols, Khulan et son père sont détenus par Naya’a, l’un des officiers de Temüjin, qui tente apparemment de les protéger des soldats mongols qui se trouvent à proximité. Après leur arrivée trois jours plus tard que prévu, Temüjin soupçonne que Naya’a est motivée par ses sentiments charnels envers Khulan pour l’aider elle et son père. Pendant que Temüjin interroge Naya’a, Khulan prend la parole pour sa défense et invite Temüjin à avoir des relations sexuelles avec elle et à inspecter sa virginité personnellement, ce qui lui plait.

En fin de compte, Temüjin accepte la reddition de Dayir Usan et Khulan comme sa nouvelle épouse. Cependant, Dayir Usan rétracte plus tard sa reddition, mais lui et ses sujets sont finalement maîtrisés, ses biens pillés et lui-même tué. Temüjin continue à mener des campagnes militaires contre les Merkits jusqu’à leur dispersion finale en 1218. Khulan peut obtenir un statut significatif en tant que l’une des épouses de Temüjin et gère l’un des grands camps d’épouses, dans lequel vivent d’autres épouses, concubines, enfants et animaux. Elle donne naissance à un fils nommé Gelejian, qui participe ensuite avec les fils de Börte aux campagnes militaires de leur père.

Möge Khatun est une concubine de Genghis Khan et elle devient plus tard l’épouse de son fils Ögedei Khan. L’historien persan Ata-Malik Juvayni enregistre que Möge Khatun est donnée à Chinggis Khan par un chef de la tribu Bakrin et il l’aimait beaucoup. Ögedei la favorise également et elle l’accompagne dans ses expéditions de chasse. Elle n’est pas enregistrée comme ayant des enfants.

Juerbiesu est une impératrice de Qara Khitai, de l’empire mongol et de Naiman. Elle était une beauté renommée dans les plaines. Elle est à l’origine une concubine préférée d’Inanch Bilge khan et après sa mort, elle devient l’épouse de son fils Tayang Khan. Puisque Tayang Khan est un dirigeant inutile, Juerbiesu contrôle presque tout le pouvoir dans la politique de Naiman.

Elle a une fille nommée princesse Hunhu avec Yelü Zhilugu, le dirigeant de Liao. Après que Gengis Khan ait détruit la tribu Naiman et que Tayang Khan ait été tué, Juerbiesu fait plusieurs remarques offensantes concernant les Mongols, décrivant leurs vêtements comme sales et puants. Pourtant, elle annule brusquement ses revendications et visite seule la tente de Gengis Khan. Il l’interroge sur les remarques, mais est immédiatement attiré par sa beauté. Après avoir passé la nuit avec lui, Juerbiesu promet de bien le servir et il la prend comme l’une de ses impératrices. Son statut est seulement inférieur à Khulan et Borte.

Au début du XIIe siècle, le plateau d’Asie centrale au nord de la Chine est divisé en plusieurs tribus de la confédération, notamment les Naïmans, les Merkits, les Tatars, les Mongols Khamag et les Keraites, qui sont tous proéminents et souvent hostiles les uns envers les autres, comme en témoignent les raids aléatoires, les attaques de vengeance et le pillage.

Temüjin commence son ascension au pouvoir en s’offrant comme un allié à l’anda de son père Toghrul, qui est Khan des Keraites, et est mieux connu des Chinois sous le titre Wang Khan, que la dynastie Jurchen Jin lui accorde en 1197. Cette relation est renforcée pour la première fois lorsque Börte est capturé par les Merkits. Temüjin se tourne vers Toghrul pour obtenir de l’aide, et Toghrul offre 20 000 de ses guerriers kéraite et suggère que Temüjin implique son ami d’enfance Jamukha, qui est lui-même devenu Khan de sa propre tribu, les Jadaran.

Bien que la campagne ait sauvé Börte et vaincu complètement les Merkits, elle ouvre également la voie à la scission entre Temüjin et Jamukha. Avant cela, ils sont frères de sang jurant de rester éternellement fidèles.

Alors que Jamukha et Temüjin se séparent dans leur amitié, chacun commence à consolider son pouvoir et ils deviennent des rivaux. Jamukha soutient l’aristocratie mongole traditionnelle, tandis que Temüjin suit une méthode méritocratique et attire un éventail plus large et une classe inférieure d’adeptes. Suite à sa défaite antérieure des Merkits et une proclamation par le chaman Kokochu que le Ciel Bleu Éternel a mis de côté le monde pour Temüjin, Temüjin commence à monter au pouvoir. En 1186, Temüjin est élu khan des Mongols. Menacé par cette montée, Jamukha attaque Temujin en 1187 avec une armée de 30 000 hommes. Temüjin rassemble ses partisans pour se défendre contre l’attaque, mais est battu de manière décisive lors de la bataille de Dalan Balzhut. Cependant, Jamukha horrifie et aliène les adeptes potentiels en faisant bouillir 70 jeunes captifs mâles vivants dans des chaudrons. Toghrul, en tant que patron de Temüjin, est exilé au Qara Khitai. La vie de Temüjin pour les 10 prochaines années n’est pas claire, car les archives historiques sont pour la plupart silencieuses sur cette période.

Vers 1197, les Jin lancent une attaque contre leur vassal formel, les Tatars, avec l’aide des Keraites et des Mongols. Temüjin commande une partie de cette attaque, et après la victoire, lui et Toghrul sont rétablis par les Jin à des positions de pouvoir. Le Jin accorde Toghrul avec le titre honorable d’Ong Khan et Temüjin avec un titre moindre de j’aut quri.

Vers 1200, les principaux rivaux de la confédération mongole sont les Naïmans à l’ouest, les Merkits au nord, les Tanguts au sud et les Jin à l’est.

Dans son règne et sa conquête de tribus rivales, Temüjin rompt avec la tradition mongole de plusieurs manières cruciales. Il délègue ses pouvoirs en fonction du mérite et de la loyauté plutôt que des liens familiaux. Comme incitation à l’obéissance absolue et au code de droit de Yassa, Temüjin promet aux civils et aux soldats la richesse du butin de guerre futur. Lorsqu’il vainc les tribus rivales, il ne chasse pas leurs soldats et n’abandonne pas leurs civils. Au lieu de cela, il prend la tribu conquise sous sa protection et intègre ses membres dans sa propre tribu. Il demandera même à sa mère d’adopter des orphelins de la tribu conquise, les faisant entrer dans sa famille. Ces innovations politiques inspirent une grande loyauté parmi les peuples conquis, rendant Temüjin plus fort à chaque victoire.

Senggum, fils de Toghrul, envie le pouvoir grandissant de Gengis Khan et ses affinités avec son père. Il aurait prévu d’assassiner Genghis Khan. Bien que Toghrul ait été prétendument sauvé à plusieurs reprises par Genghis Khan, il cède à son fils et devient peu coopératif avec Genghis Khan. Genghis Khan apprend les intentions de Senggum et le vainc finalement, lui et ses loyalistes.

L’une des dernières ruptures entre Gengis Khan et Toghrul est le refus de Toghrul de donner sa fille en mariage à Jochi, le premier fils de Gengis Khan. Cela est irrespectueux dans la culture mongole et conduit à une guerre. Toghrul s’allie à Jamukha, qui s’oppose déjà aux forces de Gengis Khan. Cependant, le différend entre Toghrul et Jamukha, ainsi que la désertion d’un certain nombre de leurs alliés à Genghis Khan, conduisent à la défaite de Toghrul. Jamukha s’échappe pendant le conflit. Cette défaite est un catalyseur de la chute et de la dissolution éventuelle de la tribu kéraite.

Après avoir conquis régulièrement son chemin à travers les Tatars d’Alchi, les Keraites et Uhaz Merkits et acquis au moins une femme à chaque fois, Temüjin se tourne vers la prochaine menace sur la steppe, les Naïmans turcs sous la direction de Tayang Khan avec qui Jamukha et ses partisans prennent refuge. Les Naimans ne se rendent pas, bien que suffisamment de secteurs se soient de nouveau volontairement rangés du côté de Genghis Khan.

En 1201, un khuruldai élit Jamukha comme Gür Khan, souverain universel, titre utilisé par les dirigeants du Qara Khitai. L’hypothèse de Jamukha de ce titre est la rupture finale avec Genghis Khan, et Jamukha forme une coalition de tribus pour s’opposer à lui. Avant le conflit, plusieurs généraux abandonnent Jamukha, dont Subutai, le frère cadet bien connu de Jelme. Après plusieurs batailles, Jamukha est remis à Gengis Khan par ses propres hommes en 1206.

