Editions Jourdan sur Amazon.fr

Hasekura Rokuemon Tsunenaga, un samouraï à Saint-Tropez

Les premières relations entre le et la France remontent au XVIIe siècle, quand Hasekura Rokuemon, un samouraï converti au christianisme, dut accoster à en raison d’une tempête en Méditerranée. Hasekura se rendait à Rome pour demander au pape d’empêcher les massacres de chrétiens dans son pays.

Mais ses efforts furent vains : à son retour au pays en 1620, soit sept ans plus tard, le gouvernement a changé et le massacre a lieu.

Hasekura Rokuemon Tsunenaga est un samouraï japonais kirishitan et un serviteur de Date Masamune, le daimyō de Sendai d’origine japonaise impériale avec des liens ancestraux avec l’empereur Kanmu.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

Au cours des années 1613 par 1620, Hasekura dirige une mission diplomatique au pape Paul V. Traversant le Pacifique à bord du San Juan Bautista, un navire construit à cet effet par Masamune, Hasekura transite par la Nouvelle-Espagne et visite l’Espagne et divers autres ports d’escale en Europe sur le chemin. Cette mission historique s’appelle l’ambassade de Keichō et suit l’ ambassade de Tenshō de 1582. Lors du voyage de retour, Hasekura et ses compagnons retracent leur route à travers la Nouvelle-Espagne en 1619, naviguant d’Acapulco pour Manille, puis naviguant vers le nord jusqu’au Japon en 1620. Il est conventionnellement considéré comme le premier ambassadeur japonais dans les Amériques et en Espagne.

Bien que l’ambassade de Hasekura ait été chaleureusement reçue en Espagne et au Vatican, cela se produit à une époque où le Japon s’achemine vers la suppression du christianisme. Les monarques européens tels que le roi d’Espagne refusent ainsi les accords commerciaux que Hasekura recherche. Hasekura retourne au Japon en 1620 et meurt de maladie un an plus tard, son ambassade se terminant apparemment avec peu de résultats dans un Japon de plus en plus isolationniste.

La prochaine ambassade du Japon en Europe n’aura lieu que plus de 200 ans plus tard, après deux siècles d’isolement, avec la première ambassade du Japon en Europe en 1862.

Hasekura Tsunenaga, également appelé Don Felipe Francisco.

On sait peu de choses sur la jeunesse de Hasekura Tsunenaga. Selon Date Sejin Kafu, il est de descendance impériale japonaise, l’enfant de Yamaguchi Tsuneshige qui a des liens ancestraux avec l’empereur Kanmu. Il est un noble samouraï de niveau intermédiaire dans le domaine de Sendai au nord du Japon, qui a l’opportunité de servir directement le daimyō Date Masamune. Il passe son jeune âge adulte au pittoresque château de Kamitate qui est construit dans le quartier Hasekura, Kawasaki City, préfecture de Miyagi, par son grand-père Hasekura Tsunemasa. Le lieu d’origine du nom de famille Hasekura est Hasekura Village, maintenant Hasekura Ward dans la ville de Kawasaki. Hasekura et Date Masamune sont à peu près du même âge, et il est enregistré que plusieurs missions importantes sont confiées à Tsunenaga en tant que son représentant.

Il est également enregistré que Hasekura sert de samouraï pendant l’invasion japonaise de la Corée sous le Taikō Toyotomi Hideyoshi, pendant six mois en 1597.

En 1612, le père de Hasekura, Hasekura Tsunenari, est mis en examen pour corruption, et il est mis à mort en 1613. Son fief est confisqué et son fils aurait normalement dû être exécuté également. Date, cependant, lui donne l’occasion de racheter son en le plaçant à la tête de l’ambassade en Europe, et lui rend rapidement ses territoires également.

Les Espagnols commencent des voyages transpacifiques entre la Nouvelle-Espagne et les Philippines en 1565. Les célèbres galions de Manille transportent de l’argent des mines mexicaines vers l’ouest jusqu’à l’entrepôt de Manille en possession espagnole des Philippines. Là, l’argent est utilisé pour acheter des épices et échanger des marchandises provenant de toute l’Asie, y compris des marchandises du Japon. La route de retour des galions de Manille, d’abord tracée par le navigateur espagnol Andrés de Urdaneta, emmène les navires au nord-est dans le courant de Kuroshio au large des côtes du Japon, puis à travers le Pacifique jusqu’à la côte ouest du Mexique, pour finalement atterrir à Acapulco.

