Une proposition de loi pour arrondir… Pi !

Une proposition de loi pour arrondir... Pi !

En 1897, les sénateurs de l’ aux États-Unis ont soumis au vote une loi qui aurait du  à Pi la arrondie de 3,2. En 1894, Edward J. Goodwin, médecin et algébriste amateur de l'Indiana, pense avoir découvert une manière correcte de cadrer le cercle. Il suggère un projet introduit à la Chambre sous le titre long Projet de loi portant modification de la loi mathématique et proposant une contribution à l’éducation à l’usage exclusif de l’État de l’Indiana gratuitement en payant des redevances quelconques sur le même, à condition qu’il soit accepté et adopté par l’action officielle de la Législature de 1897Le texte du projet de loi consiste en une série de déclarations , suivies d’une récitation des réalisations précédentes de Goodwin :

... ses solutions de la trisection de l’angledoublant le cube et la quadrature du cercle ayant déjà été acceptées comme contributions à la science par l'American Mathematical Monthly... Et rappelons-nous que ces problèmes signalés ont été depuis longtemps abandonnés par les organismes scientifiques comme des mystères insolubles et au-dessus de la capacité de compréhension de l’homme.

Les solutions de Goodwin ont en effet été publiées dans l'American Mathematical Monthly, avec toutefois une clause de non-responsabilité de publiées à la demande de l’auteur

Lors de son introduction à la Chambre des représentants de l’Indiana, le libellé et le sujet sèment la confusion ; un affilié de Bloomington a proposé que la loi soit attribuée au Comité des finances, mais le Président a accepté la recommandation d’un autre membre de le renvoyer au Comité des swamplands, où il pourra trouver une tombe méritée. Il est transféré à la Commission de l’éducation, qui rend un rapport favorable. À la suite d’une motion de suspension des règles, le projet de loi est adopté le 6 février sans vote dissident. La nouvelle suscite une réaction alarmante de Der Tägliche Telegraph, un journal de langue allemande à Indianapolis, qui perçoit l’événement avec beaucoup moins de faveurs que ses concurrents anglophones. Au terme de ce débat, le  CA Waldo, de l' Purdue, arrive à Indianapolis afin de garantir les crédits annuels pour l’Indiana Academy of Science. Un député lui tend le billet et lui propose de le présenter au génie qui l’a écrit. Il décline l’invitation, affirmant qu’il a rencontré autant de fous qu’il le désirait.

Lorsqu’il atteint le Sénat de l’Indiana, le projet de loi n’est pas traité avec autant de gentillesse, car Waldo a déjà entraîné les sénateurs. Le comité auquel il a été affecté le signale défavorablement et le Sénat le dépose le 12 février ; il est presque adopté, mais l’opinion change lorsqu’un constate que l’ générale n’a pas le pouvoir de définir la vérité mathématique. Il est rapporté à certains sénateurs que de grands journaux, tels que le Chicago Tribune, ont commencé à ridiculiser la situation.

Selon l’article d'Indianapolis News du 13 février, page 11, colonne 3 :

... la facture a été soulevée et moquée. Les Sénateurs ont fait de mauvais jeux de mots à ce sujet, se sont moqués de lui et en ont ri. Le plaisir a duré une demi-heure. Le sénateur Hubbell a déclaré que le Sénat, qui coûtait 250 dollars par jour à l’Assemblée, ne se réunissait pas pour perdre son temps si frivolité. Il a déclaré qu’en lisant les principaux journaux de Chicago et de l’Est, il avait constaté que la législature de l’État d’Indiana s’était mise à ridicule par les mesures déjà prises concernant le projet de loi. Il pensait que l’examen d’une telle proposition n’était ni digne ni digne du Sénat. Il a proposé le report indéfini du projet de loi et la motion a été adoptée.