Selon l’histoire secrète, Gengis Khan offre de nouveau son amitié à Jamukha. Gengis Khan a tué les hommes qui ont trahi Jamukha, déclarant qu’il ne veut pas d’hommes déloyaux dans son armée. Jamukha refuse l’offre, disant qu’il ne peut y avoir qu’un seul soleil dans le ciel, et il demande une mort noble. La coutume est de mourir sans verser de sang, notamment en se faisant briser le dos. Jamukha demande cette forme de mort, bien qu’il soit connu pour avoir fait bouillir les généraux de ses adversaires vivants.

La partie du clan Merkit qui se rangeait du côté des Naimans fut vaincue par Subutai , qui était alors membre de la garde personnelle de Gengis Khan et devint plus tard l’un des commandants les plus réussis de Gengis Khan . La défaite des Naïmans a laissé Gengis Khan comme le seul dirigeant de la steppe mongole – toutes les confédérations importantes sont tombées ou unies sous sa confédération mongole.

Les récits de la vie de Gengis Khan sont marqués par les allégations d’une série de trahisons et de complots. Ceux-ci incluent des divisions avec ses premiers alliés tels que Jamukha et Wang Khan, son fils Jochi, et des problèmes avec le chaman le plus important, qui aurait tenté de conduire un coin entre lui et son fidèle frère Khasar. Ses stratégies militaires montrent un profond intérêt pour la collecte de renseignements et la compréhension des motivations de ses rivaux, illustrée par son vaste réseau d’espionnage et Yamsystèmes d’itinéraire. Il semble être un étudiant rapide, adoptant les nouvelles technologies et idées qu’il rencontre, comme la guerre de siège des Chinois. Il est également impitoyable, démontré par sa tactique de mesure contre la cheville ouvrière, utilisée contre les tribus dirigées par Jamukha.

En conséquence, en 1206, Gengis Khan a réussi à unir ou à soumettre les Merkits, les Naïmans, les Mongols, les Keraites, les Tatars , les Ouïghours et d’autres petites tribus disparates sous son règne. C’est un exploit monumental. Cela aboutit à la paix entre des tribus auparavant en guerre et une seule force politique et militaire. Le syndicat devient connu sous le nom de Mongols. Lors d’un Khuruldai, un conseil de chefs mongols, Gengis Khan est reconnu comme Khan des tribus consolidées et prend le nouveau titre de Gengis Khan. Le titre Khagan est conféré à titre posthume par son fils et successeur Ögedei qui prend le titre pour lui-même.

Selon l’Histoire secrète des Mongols, les chefs des tribus conquises s’engagent à Gengis Khan en proclamant :

Nous vous ferons Khan. Vous chevaucherez à notre tête, contre nos ennemis. Nous nous jetterons comme la foudre sur vos ennemis. Nous vous apporterons leurs plus belles femmes et filles, leurs riches tentes comme des palais.

Gengis Khan est un tengriste, mais il est religieusement tolérant et intéressé à apprendre des leçons philosophiques et morales d’autres religions. Il consulte des moines bouddhistes, des musulmans, des missionnaires chrétiens et le moine taoïste Qiu Chuji.

Selon le Fozu Lidai Tongzai écrit par Nian Chang, le vice-roi de Gengis Khan, Muqali, pacifie Shanxi en 1219, la patrie du moine bouddhiste zen Haiyun, quand l’un des généraux chinois de Muqali, impressionné par Haiyun et le comportement de son maître Zhongguan, les recommandent à Muqali. Muqali rend ensuite compte des deux à Gengis Khan qui publie le décret suivant en leur nom : Ce sont vraiment des hommes qui prient le ciel. Je voudrais les soutenir avec des vêtements et de la nourriture et faire d’eux des chefs. Je prévois de rassembler beaucoup de ce genre de personnes. En priant le Ciel, elles ne devraient pas avoir de difficultés à leur être imposées. Pour interdire tout mauvais traitement, elles seront autorisées à agir en tant que darqan. Gengis Khan a déjà rencontré Haiyun en 1214 et a été impressionné par sa réponse refusant de faire pousser ses cheveux dans la coiffure mongole et lui permettant de garder la tête rasée. Après la mort de son maître Zhongguan en 1220, Haiyun devient le chef de l’école Chan pendant le règne de Gengis Khan et est à plusieurs reprises reconnu comme le moine en chef du bouddhisme chinois par les Khans suivants jusqu’en 1257, date à laquelle il succède en tant que moine en chef par un autre maître Chan, Xueting Fuyu le Mongol – nommé abbé du monastère de Shaolin.

Gengis Khan convoque et rencontre le maître taoïste Qiu Chuji en Afghanistan en 1222. Il remercie Qiu Chuji d’avoir accepté son invitation et lui demande si Qiu Chuji a apporté la médecine de l’immortalité avec lui. Qiu Chuji déclare que la médecine de l’immortalité n’existe pas, mais que la vie peut être prolongée grâce à l’abstinence. Gengis Khan apprécie sa réponse honnête et demande à Qiu Chuji qui l’appelle l’homme céleste éternel, lui-même ou les autres. Après Qiu Chuji répond que d’autres l’appellent par ce nom, Gengis Khan décrète qu’à partir de maintenant Qiu Chuji devra être appelé Immortel et le nomme maître de tous les moines en Chine, notant que le ciel lui a envoyé Qiu Chuji. Qiu Chuji meurt à Pékin la même année que Gengis Khan et son sanctuaire devient le temple du nuage blanc. Après, les Khans continuent à nommer les maîtres taoïstes de l’école Quanzhen au Temple du Nuage Blanc. Les taoïstes perdent leur privilège en 1258 après le grand débat organisé par le petit-fils de Gengis Khan, Möngke Khan, lorsque les bouddhistes chinois, les confucéens et les bouddhistes tibétains s’allient contre les taoïstes. Kublai Khan est désigné pour présider ce débat auquel 700 dignitaires sont présents. Kublai Khan a déjà rencontré Haiyun en 1242 et a été influencé par le bouddhisme.

Le décret de Gengis Khan exonérant les taoïstes, les bouddhistes, les chrétiens et les musulmans des impôts est maintenu par ses successeurs jusqu’à la fin de la dynastie Yuan en 1368. Tous les décrets utilisent la même formule et déclare que Gengis Khan donne d’abord le décret d’exemption. Le décret 1261 de Kublai Khan en mongol nommant l’aîné du monastère de Shaolin utilise la même formule et déclare : Selon le décret de Gengis Khan qui dit que les bouddhistes, les chrétiens, les taoïstes et les musulmans soient exonérés de tout impôt et puissent-ils prier Dieu et continuer à nous offrir des bénédictions … J’ai donné ce décret à l’aîné de Shaolin pour le porter. Selon Juvayni, Gengis Khan permet la liberté religieuse aux musulmans lors de sa conquête de Khwarezmia permettant la récitation du takbir et de l’azan. Cependant, Rashid-al-Din déclare qu’il y a des occasions où Gengis Khan interdit la boucherie halal. Kublai Khan relance le décret en 1280 après que les musulmans refusent de manger à un banquet. Il interdit la boucherie halal et la circoncision. Le décret de Kublai Khan est abrogé après une décennie. Gengis Khan rencontre Wahid-ud-Din en Afghanistan en 1221 et lui demande si le prophète Muhammad a prédit un conquérant mongol. Il est initialement satisfait de Wahid-ud-Din, mais le renvoie de son service en disant considérez-vous comme un homme sage et prudent, mais de ce discours que vous avez prononcé, il m’apparait évident que vous ne possédez pas une compréhension complète et que votre compréhension n’est que petite.

Au cours de la montée politique de 1206 de Gengis Khan, l’empire mongol créé par Gengis Khan et ses alliés partage ses frontières occidentales avec la dynastie occidentale des Xia des Tanguts. À l’est et au sud se trouve la dynastie Jin, fondée par les Mandchouriens Jurchens, qui dirigent le nord de la Chine et sont les seigneurs traditionnels des tribus mongoles pendant des siècles.

Gengis Khan organise son peuple, son armée et son État pour se préparer d’abord à la guerre avec l’ouest de Xia, ou Xi Xia, qui est proche des terres mongoles. Il croit à juste titre que le jeune dirigeant le plus puissant de la dynastie Jin ne viendra pas en aide à Xi Xia. Lorsque les Tanguts demandent l’aide de la dynastie Jin, ils sont refusés. Malgré les difficultés initiales à capturer ses villes bien défendues, Gengis Khan réussit à forcer l’empereur de Xi Xia à se soumettre au statut de vassal.