Des navires espagnols font occasionnellement naufrage sur les côtes du Japon en raison du mauvais temps, entamant des contacts avec le pays. Les Espagnols souhaitent élargir la foi chrétienne au Japon. Les efforts pour étendre son influence au Japon sont accueillis par une forte résistance des jésuites, qui ont commencé l’évangélisation du pays en 1549, ainsi que par l’opposition des Portugais et des Néerlandais qui ne souhaitent pas voir l’Espagne participer au commerce japonais. Cependant, certains Japonais, tels que Christopher et Cosmas, sont connus pour avoir traversé le Pacifique à bord de galions espagnols dès 1587. On sait que des cadeaux sont échangés entre le gouverneur des Philippines et Toyotomi Hideyoshi, qui le remercie dans une lettre de 1597, écrivant L’éléphant noir en particulier, je l’ai trouvé le plus insolite.

En 1609, le galion espagnol de Manille, San Francisco, rencontre des intempéries sur son chemin de Manille à Acapulco, et est détruit sur la côte japonaise à Chiba, près de Tokyo. Les marins ont été secourus et accueillis, et le capitaine du navire, Rodrigo de Vivero, ancien gouverneur par intérim des Philippines, rencontre le shōgun à la retraite Tokugawa Ieyasu. Rodrigo de Vivero rédige un traité, signé le 29 novembre 1609, par lequel les Espagnols pourraient établir une usine dans l’est du Japon, des spécialistes des mines seraient importés de Nouvelle-Espagne, des navires espagnols seraient autorisés à visiter le Japon en cas de nécessité, et une ambassade japonaise serait envoyé au tribunal espagnol.

Un frère franciscain du nom de Luis Sotelo, qui fait du prosélytisme dans le quartier de l’actuel Tokyo, convainc Tokugawa Ieyasu et son fils Tokugawa Hidetada de l’envoyer comme représentant en Nouvelle-Espagne sur l’un de leurs navires, afin d’avancer le traité commercial. Rodrigo de Vivero offert à la voile sur le bateau japonais afin de garantir la sécurité de leur réception en Nouvelle-Espagne, mais insiste pour qu’un autre franciscain, nommé Alonso Muños, être envoyé à la place que le représentant de shōgun. En 1610, Rodrigo de Vivero, plusieurs marins espagnols, le père franciscain et 22 représentants japonais dirigés par le commerçant Tanaka Shōsukea navigué au Mexique à bord du San Buena Ventura, un navire construit par le navigateur anglais William Adams pour le shōgun. Une fois en Nouvelle-Espagne, Alonso Muños rencontre le vice-roi Luis de Velasco, qui accepte d’envoyer un ambassadeur au Japon en la personne du célèbre explorateur Sebastián Vizcaíno avec la mission supplémentaire d’explorer les îles d’or et d’argent que l’on pense être à l’est des îles japonaises.

Vizcaíno arrive au Japon en 1611 et a de nombreuses réunions avec les shōgun et les seigneurs féodaux. Ces rencontres sont entachées par son faible respect des coutumes japonaises, la résistance croissante des Japonais au prosélytisme catholique et les intrigues des Hollandais contre les ambitions espagnoles. Vizcaíno part finalement à la recherche de l’île d’argent, au cours de laquelle il rencontre des intempéries, le forçant à retourner au Japon avec de lourds dégâts.

Sans attendre Vizcaíno, un autre navire – construit à Izu par le shogunat Tokugawa sous le ministre de la Marine Mukai Shōgen, et nommé San Sebastian – part pour le Mexique le 9 septembre 1612 avec Luis Sotelo à bord ainsi que deux représentants de Date Masamune, avec l’objectif de faire avancer l’accord commercial avec la Nouvelle-Espagne. Cependant, le navire sombre à quelques kilomètres d’ Uraga, et l’expédition doit être abandonnée.

Le shōgun fait construire un nouveau galion au Japon pour ramener Vizcaíno en Nouvelle-Espagne, ainsi qu’une ambassade japonaise accompagnée de Luis Sotelo. Le galion, nommé Date Maru par les Japonais et plus tard San Juan Bautista par les Espagnols, prend 45 jours de travail dans la construction, avec la participation d’experts techniques du Bakufu, 800 charpentiers de marine, 700 forgerons et 3 000 charpentiers. Le daimyō de Sendai , Date Masamune, est chargé du projet. Il a nommé l’un de ses serviteurs, Hasekura Tsunenaga, pour diriger la mission :

Le Grand Navire a quitté Toshima-Tsukinoura pour les Barbares du Sud le 15 septembre, calendrier japonais, avec à sa tête Hasekura Rokuemon Tsunenaga, et ceux appelés Imaizumi Sakan, Matsuki Shusaku, Nishi Kyusuke, Tanaka Taroemon, Naitō Hanjurō, Sonohoka Kyuemon, Kuranojō, Tonomo , Kitsunai, Kyuji, ainsi que plusieurs autres sous Rokuemon, ainsi que 40 Barbares du Sud, 10 hommes de Mukai Shōgen, et aussi des artisans, pour un total de 180.

