La peste dansante de 1518

La peste dansante de 1518

 

La  dansante de 1518 était un cas de manie dansante qui a eu lieu à Strasbourg, en Alsace, dans le Saint Empire Romain en juillet 1518. Environ 400 personnes ont dansé pendant des jours sans repos et, sur une période d’environ un an, certaines personnes touchées se sont effondrées ou sont même mortes d’une crise cardiaque, d’un accident vasculaire cérébral ou d'épuisement.

L’éclosion a commencé en juillet 1518 lorsqu’une femme, Mme Troffea, a commencé à danser avec ferveur dans une rue de Strasbourg. Cela a duré entre quatre et six jours. En l’espace d’une semaine, 34 autres personnes s’étaient jointes à l’équipe et, en l’espace d’un mois, il y avait environ 400 danseurs, principalement des femmes. Certaines de ces personnes mourraient de crises cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux ou d’épuisement. Un rapport indique que, pendant une période, la peste a tué une quinzaine de personnes par jour. Cependant, les sources de la ville de Strasbourg au moment des faits ne mentionnaient pas le nombre de morts, même s’il y en avait. 

Des documents historiques, y compris des notes de médecins, des sermons cathédraux, des chroniques locales et régionales, et même des notes publiées par le conseil municipal de Strasbourg, montrent clairement que les victimes ont dansé. On ne sait pas pourquoi ces gens ont dansé, certains jusqu’à leur mort.

Alors que la peste dansante s’aggravait, les nobles inquiets consultèrent les médecins locaux, qui excluaient des causes astrologiques et surnaturelles, annonçant plutôt que la peste était une maladie naturelle causée par le sang chaud. Cependant, au lieu de prescrire des saignements, les autorités encourageaient davantage la , en partie en ouvrant deux guildes et un marché aux céréales, et même en construisant une scène en bois. Les autorités ont fait cela parce qu’ils croyaient que les danseurs ne récupéreraient que s’ils dansaient continuellement nuit et jour. Pour augmenter l’efficacité de la cure, les autorités ont même payé des musiciens pour garder les affligés en mouvement.

L’historien John Waller a déclaré qu’un coureur de marathon n’aurait pas pu survivre à l’entraînement intense que ces hommes et ces femmes ont fait il y a des centaines d’années.

Les théories modernes comprennent l’empoisonnement alimentaire causé par les produits chimiques toxiques et psychoactifs des champignons de l’ergot, qui se développent communément sur les céréales de la famille du blé. L’ergotamine est le principal produit psychoactif des champignons de l’ergot ; il s’est structurellement apparenté au diéthylamide de l’acide lysergique et constitue la substance à partir de laquelle le LSD-25 a été synthétisé à l’origine. Le même champignon a également été impliqué dans d’autres anomalies historiques majeures, y compris les essais de sorcières de Salem. Waller spécule que la danse était une psychose induite par le stress à un niveau de masse, puisque la région où les gens dansaient était criblée de famine et de maladie, et les habitants avaient tendance à être superstitieux. Sept autres cas de peste dansante ont été signalés dans la même région à l’époque médiévale.

Certains spéculent que les contes de fées ont pu être vaguement basés sur la peste de danse, à savoir le joueur de flûte de Hamelin et les douze princesses de danse rassemblées par les frères Grimm. Le joueur de flûte joue de la flûte et la musique est si irrésistible que les enfants sont obligés de le suivre en dansant jusqu’au bout. On a spéculé que cela pourrait être une allégorie pour les pestes dansantes, peut-être accentuée par le fait que la nourriture était rare et la migration semblait la seule option viable.