En 1211, après la conquête de l’ouest de Xia, Gengis Khan envisage à nouveau de conquérir la dynastie Jin. Wanyan Jiujin, le commandant de terrain de l’armée Jin, commet une erreur tactique en n’attaquant pas les Mongols à la première occasion. Au lieu de cela, le commandant Jin envoie un messager, Ming’an, du côté mongol, qui fait défection et dit aux Mongols que l’armée Jin attend de l’autre côté du col. Lors de cet engagement combattu à Yehuling, les Mongols massacrent des centaines de milliers de soldats Jin. En 1215, Gengis assiège, capture et met à sac la capitale Jin de Zhongdu. Cela force le dirigeant Jin, l’empereur Xuanzong, à déplacer sa capitale au sud à Kaifeng, abandonnant la moitié nord de son empire aux Mongols. Entre 1232 et 1233, Kaifeng tombe aux mains des Mongols sous le règne du troisième fils de Gengis, Ögedei Khan. La dynastie Jin s’effondre en 1234, après le siège de Caizhou.

Kuchlug, le Khan déchu de la confédération Naiman que Temüjin vainc et replié dans son empire mongol, fuit vers l’ouest et usurpe le khanat de Qara Khitai. Gengis Khan décide de conquérir le Qara Khitai et de vaincre Kuchlug, peut-être pour le sortir du pouvoir. À cette époque, l’armée mongole est épuisée après dix ans de campagne continue en Chine contre la dynastie occidentale Xia et Jin. Par conséquent, Gengis n’envoie que deux tumen contre Kuchlug, sous la direction de son jeune général, Jebe, connu sous le nom de Flèche.

Avec une si petite force, les envahisseurs mongols sont contraints de changer de stratégie et de recourir à l’incitation à la révolte interne parmi les partisans de Kuchlug, laissant les Qara Khitai plus vulnérables à la conquête mongole. En conséquence, l’armée de Kuchlug est vaincue à l’ouest de Kashgar. Kuchlug s’enfuit à nouveau, mais est bientôt traqué par l’armée de Jebe et exécuté. En 1218, à la suite de la défaite de Qara Khitai, l’Empire mongol et son contrôle s’étendent aussi loin à l’ouest que le lac Balkhash, qui borde Khwarazmia, un État musulman qui atteint la mer Caspienne à l’ouest et le golfe Persique et la mer d’Oman jusqu’à le sud.

Au début du XIIIe siècle, la dynastie Khwarazmian est gouvernée par Shah Ala ad-Din Muhammad. Gengis Khan voit l’avantage potentiel en Khwarazmia en tant que partenaire commercial utilisant la Route de la Soie, et il envoie d’abord une caravane de 500 hommes pour établir des liens commerciaux officiels avec l’empire. Chinggis, sa famille et ses commandants investissent dans la caravane de l’or, de l’argent, de la soie, divers types de textiles, de tissus et de peaux pour faire le commerce avec les commerçants musulmans des terres khwarazmiennes. Cependant, Inalchuq, le gouverneur de la ville khwarazmian d’Otrar, attaque la caravane, affirmant que la caravane contient des espions et est donc un complot contre Khwarazmia. La situation se complique encore parce que le gouverneur refuse par la suite de rembourser le pillage des caravanes et de remettre les auteurs. Gengis Khan envoie alors un deuxième groupe de trois ambassadeurs pour rencontrer le Shah lui-même, au lieu du gouverneur Inalchuq. Le Shah fait raser tous les hommes et le musulman décapité et renvoie sa tête avec les deux ambassadeurs restants. Outragé, Genghis Khan planifie l’une de ses plus grandes campagnes d’invasion en organisant ensemble environ 100 000 soldats, ses généraux les plus compétents et certains de ses fils. Il laisse un commandant et un certain nombre de soldats en Chine, désigne ses successeurs comme membres de sa famille et nomme probablement Ögedei comme son successeur immédiat, puis se rend à Khwarazmia.

L’armée mongole sous Genghis Khan, les généraux et ses fils traversent les montagnes du Tien Shan en entrant dans la zone contrôlée par l’empire khwarazmian. Après avoir rassemblé des renseignements provenant de nombreuses sources, Gengis Khan prépare soigneusement son armée, qui est divisée en trois groupes. Son fils Jochi dirige la première division dans le nord-est de Khwarazmia. La deuxième division sous Jebe marche secrètement vers la partie sud-est de Khwarazmia pour former, avec la première division, une attaque à la pince sur Samarkand . La troisième division sous Genghis Khan et Tolui marche vers le nord-ouest et a attaqué Khwarazmia de cette direction.

L’armée du Shah est divisée par diverses querelles intestines et par la décision du Shah de diviser son armée en petits groupes concentrés dans diverses villes. Cette fragmentation est décisive dans les défaites de Khwarazmia, car elle permet aux Mongols, bien qu’épuisés par le long voyage, de commencer immédiatement à vaincre de petites fractions des forces khwarazmiennes au lieu de faire face à une défense unifiée. L’armée mongole s’empare rapidement de la ville d’Otrar, s’appuyant sur une stratégie et des tactiques supérieures. Gengis Khan ordonne le massacre en masse de nombreux civils, asservi le reste de la population et exécuté Inalchuq en versant de l’argent fondu dans ses oreilles et ses yeux, en guise de rétribution pour ses actions. Vers la fin de la bataille, le Shah s’enfuit plutôt que de se rendre. Genghis Khan ordonne à Subutai et Jebe de le traquer, leur donnant 20 000 hommes et deux ans pour le faire. Le Shah meurt dans des circonstances mystérieuses sur une petite île de son empire.

La conquête des Mongols, même selon leurs propres critères, est brutale. Après la chute de la capitale Samarkand, la capitale est déplacée à Boukhara par les hommes restants, tandis que Gengis Khan ordonne à deux de ses généraux et à leurs forces de détruire complètement les vestiges de l’empire khwarazmien, y compris non seulement les bâtiments royaux, mais des villes entières, des populations, et même de vastes étendues de terres agricoles.

Les Mongols attaquent Samarkand en utilisant des ennemis capturés comme boucliers corporels. Après plusieurs jours, il ne reste plus que quelques soldats, fidèles partisans du Shah, dans la citadelle. Après la chute de la forteresse, Gengis aura renié ses conditions de reddition et exécuté tous les soldats qui ont pris les armes contre lui à Samarkand. Les habitants de Samarkand reçoivent l’ordre d’évacuer et de se rassembler dans une plaine à l’extérieur de la ville, où ils sont tués et des pyramides de têtes coupées sont érigées en symbole de victoire. Ata-Malik Juvayni, un haut fonctionnaire au service de l’empire mongol, écrit qu’à Termez, sur l’Oxus, tout le peuple, hommes et femmes, a été chassé dans la plaine et divisé selon sa coutume habituelle, puis ils ont tous été tués.

La ville de Boukhara n’est pas fortement fortifiée, avec un fossé et un seul mur, et la citadelle typique des villes khwarazmiennes. Les dirigeants de la ville ouvrent les portes aux Mongols, bien qu’une unité de défenseurs turcs ait tenu la citadelle de la ville pendant encore douze jours. Les survivants de la citadelle sont exécutés, les artisans et les artisans renvoyés en Mongolie, les jeunes hommes qui n’ont pas combattu sont enrôlés dans l’armée mongole et le reste de la population est envoyé en esclavage. Alors que les soldats mongols pillent la ville, un incendie se déclare, rasant la majeure partie de la ville. Genghis Khan fait rassembler la population survivante de la ville dans la mosquée principale de la ville, où il déclare qu’il est le fléau de Dieu, envoyé pour les punir pour leurs péchés.

Pendant ce temps, la riche cité commerçante d’Urgench est toujours aux mains des forces khwarazmiennes. L’assaut sur Urgench s’avère être la bataille la plus difficile de l’invasion mongole et la ville ne tombe qu’après que les défenseurs aient mis en place une solide défense, combattant bloc pour bloc. Les pertes mongoles sont plus élevées que la normale, en raison de la difficulté inhabituelle d’adapter les tactiques mongoles aux combats en ville.

Comme d’habitude, les artisans sont renvoyés en Mongolie, les jeunes femmes et les enfants sont donnés aux soldats mongols comme esclaves et le reste de la population est massacré. Le chercheur persan Juvayni déclare que 50 000 soldats mongols sont chargés d’exécuter chacun vingt-quatre citoyens d’Ourgentch, ce qui signifierait que 1,2 million de personnes ont été tuées. Le limogeage d’Ourgentch est considéré comme l’un des massacres les plus sanglants de l’histoire humaine.