L’objectif de l’ambassade du Japon est à la fois de discuter des accords commerciaux avec la couronne espagnole à Madrid et de rencontrer le pape à Rome. Date Masamune affiche une grande volonté d’accueillir la religion catholique dans son domaine : il invite Luis Sotelo et autorise la propagation du christianisme en 1611. Dans sa lettre au pape, apportée par Hasekura, il écrit: Je vais offrir ma terre pour une base de votre travail missionnaire. Envoyez-nous autant de padres que possible.

Sotelo, dans son propre récit des voyages, met l’accent sur la dimension religieuse de la mission, affirmant que l’objectif principal était de répandre la foi chrétienne dans le nord du Japon :

J’ai été auparavant envoyé comme ambassadeur d’Idate Masamune, qui détient les rênes du royaume d’Oxu – qui, alors qu’il n’est pas encore né par le baptême, a été catéchisé, et souhaitait que la foi chrétienne soit prêchée dans son royaume – avec un autre noble de sa Cour, Philippus Franciscus Faxecura Rocuyemon, au Sénat romain et à celui qui, à cette époque, était responsable du Siège apostolique, son Sainteté le pape Paul V.

L’ambassade fait probablement partie à l’époque d’un plan de diversification et d’augmentation des échanges avec les pays étrangers, avant que la participation des chrétiens à la rébellion d’Osaka ne déclenche une réaction radicale du shogunat, avec l’interdiction du christianisme dans les territoires qu’elle contrôle directement, en 1614.

Une fois terminé, le navire est parti le 28 octobre 1613 pour Acapulco avec environ 180 personnes à bord, dont 10 samouraïs du shōgun, 12 samouraïs de Sendai, 120 marchands japonais, marins et domestiques, et une quarantaine d’Espagnols et de Portugais, dont Sebastián Vizcaíno qui, selon ses propres mots, n’avait que la qualité d’un passager.

Le navire atteint le cap Mendocino dans la Californie d’aujourd’hui, puis longe la côte pour arriver à Acapulco le 25 janvier 1614 après trois mois de mer. Les Japonais sont reçus avec une grande cérémonie, mais doivent attendre à Acapulco jusqu’à ce que des ordres soient reçus concernant la façon d’organiser le reste de leurs voyages.

Des combats éclatent entre les Japonais et les Espagnols, en particulier Vizcaíno, apparemment en raison de certains différends sur la manipulation des cadeaux du souverain japonais. Un journal contemporain, écrit par l’historien Chimalpahin Quauhtlehuanitzin, un noble aztèque né à Amecameca en 1579, dont le nom officiel était Domingo Francisco de San Anton Muñon, raconte que Vizcaíno a été gravement blessé dans le combat :

Le señor Vizcaíno vient toujours lentement, blessé ; les Japonais l’ont blessé quand ils l’ont battu et poignardé à Acapulco, comme on le sait ici au Mexique, à cause de toutes les choses qui lui ont été confiées au Japon

Suite à ces combats, des ordres ont été promulgués les 4 et 5 mars pour ramener la paix. Les ordonnances ont expliqué que :

Les Japonais ne devraient pas être soumis à des attaques dans ce pays, mais ils devraient remettre leurs armes jusqu’à leur départ, à l’exception de Hasekura Tsunenaga et de huit de sa suite… Les Japonais seront libres d’aller où ils veulent et devraient être traités correctement. Ils ne devraient pas être abusés par des paroles ou des actions. Ils seront libres de vendre leurs biens. Ces ordres ont été promulgués aux Espagnols, aux Indiens, aux Mulâtres, aux Métis et aux Noirs, et à ceux qui ne respectent pas ils seront punis.

L’ambassade est restée deux mois à Acapulco et est entrée à Mexico le 24 mars, où elle a été reçue avec grande cérémonie. La mission ultime de l’ambassade était de se rendre en Europe. L’ambassade a passé quelque temps au Mexique, puis s’est rendue à Veracruz pour embarquer sur la flotte de Don Antonio Oquendo.

Chimalpahin rend compte de la visite d’Hasekura.

C’est la deuxième fois que les Japonais débarquent un de leurs navires sur le rivage à Acapulco. Ils transportent ici tout ce qui est en fer, des bureaux et du tissu qu’ils doivent vendre ici.

Il est devenu connu ici au Mexique et il a été dit que la raison pour laquelle leur souverain l’empereur du Japon a envoyé cet émissaire seigneur et ambassadeur ici, c’est pour aller à Rome pour voir le Saint-Père Paul V, et pour lui donner leur obéissance concernant le saint pour que tous les Japonais veuillent devenir chrétiens.

