Editions Jourdan sur Amazon.fr

La grève du sexe peut résoudre des problèmes

La pièce de théâtre antique Lysistrata a inspiré le mouvement politique et féministe contestataire qu’est la grève du sexe. Ce moyen de pression fut utilisé, parfois avec succès, au Soudan, en Colombie et même contre l’élection de Donald Trump.

Lysistrata est une ancienne comédie grecque par Aristophane, joué à l’origine à Athènes classique en 411 av. C’est un récit comique de la mission extraordinaire d’une femme pour mettre fin à la guerre du Péloponnèse entre les cités grecques en refusant à tous les hommes du pays tout sexe, ce qui était la seule chose qu’ils désiraient vraiment et profondément. Lysistrata persuade les dames des villes en guerre de ne pas accorder les privilèges charnels à leurs maris afin de les forcer à négocier la paix — une stratégie, cependant, qui enflamme la bataille entre les sexes.

La pièce est remarquable pour être un premier exposé des relations amoureuses dans une société dominée par les hommes. De plus, sa structure dramatique représente un changement par rapport aux conventions de la vieille comédie, une tendance typique de la carrière de l’auteur. Il a été produit la même année que les Thesmophoriazusae, une autre pièce avec un accent sur les questions de genre, juste deux ans après la défaite catastrophique d’Athènes dans l’expédition sicilienne. À cette époque, le théâtre grec était une forme profonde de divertissement, qui était extrêmement populaire pour tous les publics, car il abordait des questions politiques pertinentes.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

Les adaptations modernes de Lysistrata sont souvent féministes et/ou pacifistes dans leur objectif. La pièce originale n’était ni féministe ni pacifiste sans réserve. Même lorsqu’ils semblaient faire preuve d’empathie pour la condition féminine, les poètes dramatiques de l’Athènes classique renforçaient encore les stéréotypes sexuels sur les femmes en tant que créatures irrationnelles ayant besoin de protection contre elles-mêmes et contre les autres.

En fait, la pièce pourrait même ne pas être un plaidoyer pour la fin de la guerre autant qu’une vision imaginative d’une fin honorable de la guerre à une époque où une telle fin n’était pas possible. Selon Sarah Ruden, la pièce ne suggère nulle part que la guerre en soi est intolérable, encore moins immorale.

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page
CurieusesHistoires-logo-web

 

Tout le monde peut proposer un article

Si vous désirez écrire pour Curieuses Histoires, merci de remplir le formulaire ci-dessous. Vous pouvez aussi nous envoyer un e-mail : info@curieuseshistoires.net

En soumettant un article, vous reconnaissez en être l’auteur et vous acceptez d’en céder les droits à Curieuses Histoires, vous acceptez aussi que le texte soit éventuellement corrigé et remanié par nos soins. L’article sera crédité à votre nom si vous le désirez.