Dans l’intervalle, Gengis Khan choisit son troisième fils Ögedei comme son successeur avant le départ de son armée, et précise que les Khans suivants devraient être ses descendants directs. Genghis Khan a quitté Muqali, l’un de ses généraux les plus fiables, aux commandes de toutes les forces mongoles de Jin Chine pendant qu’il combat l’empire Khwarezmia à l’ouest.

Après la défaite de l’empire khwarazmien en 1220, Gengis Khan rassemble ses forces en Perse et en Arménie pour retourner dans les steppes mongoles. Sous la suggestion de Subutai, l’armée mongole est divisée en deux forces. Gengis Khan mène l’armée principale sur un raid à travers l’Afghanistan et le nord de l’Inde vers la Mongolie, tandis qu’un autre contingent de 20 000 marche à travers le Caucase et en Russie sous les généraux Jebe et Subutai. Ils pénètrent profondément en Arménie et en Azerbaïdjan. Les Mongols vainquent le royaume de Géorgie, limogent les Génois commerce-forteresse de Caffa en Crimée et hivernent près de la mer Noire. En rentrant chez eux, les forces de Subutai attaquent les forces alliées des Cuman – Kipchaks et les 80000 soldats mal coordonnés de Kievan Rus dirigés par Mstislav le Téméraire de Halych et Mstislav III de Kiev qui vont arrêter les actions des Mongols dans la région. Subutai envoie des émissaires aux princes slaves appelant à une paix séparée, mais les émissaires sont exécutés. À la bataille de la rivière Kalkaen 1223, les forces de Subutai vainquent la plus grande force kievan. Ils sont peut-être vaincus par les Bulgares de la Volga voisins à la bataille de Samara Bend. Il n’y a pas de trace historique, sauf un bref compte rendu de l’historien arabe Ibn al-Athir , écrit à Mossoul, à quelque 1100 milles de l’événement. Diverses sources historiques secondaires – Morgan, Chambers, Grousset – déclarent que les Mongols ont en fait vaincu les Bulgares, les Chambres allant même jusqu’à dire que les Bulgares ont inventé des histoires pour raconter aux Russes qu’ils ont battu les Mongols et les chassent de leur territoire. Les princes russes réclament alors la paix. Subutai est d’accord, mais n’était pas d’humeur à pardonner aux princes. Comme il est d’usage dans la société mongole pour la noblesse, les princes russes reçoivent une mort sans effusion de sang. Subutai a construit une grande plate-forme en bois sur laquelle il mange ses repas avec ses autres généraux. Six princes russes, dont Mstislav III de Kiev, sont mis sous cette plate-forme et écrasés à mort.

Les Mongols apprennent des captifs les pâturages verts abondants au-delà du territoire bulgare, permettant la planification de la conquête de la Hongrie et de l’Europe. Gengis Khan rappelle Subutai en Mongolie peu de temps après, et Jebe meurt sur la route du retour à Samarkand. La célèbre expédition de cavalerie dirigée par Subutai et Jebe, dans laquelle ils encerclent toute la mer Caspienne en battant toutes les armées sur leur passage, reste sans précédent à ce jour, et la nouvelle des triomphes mongols commence à se répandre dans d’autres nations, en particulier en Europe. Ces deux campagnes sont généralement considérées comme des campagnes de reconnaissance qui tentent de se faire une idée des éléments politiques et culturels des régions. En 1225, les deux divisions retournent en Mongolie. Ces invasions ajoutent la Transoxiane et la Perse à un empire déjà formidable tout en détruisant toute résistance en cours de route. Plus tard, sous le petit-fils de Gengis Khan, Batu et la Horde d’or, les Mongols reviennent pour conquérir la Volga Bulgarie et Kievan Rus en 1237, concluant la campagne en 1240.

L’empereur vassal des Tanguts a auparavant refusé de prendre part à la guerre mongole contre l’empire Khwarezmia. Western Xia et la dynastie Jin vaincue forment une coalition pour résister aux Mongols, comptant sur la campagne contre les Khwarazmians pour empêcher les Mongols de répondre efficacement.

En 1226, immédiatement après son retour de l’ouest, Gengis Khan lance une attaque de représailles contre les Tanguts. Ses armées prennent rapidement Heisui, Ganzhou et Suzhou, et à l’automne, il prend Xiliang-fu. Un des généraux Tangut défie les Mongols à une bataille près des montagnes Helan, mais est vaincu. En novembre, Gengis assiège la ville de Tangut Lingzhou et traverse le fleuve Jaune, battant l’armée de secours de Tangut. Selon la légende, c’est ici que Genghis Khan aura vu une ligne de cinq étoiles disposées dans le ciel et l’interprète comme un présage de sa victoire.

En 1227, l’armée de Gengis Khan attaque et détruit la capitale Tangut de Ning Hia et continue à avancer, s’emparant de Lintiao-fu, de la province de Xining, de Xindu-fu et de la province de Deshun en succession rapide au printemps. À Deshun, le général Tangut Ma Jianlong oppose une résistance acharnée pendant plusieurs jours et mène personnellement des charges contre les envahisseurs à l’extérieur de la porte de la ville. Ma Jianlong décède plus tard des suites de blessures causées par des flèches au combat. Genghis Khan, après avoir conquis Deshun, va à Liupanshan pour échapper à l’été rigoureux. Le nouvel empereur Tangut se rend rapidement aux Mongols, et le reste des Tanguts se rend officiellement peu après. Non content de leur trahison et de leur résistance, Gengis Khan ordonne l’exécution de toute la famille impériale, mettant ainsi fin à la lignée Tangut.

La succession de Gengis Khan est déjà un sujet important au cours des dernières années de son règne, alors qu’il atteint la vieillesse. La longue discussion de paternité au sujet du fils aîné de Gengis, Jochi, est particulièrement controversée en raison de l’ancienneté de Jochi parmi les frères. Selon les récits historiques traditionnels, la question de la paternité de Jochi est exprimée le plus fortement par Chagatai. Dans L’histoire secrète des Mongols, juste avant l’invasion de l’empire Khwarezmid par Gengis Khan, Chagatai déclare devant son père et ses frères qu’il n’acceptera jamais Jochi comme successeur de Gengis Khan. En réponse à cette tension et peut-être pour d’autres raisons, Ögedei est désigné comme successeur.

Ögedei Khan, né Ögedei est le troisième fils de Gengis Khan et le deuxième Grand Khan de l’Empire mongol. Il poursuit l’expansion que son père a commencée et est une figure mondiale lorsque l’Empire mongol atteint son étendue la plus éloignée à l’ouest et au sud lors des invasions de l’Europe et de l’Asie.

Gengis Khan est conscient de la friction entre ses fils et s’inquiète d’un éventuel conflit entre eux s’il meurt. Il décide donc de partager son empire entre ses fils et de les faire tous Khan à part entière, tout en nommant l’un de ses fils comme son successeur. Chagatai est considéré comme instable en raison de son tempérament et de son comportement irréfléchi, à cause des déclarations qu’il a faites selon lesquelles il ne suivra pas Jochi s’il devient le successeur de son père. Tolui, Le plus jeune fils de Gengis Khan, ne convient pas, car dans la culture mongole, les plus jeunes fils n’ont pas beaucoup de responsabilités en raison de leur âge. Si Jochi devient son successeur, il est probable que Chagatai s’engagera dans une guerre avec lui et fera s’effondrer l’empire. Par conséquent, Genghis Khan décide de donner le trône à Ögedei. Ögedei est considéré par Genghis Khan comme un personnage fiable, relativement stable et terre à terre et sera un candidat neutre qui pourra désamorcer la situation entre ses frères.

Jochi meurt en 1226, du vivant de son père. Certains chercheurs, notamment Ratchnevsky, commentent la possibilité que Jochi a été secrètement empoisonné par un ordre de Gengis Khan. Rashid al-Din rapporte que le grand Khan envoie chercher ses fils au printemps 1223, et tandis que ses frères respectent l’ordre, Jochi reste au Khorasan. Juzjani suggère que le désaccord est né d’une querelle entre Jochi et ses frères lors du siège d’Urgench. Jochi a tenté de protéger Urgench de la destruction, car il appartient au territoire qui lui a été attribué en tant que fief. Il conclut son histoire par la déclaration clairement apocryphe de Jochi : Gengis Khan est fou d’avoir massacré tant de gens et dévasté tant de terres. Je rendrais un service si je tuais mon père quand il chasse, fais une alliance avec Le sultan Muhammad, a donné vie à cette terre et a apporté assistance et soutien aux musulmans. Juzjani prétend que c’est en réponse à la connaissance de ces plans que Gengis Khan ordonne à son fils d’empoisonner secrètement. Cependant, comme le sultan Muhammad était déjà mort en 1223, l’exactitude de cette histoire est discutable.