Hasekura est installé dans une maison à côté de l’église de San Francisco et rencontre le vice-roi. Il lui explique qu’il envisage également de rencontrer le roi Philippe III pour lui offrir la paix et obtenir que les Japonais puissent venir au Mexique pour le commerce. Le mercredi 9 avril, 20 Japonais sont baptisés et 22 autres le 20 avril par l’archevêque de Mexico, don Juan Pérez de la Serna, à l’église de San Francisco. Au total, 63 d’entre eux reçoivent une confirmation le 25 avril. Hasekura attend son voyage en Europe pour y être baptisé :

Mais le seigneur émissaire, l’ambassadeur, ne voulait pas être baptisé ici; on a dit qu’il serait baptisé plus tard en Espagne

Chimalpahin explique que Hasekura laisse certains de ses compatriotes derrière lui avant de partir pour l’Europe :

L’Ambassadeur du Japon est parti et est parti pour l’Espagne. En partant, il a divisé ses vassaux. Il a pris un certain nombre de Japonais et il en a laissé un nombre égal ici en tant que marchands pour échanger et vendre des choses.

La flotte est partie pour l’Europe sur le San Jose le 10 juin. Hasekura a dû laisser derrière lui la plus grande partie du groupe japonais, qui devait attendre à Acapulco le retour de l’ambassade.

Certains d’entre eux, ainsi que ceux du précédent voyage de Tanaka Shōsuke, reviennent au Japon la même année, revenant avec le San Juan Bautista :

Aujourd’hui, mardi 14 octobre 1614, certains Japonais sont partis du Mexique pour rentrer chez eux au Japon. Ils ont vécu ici au Mexique pendant quatre ans. Certains sont restés ici; ils gagnent leur vie et vendre ici les marchandises qu’ils ont amenées avec eux du Japon.

L’ambassade s’est arrêtée et a changé de navire à La Havane à Cuba en juillet 1614. L’ambassade est restée à La Havane pendant six jours. Une statue en bronze a été érigée le 26 avril 2001 à la tête de la baie de La Havane.

La flotte est arrivée à Sanlúcar de Barrameda le 5 octobre 1614.

La flotte est finalement arrivée en toute sécurité, après quelques dangers et tempêtes, au port de Sanlúcar de Barrameda le 5 octobre, où le duc de Médine Sidonia a été informé de l’arrivée. Il a envoyé des voitures pour les honorer et accueillir l’ambassadeur et ses messieurs.

L’ambassadeur japonais Hasekura Rokuemon, envoyé par Joate Masamune, roi de Boju, est entré à Séville le mercredi 23 octobre 1614. Il était accompagné de 30 Japonais avec des lames, leur capitaine de la garde, et de 12 archers et hallebardiers avec des lances et des lames peintes. Le capitaine de la garde était chrétien et s’appelait Don Thomas, le fils d’un martyr japonais.

L’ambassade du Japon a rencontré le roi Philippe III à Madrid le 30 janvier 1615. Hasekura a remis au roi une lettre de Date Masamune ainsi qu’une offre de traité . Le roi a répondu qu’il ferait ce qu’il pouvait pour répondre à ces demandes.

Hasekura a été baptisé le 17 février par l’aumônier personnel du roi et renommé Felipe Francisco Hasekura. La cérémonie de baptême devait avoir été menée par l’ archevêque de Tolède, Bernardo de Sandoval y Rojas, bien qu’il était trop malade pour le faire, et le duc de Lerma – le principal administrateur du règne de Philippe III et le dirigeant de facto de Espagne – a été désigné comme parrain de Hasekura .

L’ambassade reste huit mois en Espagne avant de quitter le pays pour l’Italie.

Après avoir traversé l’Espagne, l’ambassade navigue sur la Méditerranée à bord de trois frégates espagnoles vers l’Italie. En raison du mauvais temps, ils doivent rester quelques jours dans le port français de Saint-Tropez, où ils sont reçus par la noblesse locale, et font sensation sur la population.

La visite de l’ambassade du Japon est enregistrée dans les chroniques de la ville sous la direction de Philip Francis Faxicura, ambassadeur auprès du pape, de Date Masamunni, roi de Woxu au Japon.

De nombreux détails pittoresques de leurs mouvements sont enregistrés :

Ils ne touchent jamais la nourriture avec leurs doigts, mais utilisent plutôt deux petits bâtons qu’ils tiennent avec trois doigts.
Ils se mouchent le nez dans des papiers doux et soyeux de la taille d’une main, qu’ils n’utilisent jamais deux fois, afin de les jeter par terre après usage, et ils étaient ravis de voir nos gens autour d’eux se précipiter pour les ramasser.
Leurs épées coupent si bien qu’ils peuvent couper un papier doux simplement en le plaçant sur le bord et en soufflant dessus.

La visite de Hasekura Tsunenaga à Saint-Tropez en 1615 est le premier exemple enregistré de relations franco-japonaises.

