Pour se nourrir, les survivants d’un crash mangèrent leurs compagnons

Pour se nourrir, les survivants d'un crash mangèrent leurs compagnons

Le crash du vol Fuerza Aérea, survenu le vendredi 13 octobre 1972 dans la cordillère des Andes, est une histoire de survie incroyable. Seize personnes survécurent après être restées isolées pendant 72 jours à des températures allant jusqu’à -40 °C, se nourrissant des corps de ceux qui avaient péri et qui avaient été conservés par la neige et le froid. Ils découpaient des bandes de chairs et les laissaient sécher au soleil avant de les manger. 

Les passagers n’avaient que très peu de nourriture au départ et n’avaient aucune source de chaleur, puisqu’ils se trouvaient à près de 3600 mètres de hauteur. Ils furent sauvés grâce à un passager qui, ne voulant pas manger sa famille, partit à la recherche de secours.

Sur les quarante-cinq passagers (une équipe de rugby, leurs familles et leurs amis), vingt-sept survécurent au crash, huit sont morts lors d’une avalanche survenue dix-sept jours plus tard et qui balaya totalement leur abri, et trois de leurs blessures. C’est en faisant fonctionner la radio du cockpit qu’ils ont appris quelques jours après le crash l’arrêt des recherches. Fernando Parrado, survivant, ayant perdu sa mère et sa sœur lors du crash fut poussé par la motivation de ne pas manger les corps de sa famille pour partir en expédition à la recherche de civilisation avec l’aide de deux autres survivants. Après huit jours de marche insoutenable et après avoir perdu 20 à 30 kg, ils trouvèrent un cavalier de l’autre côté d’un fleuve qui préviendra les autorités le lendemain, après avoir nourri les survivants. Ils furent secourus le 23 décembre 1972. 

Avant l'avalanche, quelques survivants ont insisté sur le fait que leur seul moyen de survie serait de franchir les montagnes et de chercher de l'aide. En raison de l'affirmation du copilote selon laquelle l'avion avait dépassé Curicó (ce qui était complètement faux, la position réelle était à plus de 89 km à l'est dans les Andes), le groupe a supposé que la campagne chilienne miles loin à l'ouest. L'avion s'était écrasé à l'intérieur de l'Argentine, et à l'insu des survivants, il y avait un hôtel abandonné nommé l'Hôtel Termas Sosneado à seulement 29 kilomètres à l'est d'eux. Bien que l'hôtel ait été fermé depuis 1953 et que le bâtiment était en ruines, il y a une source d'eau chaude là-bas, et les murs qui restaient debout auraient pu fournir un abri. D'autre part, il n'y avait pas de fournitures à l'hôtel, et le trek aurait pris 1-2 jours, épuisant peut-être encore plus les survivants. Plusieurs courtes expéditions ont été faites dans les environs immédiats de l'avion dans les premières semaines après l'accident, mais ils ont constaté qu'une combinaison de mal d'altitude, déshydratation, cécité des neiges, malnutrition, et le froid extrême des nuits fait grimper toute distance significative une tâche impossible.

Par conséquent, il a été décidé qu'un groupe serait choisi, puis allouerait le plus de rations de nourriture et de vêtements, et épargnerait le travail manuel quotidien autour du site du crash qui était essentiel pour la survie du groupe, afin que les élus puissent construire leur force. Bien que plusieurs survivants aient été déterminés à faire partie de l'équipe de l'expédition, y compris Nando Parrado et Roberto Canessa, l'un des deux étudiants en médecine, d'autres étaient moins disposés ou incapables de résister à une telle épreuve physique. Numa Turcatti et Antonio Vizintin ont été choisis pour accompagner Canessa et Parrado. À l'instigation de Canessa, ils attendirent près de sept jours, pour permettre l'arrivée de l'été, et avec lui des températures plus élevées.

Bien qu'ils espéraient se rendre au Chili, une grande montagne se trouvait juste à l'ouest du site de l'écrasement, bloquant tout effort qu'ils faisaient pour marcher dans cette direction. Par conséquent, ils se sont d'abord dirigés vers l'est, espérant qu'à un moment donné, la vallée dans laquelle ils se trouvaient ferait demi-tour et leur permettrait de marcher vers l'ouest. Après plusieurs heures de marche vers l'est, le trio a trouvé de façon inattendue la partie arrière de l'avion, qui était encore largement intacte. À l'intérieur et autour de la queue se trouvaient de nombreuses valises appartenant aux passagers, contenant des cigarettes, des bonbons, des vêtements propres et même des bandes dessinées. Le groupe a décidé de camper cette nuit-là à l'intérieur de la queue et de continuer vers l'est le lendemain matin. Cependant, la deuxième nuit de l'expédition, qui était leur première nuit à dormir dehors exposée aux éléments, le groupe a presque gelé à mort.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.