Genghis Khan décède en août 1227, lors de la chute de Yinchuan, qui est la capitale de l’ouest de Xia. La cause exacte de sa mort reste un mystère et est attribuée à plusieurs reprises au fait d’être tué au combat contre le Xia occidental, de maladie, de chute de son cheval ou de blessures subies à la chasse ou au combat. Selon l’Histoire Secrète des Mongols, Gengis Khan tombe de son cheval en chassant et meurt à cause de la blessure. Il est déjà vieux et fatigué de ses voyages. La Chronique galicienne-volhynienne allègue qu’il est tué par les Xia occidentaux au combat, tandis que Marco Polo écrit qu’il meurt après avoir été infecté par une blessure à la flèche qu’il reçoit lors de sa dernière campagne. Les chroniques mongoles ultérieures relient la mort de Gengis à une princesse occidentale de Xia prise comme butin de guerre. Une chronique du début du XVIIe siècle raconte même la légende selon laquelle la princesse aura caché un petit poignard et le poignarde, bien que certains auteurs mongols ont douté de cette version et soupçonné qu’il s’agit d’une invention du rival Oirads.

Des années avant sa mort, Gengis Khan demande à être enterré sans marques, selon les coutumes de sa tribu. Après sa mort, son corps est renvoyé en Mongolie et vraisemblablement à son lieu de naissance à Khentii Aimag, où beaucoup pensent qu’il est enterré quelque part près de la rivière Onon et de la montagne Burkhan Khaldun. Selon la légende, l’escorte funéraire tue n’importe qui et n’importe quoi sur leur chemin pour cacher où il est finalement enterré. Le mausolée de Gengis Khan, construit plusieurs années après sa mort, est son mémorial, mais pas son lieu de sépulture.

En 1939, des soldats nationalistes chinois ont enlevé le mausolée de sa position dans la clôture du Seigneur en Mongolie pour le protéger des troupes japonaises. Il est transporté à travers le territoire tenu par les communistes à Yan’an sur des charrettes sur environ 900 km pour se mettre en sécurité dans un monastère bouddhiste, le Dongshan Dafo Dian, où il reste pendant dix ans. En 1949, alors que les troupes communistes avancent, les soldats nationalistes le déplacent encore 200 km plus à l’ouest jusqu’au célèbre monastère tibétain du monastère de Kumbum ou Ta’er Shi près de Xining, qui tombe bientôt sous contrôle communiste. Au début de 1954, la bière et les reliques de Gengis Khan sont retournées à l’enceinte du Seigneur en Mongolie. En 1956, un nouveau temple y est érigé pour les abriter. En 1968 pendant la révolution culturelle, les gardes rouges détruisent presque tout de valeur. Les reliques sont refaites dans les années 1970 et une grande statue en marbre de Gengis est achevée en 1989.

Le 6 octobre 2004, une fouille archéologique conjointe nippo-mongole découvre ce que l’on pense être le palais de Gengis Khan dans la Mongolie rurale, ce qui soulève la possibilité de localiser réellement le site funéraire perdu depuis longtemps du souverain. Le folklore dit qu’une rivière est détournée au-dessus de sa tombe pour la rendre impossible à trouver. D’autres histoires racontent que sa tombe est écrasée par de nombreux chevaux et que des arbres sont ensuite plantés sur le site, et le pergélisol contribue également à cacher le site de sépulture.

Gengis Khan laisse derrière lui une armée de plus de 129 000 hommes. 28 000 sont donnés à ses divers frères et à ses fils. Tolui, son plus jeune fils, hérite de plus de 100 000 hommes. Cette force contient l’essentiel de la cavalerie d’élite mongole. Par tradition, le plus jeune fils hérite de la propriété de son père. Jochi, Chagatai, Ögedei Khan et le fils de Kulan, Gelejian, reçoivent des armées de 4 000 hommes chacun. Sa mère et les descendants de ses trois frères reçoivent 3 000 hommes chacun.

L’Empire mongol est régi par un code civil et militaire, appelé Yassa, créé par Gengis Khan. L’Empire mongol ne souligne pas l’importance de l’ethnicité et de la race dans le domaine administratif, adoptant plutôt une approche fondée sur la méritocratie. L’exception est le rôle de Genghis Khan et de sa famille. L’Empire mongol est l’un des empires les plus diversifiés sur le plan ethnique et culturel de l’histoire, comme il convient à sa taille. De nombreux habitants nomades de l’empire se considèrent comme des Mongols dans la vie militaire et civile, y compris des Mongols, des Turcs et d’autres et comprennent de nombreux Khans de diverses ethnies faisant partie de l’empire mongol comme Muhammad Khan.

Il y a des exonérations fiscales pour les personnalités religieuses et, dans une certaine mesure, les enseignants et les médecins. L’Empire mongol pratique la tolérance religieuse parce que la tradition mongole tient depuis longtemps que la religion est un concept personnel et non soumis à la loi ou à l’ingérence. Quelque temps avant la montée de Genghis Khan, Ong Khan, son mentor et rival éventuel, s’est converti au christianisme Nestorian. Diverses tribus mongoles sont chamanistes, bouddhistes ou chrétiennes. La tolérance religieuse est donc un concept bien établi dans la steppe asiatique.

Les historiens mongols modernes disent que vers la fin de sa vie, Gengis Khan tente de créer un État civil sous le Grand Yassa qui aura établi l’égalité juridique de tous les individus, y compris les femmes. Cependant, il n’y a aucune preuve de cela, ni de la levée des politiques discriminatoires à l’égard des peuples sédentaires comme les Chinois. Les femmes jouent un rôle relativement important dans l’Empire mongol et dans la famille, par exemple Töregene Khatun est brièvement responsable de l’Empire mongol tandis que le prochain chef masculin Khagan est choisi. Les érudits modernes se réfèrent à la prétendue politique d’encouragement du commerce et de la communication sous le nom de Pax Mongolica.

Gengis Khan se rend compte qu’il a besoin de personnes capables de gouverner les villes et les États conquis par lui. Il se rend également compte que de tels administrateurs ne peuvent être trouvés parmi son peuple mongol parce qu’ils sont nomades et n’ont donc aucune expérience de la gouvernance des villes. À cette fin, Gengis Khan invite un prince khitan, Chu’Tsai, qui travaille pour les Jin et a été capturé par l’armée mongole après la défaite de la dynastie Jin. Jin a pris le pouvoir en déplaçant Khitan. Gengis dit à Chu’Tsai, qui est un descendant linéaire des dirigeants khitans, qu’il a vengé les ancêtres de Chu’Tsai. Chu’Tsai répond que son père sert honnêtement la dynastie Jin et lui aussi. Il ne considère pas non plus son propre père comme son ennemi, de sorte que la question de la vengeance ne s’applique pas. Cette réponse impressionne Genghis Khan. Chu’Tsai administre des parties de l’Empire mongol et devient un confident des Khans mongols successifs.

Gengis Khan accorde une confiance absolue à ses généraux, tels que Muqali, Jebe et Subutai, et les considère comme de proches conseillers, leur accordant souvent les mêmes privilèges et la même confiance normalement réservés aux membres de la famille proche. Il leur permet de prendre des décisions par eux-mêmes lorsqu’ils se lancent dans des campagnes loin de la capitale de l’empire mongol Karakorum. Muqali, un lieutenant de confiance, reçoit le commandement des forces mongoles contre la dynastie Jin tandis que Gengis Khan combat en Asie centrale, et Subutai et Jebe sont autorisés à poursuivre le grand raid dans le Caucase et Kievan Rus, une idée qu’ils ont présentée aux Khagan de leur propre initiative. Tout en accordant à ses généraux une grande autonomie dans la prise de décisions de commandement, Gengis Khan s’attend également à une loyauté sans faille de leur part.

L’armée mongole réussit également dans la guerre de siège, coupant les ressources pour les villes et les villages en détournant certaines rivières, en prenant des prisonniers ennemis et en les conduisant devant l’armée, et en adoptant de nouvelles idées, techniques et outils des gens qu’ils conquièrent, en particulier dans employant des moteurs et des ingénieurs de siège musulmans et chinois pour aider la cavalerie mongole à capturer des villes. Une autre tactique standard de l’armée mongole est la feinte retraite couramment pratiquée pour briser les formations ennemies et éloigner les petits groupes ennemis du groupe plus large et de la position défendue pour embuscade et contre-attaque.