L’ambassade du Japon continue en Italie où ils peuvent rencontrer le pape Paul V à Rome en novembre 1615, la même année que Galileo Galilei est confronté pour la première fois à l’Inquisition romaine concernant ses conclusions contre le géocentrisme. Hasekura remet au Pape deux lettres dorées, une en japonais et une en latin, contenant une demande de traité commercial entre le Japon et le Mexique et l’envoi de missionnaires chrétiens au Japon. Ces lettres sont toujours visibles dans les archives du Vatican. La lettre latine, probablement écrite par Luis Sotelo pour Date Masamune, se lit en partie :

Embrassant les pieds saints du Grand Seigneur Universel et Très Saint du Monde Entier, le Pape Paul, dans une soumission et une vénération profondes, moi, Idate Masamune, Roi de Wōshū dans l’Empire du Japon, dis avec supplication :
Le Padre Franciscain Luis Sotelo est venu dans notre pays pour répandre la foi de Dieu. À cette occasion, j’ai appris cette foi et j’ai souhaité devenir chrétien, mais je n’ai toujours pas accompli ce désir en raison de quelques petits problèmes. Cependant, afin d’encourager mes sujets à devenir chrétiens, je souhaite que vous envoyiez des missionnaires de l’église franciscaine. Je vous garantis que vous pourrez construire une église et que vos missionnaires seront protégés. Je souhaite également que vous choisissiez et envoyiez un évêque également. Pour cette raison, j’ai envoyé un de mes samouraïs, Hasekura Rokuemon, comme mon représentant pour accompagner Luis Sotelo à travers les mers à Rome, pour vous donner un cachet d’obéissance et vous embrasser les pieds. De plus, comme notre pays et la Nueva España sont des pays voisins, pourriez-vous intervenir pour que nous puissions discuter avec le roi d’Espagne.

Le pape accepte l’envoi de missionnaires, mais laisse la décision du commerce au roi d’Espagne.

Le Sénat romain donne également à Hasekura le titre honorifique de noble romain et de citoyen romain, dans un document qu’il ramène au Japon, et qui est conservé aujourd’hui à Sendai.

Sotelo décrit également la visite au Pape, livre De ecclesiae Iaponicae statu relatio :

Quand nous sommes arrivés là-bas avec l’aide de Dieu en l’année de notre salut 1615, non seulement nous avons été aimablement reçus par Sa Sainteté le grand Pape, avec le Saint Collège des Cardinaux et un rassemblement d’évêques et de nobles, et même la joie et le bonheur général du peuple romain, mais nous et trois autres ont été entendus, reposés et, comme nous l’espérions, expédiés le plus rapidement possible.

Outre la description officielle de la visite de Hasekura à Rome, certaines communications contemporaines tendent à indiquer que des questions politiques sont également discutées et qu’une alliance avec Date Masamune est suggérée comme un moyen d’établir une influence chrétienne dans tout le Japon :

Les pères franciscains espagnols expliquent que le roi de l’ambassadeur [Hasekura Tsunenaga] deviendra bientôt le souverain suprême de son pays, et que non seulement ils deviendront chrétiens et suivront la volonté de l’église de Rome, mais ils le feront aussi à leur tour, convertir le reste de la population. C’est pourquoi ils demandent l’envoi d’un haut ecclésiastique avec les missionnaires. Pour cette raison, beaucoup de gens doutent du véritable but de l’ambassade et se demandent s’ils ne cherchent pas pour un autre avantage.

Lettre du roi d’Espagne à ce jour Masamune. La lettre est sympathique et demande le soutien de la foi chrétienne, mais ne mentionne pas le commerce, malgré la propre demande de Date Masamune.

Pour la deuxième fois en Espagne, en avril 1616, Hasekura a de nouveau rencontré le roi, qui a refusé de signer un accord commercial, au motif que l’ambassade du Japon ne semblait pas être une ambassade officielle du souverain du Japon Tokugawa Ieyasu, qui, au contraire, avait promulgué un édit en janvier 1614 ordonnant l’expulsion de tous les missionnaires du Japon, et avait commencé la persécution de la foi chrétienne au Japon.

Deux ans plus tard, après leur voyage à travers l’Europe, la mission quitte Séville pour la Nouvelle-Espagne en juin 1616. Certains documents d’enregistrement indiquent que certains Japonais auraient pu rester en Espagne, ce qui est possible étant donné qu’ils font leur dernier arrêt dans des villages proches Séville. Curieusement, à ce jour, les Espagnols avec Japón comme nom de famille se trouvent non seulement dans cette région, mais dans toute l’Espagne.

L’ambassade de Hasekura Tsunenaga fait l’objet de nombreuses publications dans toute l’Europe. L’écrivain italien Scipione Amati, qui accompagne l’ambassade en 1615 et 1616, publie en 1615 à Rome un livre intitulé Histoire du royaume de Woxu . Ce livre est également traduit en allemand en 1617. En 1616, l’éditeur français Abraham Savgrain publie un compte rendu de la visite de Hasekura à Rome: Récit de l’entrée solennelle et remarquable faite à Rome, par Dom Philippe François Faxicura.

Hasekura reste au Mexique pendant 5 mois sur le chemin du retour au Japon. Le San Juan Bautista attend à Acapulco depuis 1616, après un deuxième voyage à travers le Pacifique du Japon au Mexique. Commandée par Yokozawa Shōgen, elle est chargée de poivre fin et de laque de Kyoto, vendus sur le marché mexicain. Pour éviter que trop d’argent ne quitte le Mexique pour le Japon, le roi d’Espagne demande au vice-roi de demander que le produit soit dépensé pour des produits mexicains, à l’exception d’un montant de 12 000 pesos et 8 000 pesos en argent, que Hasekura et Yokozawa sont respectivement autorisés à apporter. de retour avec eux.

En avril 1618, le San Juan Bautista arrive aux Philippines en provenance du Mexique, avec à bord Hasekura et Luis Sotelo. Le navire est acquis par le gouvernement espagnol là-bas, dans le but de construire des défenses contre les incursions des pouvoirs protestants. À Manille, l’archevêque décrit l’accord au roi d’Espagne dans une missive datée du 28 juillet 1619 :

Le gouverneur était extrêmement amical avec les Japonais et leur a fourni sa protection. Comme ils avaient beaucoup de choses chères à acheter, ils ont décidé de prêter leur navire. Le navire a été immédiatement meublé pour le combat. Le gouverneur a finalement acheté le navire, car il s’est avéré qu’il était d’une construction excellente et robuste, et les navires disponibles étaient considérablement peu nombreux. En faveur de Votre Majesté, le prix payé était raisonnable.

Pendant son séjour aux Philippines, Hasekura achète de nombreux biens pour Date Masamune et construit un navire, comme il l’a expliqué dans une lettre qu’il a écrite à son fils. Il retourne finalement au Japon en août 1620, atteignant le port de Nagasaki.

Au moment du retour de Hasekura, le Japon a radicalement changé : un effort pour éradiquer le christianisme est en cours depuis 1614, Tokugawa Ieyasu est décédé en 1616 et a été remplacé par son fils plus xénophobe, Tokugawa Hidetada, et le Japon se dirige vers le Sakoku, politique d’ isolement. Parce que la nouvelle de ces persécutions arrive en Europe pendant l’ambassade de Hasekura, les dirigeants européens – en particulier le roi d’Espagne – deviennent très réticents à répondre favorablement aux propositions commerciales et missionnaires de Hasekura.

Hasekura rapporte ses voyages à Date Masamune à son arrivée à Sendai. Il est enregistré qu’il remet un portrait du pape Paul V, un portrait de lui-même en prière et un ensemble de poignards ceylanais et indonésiens acquis aux Philippines, tous conservés aujourd’hui au musée de la ville de Sendai. Les Archives de la maison de Masamune décrivent son rapport d’une manière assez succincte, se terminant par une expression de surprise plutôt énigmatique qui frise l’indignation du discours de Hasekura :

Rokuemon est allé au pays des Barbares du Sud, il a rendu hommage au roi Paolo, il y est resté plusieurs années, et maintenant il est rentré de Luzon. Il a apporté des peintures du roi des Barbares du Sud, et une peinture de lui-même, ce qu’il a remis. Beaucoup de ses descriptions des pays barbares du Sud, et le sens des déclarations de Rokuemon étaient surprenants et extraordinaires.

L’effet direct du retour de Hasekura à Sendai fut l’interdiction du christianisme dans le fief de Sendai deux jours plus tard :

Deux jours après le retour de Rokuemon à Sendai, un édit en trois points contre le chrétien a été promulgué: premièrement, que tous les chrétiens ont reçu l’ordre d’abandonner leur foi, conformément à la règle du shōgun , et pour ceux qui ne l’ont pas fait, ils seraient exilés s’ils étaient nobles, et tués s’ils étaient citoyens, paysans ou domestiques. Deuxièmement, qu’une récompense serait donnée pour la dénonciation des chrétiens cachés. Troisièmement, que les propagateurs de la foi chrétienne devraient quitter le fief de Sendai, ou bien , abandonnent leur religion

Ce que Hasekura dit ou fait pour obtenir un tel résultat est inconnu. Comme les événements ultérieurs tendent à indiquer que lui et ses descendants sont restés des chrétiens fidèles, Hasekura rend peut-être un compte enthousiaste – et dans une certaine mesure inquiétant – de la grandeur et de la puissance des pays occidentaux et de la religion chrétienne. Il encourage peut-être aussi une alliance entre l’Église et Date Masamune pour prendre le contrôle du pays, ce qui, en 1620 au Japon, aurait été une proposition totalement irréaliste. Enfin, les espoirs de commerce avec l’Espagne s’évaporent lorsque Hasekura annonce que le roi d’Espagne ne conclurait pas d’accord tant que des persécutions se produiraient dans le reste du pays.