Un autre aspect important de l’organisation militaire de Gengis Khan est la voie de communication et d’approvisionnement ou Yam, adaptée des modèles chinois précédents. Gengis Khan y accorde une attention particulière afin d’accélérer la collecte de renseignements militaires et les communications officielles. À cette fin, des waystations Yam sont établies dans tout l’empire.

Plusieurs années avant sa mort, Gengis Khan divise son empire entre ses fils Ögedei, Chagatai, Tolui et Jochi en plusieurs Khanats conçus comme sous-territoires : leurs Khans devaient suivre le Grand Khan, qui est, au départ, Ögedei.

Voici les Khanats tels que Genghis Khan leur a assigné :

Empire du Grand Khan : Ögedei Khan, en tant que Grand Khan, prend la majeure partie de l’Asie orientale, y compris la Chine. Ce territoire comprendra plus tard la dynastie Yuan sous Kublai Khan.

Patrie mongole : Tolui Khan, étant le plus jeune fils, reçoit un petit territoire près de la patrie mongole, suivant la coutume mongole.

Chagatai Khanate : Chagatai Khan, le deuxième fils de Gengis Khan, reçoit l’Asie centrale et le nord de l’Iran.

La Horde Bleue à Batu Khan et la Horde Blanche à Orda Khan, toutes deux sont ensuite combinées dans le Kipchak Khanat, ou Khanat de la Horde d’Or, sous Toqtamysh. Le fils aîné de Gengis Khan, Jochi, a reçu la majeure partie de la Russie et de la Ruthénie lointaines. Parce que Jochi meurt avant Genghis Khan, son territoire est divisé entre ses fils. Batu Khan lance une invasion de la Russie, puis de la Hongrie et de la Pologne, et écrase plusieurs armées avant d’être rappelé par la nouvelle de la mort d’Ögedei.

Contrairement à la croyance populaire, Gengis Khan ne conquiert pas toute la région de l’éventuel empire mongol. Au moment de sa mort en 1227, l’empire s’étend de la mer Caspienne à la mer du Japon. Son expansion se poursuit pendant une ou plusieurs générations. Sous le successeur de Gengis, Ögedei Khan, la vitesse d’expansion atteint son apogée. Les armées mongoles poussent en Perse, achève le Xia occidental et les restes des Khwarezmids, s’affrontent avec la dynastie impériale Song de Chine et prend finalement le contrôle de toute la Chine en 1279. Ils poussent également plus loin en Russie et en Europe de l’Est.

Comme d’autres conquérants notables, Genghis Khan est dépeint différemment par les peuples conquis de ceux qui ont conquis avec lui. Les opinions négatives persistent dans les histoires écrites par de nombreuses cultures de différentes régions géographiques. Ils citent souvent le massacre systématique de civils dans les régions conquises, les cruautés et la destruction par les armées mongoles. D’autres auteurs citent également des aspects positifs des conquêtes de Gengis Khan.

On attribue à Genghis Khan le fait de ramener la Route de la Soie dans un environnement politique cohérent. Cela permet une communication et un commerce accrus entre l’Occident, le Moyen-Orient et l’Asie, élargissant ainsi les horizons des trois aires culturelles. Certains historiens notent que Gengis Khan institue certains niveaux de méritocratie dans son règne, est tolérant envers les religions et explique clairement sa politique à tous ses soldats.

Gengis Khan a été vénéré pendant des siècles par les Mongols et certains autres groupes ethniques tels que les Turcs, en grande partie à cause de son association avec l’État mongol, l’organisation politique et militaire et ses victoires dans la guerre. Il évolue finalement pour devenir une figure plus grande que nature principalement parmi les Mongols et est toujours considéré comme le symbole de la culture mongole.

Pendant la période communiste en Mongolie, Gengis est souvent décrit comme un réactionnaire et les déclarations positives à son sujet sont évitées. En 1962, l’érection d’un monument à son lieu de naissance et une conférence tenue en commémoration de son 800e anniversaire conduisent à des critiques de l’Union soviétique et au renvoi du secrétaire Tömör-Ochir du Comité central du Parti révolutionnaire du peuple mongol au pouvoir.

Au début des années 1990, la mémoire de Gengis Khan connait un puissant renouveau, en partie en réaction à sa suppression pendant la période de la République populaire mongole. Gengis Khan devient l’une des figures centrales de l’identité nationale. Il est considéré positivement par les Mongols pour son rôle dans l’union des tribus en guerre. Par exemple, les Mongols se réfèrent souvent à leur pays comme la Mongolie de Gengis Khan, à eux-mêmes comme les enfants de Gengis Khan et à Gengis Khan comme le père des Mongols, en particulier parmi la jeune génération. Cependant, il y a un abîme dans la perception de sa brutalité. Les Mongols soutiennent que les documents historiques écrits par des non-Mongols sont injustement biaisés contre Gengis Khan et que sa boucherie est exagérée, alors que son rôle positif est sous-estimé.

En Mongolie aujourd’hui, le nom et la ressemblance de Gengis Khan apparaissent sur les produits, les rues, les bâtiments et autres lieux. Son visage peut être trouvé sur les produits de tous les jours, des bouteilles d’alcool aux bonbons, et sur les plus grandes dénominations de 500, 1 000, 5 000, 10 000 et 20 000 tögrög mongols. Le principal aéroport international de Mongolie à Oulan – Bator s’appelle l’aéroport international de Chinggis Khaan. Les statues majeures de Gengis Khan se tiennent devant le parlement et près d’Oulan-Bator. Il y a des discussions répétées sur la réglementation de l’utilisation de son nom et de son image pour éviter la banalisation.

Genghis Khan est considéré comme l’un des principaux leaders de l’histoire de la Mongolie. Il est responsable de l’émergence des Mongols en tant qu’identité politique et ethnique parce qu’il n’y a pas d’identité unifiée entre les tribus qui ont une similitude culturelle. Il renforcent de nombreuses traditions mongoles et assure la stabilité et l’unité pendant une période de guerre presque endémique entre les tribus. Il est également crédité pour l’introduction de l’écriture mongole traditionnelle et la création du premier code de droit mongol écrit, l’Ikh Zasag. Le président mongol Tsakhiagiin Elbegdorj note que l’Ikh Zasag punit sévèrement la corruption et les pots-de-vin, et il considère Genghis Khan comme un enseignant pour les efforts de lutte contre la corruption qui recherche une protection égale devant la loi pour tous les citoyens indépendamment de leur statut ou de leur richesse. À l’occasion du 850e anniversaire de la naissance de Gengis, le président déclare : Chinggis … était un homme qui a profondément compris que la justice commence et se consolide avec l’égalité de la loi, et non avec les distinctions entre les gens. C’était un homme qui savait que la justice les bonnes lois et règles vivaient plus longtemps que les palais de fantaisie. En résumé, les Mongols le voient comme la figure fondamentale de la fondation de l’Empire mongol et donc la base de la Mongolie en tant que pays.

À partir de 2012, Elbegdorj publie un décret établissant l’anniversaire de Gengis Khan comme fête nationale le premier jour de l’hiver.

Genghis Khan a une réputation positive parmi les auteurs d’Europe occidentale au Moyen Âge , qui connaissent peu d’informations concrètes sur son empire en Asie. Le philosophe et inventeur Roger Bacon applaudit la vigueur scientifique et philosophique de l’empire de Gengis Khan, et le célèbre écrivain Geoffrey Chaucer écrit concernant Gengis :

Le noble roi s’appelait Gengis Khan,

Qui en son temps était d’une si grande renommée,

Qu’il n’y avait nulle part dans aucune région,

Un si excellent seigneur en toutes choses

L’explorateur italien Marco Polo  déclare que Gengis Khan était un homme de grande valeur, de grande capacité et de bravoure.

Des Japonais tels que Kenchō Suyematsu affirment que l’ethnie japonaise Minamoto no Yoshitsune est Genghis Khan.