Date Masamune choisit soudainement de se distancier de la foi occidentale. Les premières exécutions de chrétiens commencent 40 jours plus tard. Les mesures anti-chrétiennes prises par Date Masumune sont cependant relativement douces, et les chrétiens japonais et occidentaux ont affirmé à plusieurs reprises qu’il ne les a prises que pour apaiser le shōgun :

« Date Masumune, par peur du shōgun , a ordonné la persécution du christianisme sur son territoire et a créé plusieurs martyrs . » (Lettre de 17 éminents chrétiens japonais de Sendai, au pape, 29 septembre 1621). [31]
Un mois après le retour de Hasekura, Date Masamune a écrit une lettre au shōgun Tokugawa Hidetada , dans laquelle il fait un effort très clair pour échapper à la responsabilité de l’ambassade, expliquant en détail comment elle a été organisée avec l’approbation, et même la collaboration, de la shōgun :

Lorsque j’ai envoyé un navire dans les pays du sud du Barbarie il y a plusieurs années, sur les conseils de Mukai Shōgen, j’ai également envoyé le sud du Barbare nommé Sotelo, qui résidait depuis plusieurs années à Edo. À cette époque, votre Altesse a également donné des messages pour les Barbares du Sud, ainsi que des cadeaux, comme des paravents et des armures.

L’Espagne, avec une colonie et une armée aux Philippines voisines, est à l’époque une source de préoccupation pour le Japon. Les témoignages de Hasekura sur le pouvoir espagnol et les méthodes coloniales en Nouvelle-Espagne précipitent peut-être la décision du shōgun Tokugawa Hidetada de rompre les relations commerciales avec l’Espagne en 1623 et les relations diplomatiques en 1624, bien que d’autres événements tels que le trafic de prêtres espagnols au Japon et une ambassade espagnole défaillante a également contribué à la décision.

Ce que devient Hasekura est inconnu et les récits de ses dernières années sont nombreux. Les commentateurs chrétiens contemporains ne peuvent compter que sur du ouï-dire, certaines rumeurs disant qu’il a abandonné le christianisme, d’autres qu’il a été martyrisé pour sa foi et d’autres qu’il pratique le christianisme en secret. Le sort de ses descendants et serviteurs, qui sont ensuite exécutés pour être chrétiens, suggère que Hasekura reste fortement chrétien et transmet sa foi aux membres de sa famille.

Sotelo, qui retourne au Japon, mais est attrapé et finalement brûlé sur le bûcher en 1624, donne avant son exécution un compte rendu de Hasekura retournant au Japon en tant que héros qui propage la foi chrétienne :

Mon autre collègue, l’ambassadeur Philippus Faxecura, après avoir atteint son roi susmentionné, a été grandement honoré par lui et envoyé dans son propre domaine, pour se reposer après un voyage aussi long et fatigant, où il a fait sa femme, des enfants, des serviteurs et de nombreux autres vassaux en chrétiens, et a conseillé à d’autres nobles qui étaient ses amis et parents d’accepter la foi, ce qu’ils ont fait. Pendant qu’il était engagé dans ces œuvres et d’autres pieuses, un an après son retour, ayant a fourni beaucoup d’instructions et un grand exemple, avec beaucoup de préparation, il a pieusement transmis, laissant à ses enfants par un héritage spécial la propagation de la foi dans sa succession, et la protection des religieux dans ce royaume. Le roi et tous les nobles furent grandement attristés par son décès, mais surtout les chrétiens et les religieux, qui connaissaient très bien la vertu et le zèle religieux de cet homme. C’est ce que j’ai entendu par des lettres des très religieux qui lui ont administré les sacrements et qui étaient présents à sa mort, ainsi que d’autres.

Hasekura ramène également au Japon plusieurs artefacts catholiques, mais il ne les donne pas à son souverain et les conserve plutôt dans son propre domaine.

Hasekura Tsunenaga est mort de maladie en 1622, mais l’emplacement de sa tombe n’est pas connu avec certitude. Trois tombes sont revendiquées comme étant celles de Hasekura à Miyagi. Le plus probable est à la périphérie de la ville de Ōsato dans le temple de Saikō-ji. Un autre est visible dans le temple bouddhiste d’Enfuku-ji dans la ville de Kawasaki . Un autre est clairement marqué dans le cimetière du temple de Kōmyō-ji à Kitayama Aoba-ku.

Hasekura a un fils, nommé Rokuemon Tsuneyori. Deux des serviteurs de son fils, Yogoemon et sa femme, sont reconnus coupables d’être chrétiens, mais refusent de rétracter leur foi sous la torture et décèdent donc en août 1637. En 1637, Rokuemon Tsuneyori lui-même est également soupçonné de christianisme après avoir été dénoncé par quelqu’un d’Edo, mais échappe aux interrogatoires parce qu’il est le maître du temple zen de Komyoji. En 1640, deux autres serviteurs de Tsuneyori, Tarōzaemon, qui ont suivi Hasekura à Rome, et sa femme, sont reconnus coupables d’être chrétiens et, refusant également de se rétracter sous la torture, meurent. Tsuneyori est tenu pour responsable cette fois-ci et décapité le même jour, à l’âge de 42 ans, pour n’avoir pas dénoncé les chrétiens sous son toit, sans que l’on sache s’il est lui-même chrétien ou non. Aussi, deux prêtres chrétiens, le dominicain Pedro Vazquez et Joan Bautista Paulo, ont donné son nom sous la torture. Le frère cadet de Tsuneyori, Tsunemichi, est reconnu coupable en tant que chrétien, mais réussit à fuir et à disparaître.

Les privilèges de la famille Hasekura sont abolis à ce stade par le fief Sendai, et leurs biens et effets sont saisis. C’est à cette époque, en 1640, que les objets chrétiens de Hasekura sont confisqués, et ils sont gardés en détention à Sendai jusqu’à ce qu’ils soient redécouverts à la fin du XIXe siècle.

Au total, une cinquantaine d’artefacts chrétiens sont trouvés dans le domaine de Hasekura en 1640, tels que des croix, des chapelets, des robes religieuses et des peintures religieuses. Les artefacts sont saisis et stockés par le fief Date. Un inventaire est fait à nouveau en 1840 décrivant les articles comme appartenant à Hasekura Tsunenaga. Dix-neuf livres sont également mentionnés dans l’inventaire, mais ils sont perdus depuis. Les artefacts sont aujourd’hui conservés au musée de la ville de Sendai et dans d’autres musées de Sendai.

Le fils de Tsuneyori, Tsunenobu, petit-fils de Tsunenaga Hasekura, survit. Il fonde une lignée familiale Hasekura qui se poursuit jusqu’à nos jours. Les premiers au 10e chefs de la famille Hasekura vivent à Osato-ville, préfecture de Miyagi. Le 11e chef déménage dans le quartier de Wakabayashi, ville de Sendai, préfecture de Miyagi où réside l’actuel 13e chef, Tsunetaka Hasekura. Le 13ème chef travaille activement dans les préfectures de Miyagi et d’ Akita.

L’existence même des voyages de Hasekura est oubliée au Japon jusqu’à la réouverture du pays après la politique d’isolement de Sakoku. En 1873, une ambassade japonaise en Europe dirigée par Iwakura Tomomi entend pour la première fois les voyages de Hasekura lorsque des documents lui sont montrés lors de leur visite à Venise en Italie.

Aujourd’hui, il y a des statues de Hasekura Tsunenaga à la périphérie d’Acapulco au Mexique, à l’entrée de la baie de La Havane à Cuba, à Coria del Río en Espagne, à l’église de Civitavecchia en Italie, à Tsukinoura, près de Ishinomaki, et deux dans la ville d’Osato à Miyagi.

Environ 700 habitants de Coria del Río portent le nom de famille Japón, les identifiant comme les descendants des membres de la délégation de Hasekura Tsunenaga.

Un parc à thème décrivant l’ambassade et affichant une réplique du San Juan Bautista est créé dans le port d’Ishinomaki, d’où Hasekura part au départ pour son voyage.

Aujourd’hui, il y a une statue de Hasekura dans un parc à Manille, aux Philippines .

Shūsaku Endō écrit un roman de 1980, intitulé The Samurai, un récit fictif relatant les voyages de Hasekura.

Le film de 1991 Journey of Honor avec Sho Kosugi est vaguement basé sur l’expédition de Hasekura et raconte les aventures d’un voyage de samouraïs du Japon en Espagne.

Un film d’animation de 2005 produit en Espagne et intitulé Gisaku raconte les aventures d’un jeune samouraï japonais nommé Yohei qui visite l’Espagne au XVIIe siècle, dans une histoire qui s’inspire librement des voyages de Hasekura. Yohei survit en se cachant jusqu’à nos jours grâce à des pouvoirs magiques et accomplit de nombreuses aventures en Europe moderne en tant que super-héros.

Le roman historique fictif 2017 Le Samouraï de Séville de John J.Healey raconte les voyages de Hasekura et de sa délégation de 21 samouraïs. Une suite de 2019 intitulée The Samurai’s Daughter raconte l’histoire d’une jeune femme née d’un des samouraïs et d’une Espagnole et son voyage au Japon avec son père après la mort de sa mère.

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page