Il y a des points de vue contradictoires sur Gengis Khan en République populaire de Chine. L’héritage de Gengis et de ses successeurs, qui achèvent la conquête de la Chine après 65 ans de lutte, reste un sujet mitigé. La Chine subit un déclin drastique de la population. La population du nord de la Chine diminue de 50 millions dans le recensement de 1195 à 8,5 millions dans le recensement mongol de 1235–36. Cependant, la plupart d’entre eux sont victimes de peste, d’inondations et de famine longtemps après la fin de la guerre dans le nord de la Chine en 1234 et ne sont pas tués par les Mongols. Depuis les années 1340, Yuan China connait des problèmes. Le fleuve jaune inondé constamment, et d’autres catastrophes naturelles se produisent également. Dans le même temps, la dynastie Yuan nécessite des dépenses militaires considérables pour maintenir son vaste empire. La peste noire contribue également à la naissance du mouvement des turban rouges. D’autres groupes ou sectes religieuses font un effort pour saper le pouvoir des derniers dirigeants Yuan. Ces mouvements religieux mettent souvent en garde contre une catastrophe imminente. Le déclin de l’agriculture, la peste et le froid frappent la Chine, stimulant la rébellion armée. Au Hebei, 9 personnes sur 10 sont tuées par la peste noire lorsque Toghon Temür est intronisé en 1333. Deux personnes sur trois en Chine sont mortes de la peste en 1351. Un nombre inconnu de personnes émigrent vers le sud de la Chine au cours de cette période. James Waterson met en garde contre l’attribution de la baisse de population dans le nord de la Chine au massacre mongol, car une grande partie de la population peut avoir déménagé dans le sud de la Chine sous la chanson du sud ou meurt de maladie et de famine lorsque l’infrastructure urbaine et agricole est détruite. Les Mongols épargnent les villes du massacre et du limogeage s’ils se rendent comme Kaifeng, qui est rendu à Subetai par Xu Li, Yangzhou qui est remis à Bayan par le commandant en second de Li Tingzhi après que Li Tingzhi est exécuté par la chanson du Sud, et Hangzhou est épargné du limogeage quand il se rend à Kublai Khan. Les soldats chinois Han et Khitan font défection en masse à Genghis Khan contre la dynastie Jurchen Jin. Les villes qui se rendent sont épargnées par le limogeage et le massacre par Kublai Khan. Khitan n’aime pas quitter leur patrie en Mandchourie lorsque les Jin déplacent leur capitale principale de Pékin au sud à Kaifeng et font défection vers les Mongols.

En Mongolie intérieure, il y a un monument et des bâtiments qui lui sont dédiés et un nombre considérable de Mongols ethniques dans la région avec une population d’environ 5 millions d’habitants, soit près du double de la population de la Mongolie. Alors que Gengis n’a jamais conquis toute la Chine, son petit-fils Kublai Khan achève cette conquête et établit la dynastie Yuan qui est souvent créditée de la réunification de la Chine. Il y a beaucoup d’œuvres d’art et de littérature louant Gengis en tant que chef militaire et génie politique. La dynastie Yuan établie par les Mongols laisse une empreinte indélébile sur les structures politiques et sociales chinoises pour les générations suivantes avec la littérature au cours des années précédentes.La dynastie Jin est relativement moins nombreuse.

Les conquêtes et le leadership de Gengis Khan incluent une dévastation généralisée et des meurtres de masse, et lui, avec les Mongols en général, perpétue ce qu’on appelle l’ethnocide et le génocide. Les cibles des campagnes qui refusent de se rendre seront souvent sujettes à des représailles sous forme d’esclavage et d’abattage en gros. La deuxième campagne contre Western Xia, la dernière action militaire menée par Genghis Khan, et au cours de laquelle il meurt, implique une destruction intentionnelle et systématique des villes et de la culture occidentales de Xia. Selon John Man, en raison de cette politique d’effacement total, le Xia occidental est peu connu de qui que ce soit d’autre que des experts dans le domaine, car il reste si peu de données sur cette société. Il déclare : Il y a lieu de faire valoir que c’était le premier exemple jamais enregistré de tentative de génocide. C’était certainement un ethnocide très réussi. Dans la conquête de Khwarezmia sous Genghis Khan, les Mongols rasent les villes de Boukhara, Samarkand, Herāt, Ṭūs et Neyshābūr et tuent les populations urbaines respectives. Ses invasions sont considérées comme le début d’une période de 200 ans connue en Iran et dans d’autres sociétés islamiques sous le nom de catastrophe mongole. Ibn al-Athir, Ata-Malik Juvaini, Seraj al-Din Jozjani et Rashid al-Din Fazl-Allah Hamedani, les historiens iraniens de l’époque de l’occupation mongole, décrivent les invasions mongoles comme une catastrophe jamais vue auparavant. Un certain nombre d’historiens iraniens actuels, y compris Zabih Allah Safa, considèrent également la période initiée par Gengis Khan comme une ère uniquement catastrophique. Steven R. Ward écrit que la violence et les déprédations mongoles dans le plateau iranien tuent jusqu’à trois quarts de la population … peut-être 10 à 15 millions de personnes. Certains historiens ont estimé que la population iranienne n’a pas retrouvé son niveau pré-mongol jusqu’au milieu du XXe siècle.

Bien que les célèbres empereurs mongols soient de fiers descendants de Gengis Khan et en particulier de Timur, ils se distancient clairement des atrocités mongoles commises contre les Khwarizim Shahs, les Turcs, les Perses, les citoyens de Bagdad et de Damas, Nishapur, Boukhara et des personnages historiques tels que Attar de Nishapur et de nombreux autres musulmans notables. Cependant, les empereurs mongols patronnent directement les héritages de Gengis Khan et de Timur. Ensemble, leurs noms sont synonymes des noms d’autres personnalités éminentes, en particulier parmi les populations musulmanes d’Asie du Sud.

En plus de la plupart de la noblesse mongole jusqu’au 20e siècle, la mère de l’empereur mongol Babur est une descendante. Timur, le chef militaire du 14e siècle, et de nombreuses autres nobles des pays d’Asie centrale revendiquent la descendance de Genghis Khan. Pendant la purge soviétique, la plupart de la noblesse mongole de Mongolie est purgée.

Contrairement à la plupart des empereurs, Gengis Khan ne permet jamais que son image soit représentée dans des peintures ou des sculptures. Les premières images connues de Gengis Khan sont produites un demi-siècle après sa mort, y compris le célèbre portrait du musée du palais national. Bien que le portrait dans le Musée du Palais National soit souvent considéré comme la ressemblance la plus proche à ce à quoi Genghis Khan ressemble réellement, comme tous les autres, il est essentiellement un rendu arbitraire. Ces premières images sont commandées par Kublai Khan et sinisent intentionnellement Gengis Khan comme un Mandarin, afin de le légitimer à titre posthume comme un empereur chinois. D’autres représentations de Gengis Khan provenant d’autres cultures le caractérisent également en fonction de leur image particulière de lui. En Perse, il est décrit comme un sultan turc, en Europe, il est décrit comme un vilain barbare avec un visage féroce et des yeux cruels. Selon Herbert Allen Giles, un peintre connu sous le nom de Ho-li-hosun est un Mongol commandé par Kublai Khan en 1278 pour peindre le portrait de Genghis Khan. Sous la supervision de Kublai Khan, il ordonne à Khorisun avec les autres disciples restants confiés de Gengis Khan de s’assurer que le portrait de Gengis Khan reflète sa véritable image.

Les seuls individus à avoir enregistré l’apparence physique de Gengis Khan au cours de sa vie sont le chroniqueur persan Minhaj al-Siraj Juzjani et le diplomate chinois Zhao Hong. Minhaj al-Siraj décrit Gengis Khan comme un homme de grande stature, de corps vigoureux et robuste, les cheveux de son visage maigres et devenus blancs, avec des yeux de chats, possédant une énergie dévouée, du discernement, du génie, et compréhension, impressionnant… Le chroniqueur a également déjà commenté la taille de Genghis Khan, sa silhouette puissante, ses yeux de chat et son absence de cheveux gris, sur la base des témoignages oculaires en 1220, qui voient Genghis Khan combats dans le Khorasan. Selon Paul Ratchnevsky, Zhao Hong, un envoyé de la dynastie Song qui visite les Mongols en 1221, décrit Gengis Khan comme de grande et majestueuse stature, son front est large et sa barbe est longue.

D’autres descriptions de Genghis Khan proviennent de textes du 14e siècle. L’historien persan Rashid-al-Din dans Jami ‘al-tawarikh , écrit au début du 14e siècle, déclare que la plupart des ancêtres Borjigin de Gengis Khan sont grands, à longue barbe, aux cheveux roux et aux yeux verts bleuâtres, caractéristiques que Gengis Khan lui-même a. La nature factuelle de cette déclaration est considérée comme controversée. Dans les Chroniques géorgiennes, dans un passage écrit au 14e siècle, Genghis Khan est également décrit comme un grand homme beau, aux cheveux roux. Cependant, selon John Andrew Boyle, le texte de Rashid al-Din sur les cheveux roux fait référence à un teint de peau rougeâtre, et que Gengis Khan est de teint rougeâtre comme la plupart de ses enfants à l’exception de Kublai Khan qui est basané. Il traduit le texte comme suit: Il est arrivé qu’il soit né 2 mois avant Möge, et lorsque l’œil de Chingiz-Khan tombe sur lui, il dit : Tous nos enfants sont d’un teint roux, mais cet enfant est basané comme ses oncles maternels. Dites à Sorqoqtani Beki de le donner à une bonne infirmière pour qu’il soit élevé. L’historien arabe du 14e siècle Shihab al-Umari conteste également la traduction de Rashid al-Din et affirme qu’Alan Gua a falsifié l’origine de son clan. Certains historiens tels que Denise Aigle affirment que Rashid al-Din mythifie l’origine des ancêtres de Gengis Khan à travers ses propres interprétations de l’histoire secrète des Mongols. L’historien italien Igor de Rachewiltz affirme que les origines mongoles des premiers ancêtres de Gengis Khan sont des animaux nés du loup aux yeux bleus et de la biche en jachère qui est décrite dans les premières légendes, que leurs ancêtres sont des animaux.

Il y a eu plusieurs films, romans et autres travaux d’adaptation sur le souverain mongol.

  • Genghis Khan, un film philippin de 1950 réalisé par Manuel Conde.
  • The Conqueror, sorti en 1956 et avec John Wayne dans le rôle de Temüjin et Susan Hayward dans le rôle de Börte.
  • Genghis Khan, un film de 1965 avec Omar Sharif.
  • Under the Eternal Blue Sky, un film mongol réalisé par Baljinnyam, sorti en 1990. Avec Agvaantserengiin Enkhtaivan dans le rôle de Temüjin.
  • Genghis Khan, un film inachevé de 1992 avec Richard Tyson, Charlton Heston et Pat Morita.
  • Genghis Khan – A Proud Son Of Heaven, un film de 1998 réalisé en mongol, sous-titré en anglais.
  • Genghis Khan : Aux extrémités de la terre et de la mer, également connu sous le nom de The Descendant of Grey Wolf, un film japonais-mongol sorti en 2007.
  • Mongol, un film de Sergei Bodrov sorti en 2007.
  • No Right to Die – Chinggis Khaan, un film mongol sorti en 2008.
  • Genghis Khan, une série télévisée de 1987 à Hong Kong produite par TVB, avec Alex Man.
  • Genghis Khan, une série télévisée de 1987 à Hong Kong produite par ATV, avec Tony Liu.
  • Genghis Khan, une série télévisée coproduite sino-mongole en 2004, mettant en vedette Ba Sen, qui est un descendant du deuxième fils de Genghis Khan, Chagatai.
  • The Squire’s Tale, l’un des Canterbury Tales de Geoffrey Chaucer, se déroule à la cour de Gengis Khan.
  • La fin de Gengis, un poème de FL Lucas, dans lequel le Khan mourant, assisté de son conseiller khitan Yelü Chucai, revient sur sa vie.
  • La série de romans Conqueror de Conn Iggulden
  • Steppe par Piers Anthony
  • Genghis Khan dans Metro 2033 par Dmitry Glukhovsky
  • La vie privée de Genghis Khan par Douglas Adams et Graham Chapman
  • Le groupe pop ouest-allemand Dschinghis Khan tire son nom de l’orthographe allemande de Genghis Khan. Ils ont participé au Concours Eurovision de la chanson 1979 avec leur chanson du même nom.
  • Le groupe de heavy metal Iron Maiden sort un morceau entièrement instrumental intitulé Genghis Khan sur leur deuxième album de 1981, Killers.
  • Le groupe Miike Snow a sorti la chanson Genghis Khan en 2017.
  • Le groupe de folk-rock mongol The Hu publie une chanson intitulée The Great Chinggis Khaan en août 2019.
  • Age of Empires II : L’âge des rois
  • Aoki Ookami à Shiroki Mejika IV : Genghis Khan
  • Crusader Kings 2
  • Guerrier le plus meurtrier: légendes
  • La civilisation de Sid Meier

Il existe de nombreuses théories sur les origines du titre de Temüjin. Puisque les gens de la nation mongole associent plus tard le nom avec ching, une telle confusion est évidente, bien qu’elle ne suive pas l’étymologie.

Une théorie suggère que le nom découle d’une version palatalisée du mot mongol et turc tenggis, qui signifie océan, océanique ou à grande diffusion. Zhèng, signifiant juste  ou vrai, aura reçu le modificateur adjectival mongol -s , créant Jenggis, qui dans la romanisation médiévale s’écrira Genghis. Il est probable que la prononciation mongole du XIIIe siècle aura étroitement correspondu à Chinggis.

L’orthographe anglaise Genghis est d’origine peu claire. Weatherford prétend qu’il dérive d’une orthographe utilisée dans les rapports persans originaux. Même à cette époque, certains Iraniens prononcent son nom comme Ghengiss. Cependant, l’examen des sources historiques perses ne le confirme pas.

Selon l’Histoire secrète des Mongols, Temüjin est nommé d’après un puissant guerrier de la tribu tatare que son père Yesügei a fait prisonnier. On pense que le nom Temüjin dérive du mot temür, turc pour le fer. Le nom impliquera un forgeron ou un homme fort comme le fer.

Aucune preuve ne survit pour indiquer que Gengis Khan a une formation exceptionnelle ou une réputation de forgeron. Mais cette dernière interprétation est soutenue par les noms des frères et sœurs de Gengis Khan, Temülin et Temüge, qui sont dérivés du même mot racine.

Genghis Khan est orthographié de différentes manières dans différentes langues telles que le mongol Chinggis Khaan, l’anglais Chinghiz, le Chinghis et le Chingiz, le chinois : 成吉思汗 ; pinyin : Chéngjísī Hán, turcique : Cengiz Han, Çingiz Xan, Chingizxon, Shın’g’ısxan, Çingiz Han Çıñğız Xan, Şıñğıs Xan, Çiñğiz Xaan, Çiñğizhan, russe : Чингисхан ou Чингиз-хан, etc. Temüjin s’écrit en chinois en chinois simplifié : 铁木真 ; chinois traditionnel : 鐵 木 眞 ; pinyin : Tiěmùzhēn.

Lorsque Kublai Khan établit la dynastie Yuan en 1271, il fait inscrire son grand-père Genghis Khan au registre officiel en tant que fondateur de la dynastie ou Taizu. Ainsi, Gengis Khan est également appelé Yuan Taizu dans l’historiographie chinoise.

  • Probablement 1155 ou 1162 : Temüjin nait dans les montagnes Khentii.
  • Lorsque Temüjin a neuf ans, son père Yesükhei est empoisonné par les Tatars, laissant Temüjin et sa famille sans ressources.
  • c. 1184 : la femme de Temüjin, Börte, est kidnappée par Merkits. Il appelle son frère de sang Jamukha et Wang Khan à l’aide et ils la sauvent.
  • c. 1185 : Naissance du premier fils Jochi. Conduisant à douter de sa paternité plus tard parmi les enfants de Gengis, car il nait peu de temps après le sauvetage de Börte des Merkits.
  • 1190 : Temüjin unit les tribus mongoles, devient chef, et conçoit le code de loi Yassa.
  • 1201 : Victoire sur les Jadarans de Jamukha.
  • 1202 : Adopté comme héritier de Wang Khan après des campagnes réussies contre les Tatars.
  • 1203 : Victoire sur les Keraites de Wang Khan. Wang Khan lui-même tué par accident par des Naïmans alliés.
  • 1204 : Victoire sur les Naïmans.
  • 1206 : Jamukha est tué. Temüjin reçoit le titre de Gengis Khan par ses partisans dans un Kurultai.
  • 1207-1210 : Gengis mène des opérations contre le Xia occidental, qui comprend une grande partie du nord-ouest de la Chine et des parties du Tibet. Le souverain Xia occidental est soumis à Genghis Khan. Pendant cette période, les Ouïghours se soumettent également pacifiquement aux Mongols et deviennent de précieux administrateurs dans tout l’empire.
  • 1211 : Après le kurultai, Gengis dirige ses armées contre la dynastie Jin qui dirige le nord de la Chine.
  • 1215 : Pékin tombe. Gengis Khan se tourne vers l’ouest et le khara-kitan khanat.
  • 1219-1222 : conquête de l’empire Khwarezmid.
  • 1226 : Début de la campagne contre les Xia occidentaux pour former une coalition contre les Mongols, deuxième bataille avec les Xia occidentaux.
  • 1227 : Genghis Khan meurt après avoir conquis le peuple Tangut. La cause du décès est incertaine.

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page