Le livre le plus cher du monde mena son imprimeur à la ruine…

Le livre le plus cher du monde mena son imprimeur à la ruine...

En 1455, Gutenberg, associé à Fust et à l'un de ses ouvriers, Schœffer, publie à Mayence une Bible, qui est, d'après les historiens, le premier livre imprimé, connu sous le nom de "Bible à 42 lignes". Mais dans le même temps, Fust, qui accuse Gutenberg de ne pas respecter les engagements du contrat, entame un procès contre lui.

Si les bibles de Gutenberg sont aujourd'hui parmi les livres les plus chers du monde (certains exemplaires complets valent plusieurs dizaines de millions de dollars), elles furent un échec commercial à leur sortie. En effet, l'impression des 180 ouvrages, une prouesse sans précédent pour l'époque, dépassa largement la demande et mena Gutenberg à la ruine, alors qu'il lui fallut plus de trois ans pour la produire. 

La Bible semble avoir été vendue immédiatement, avec des ventes initiales à des propriétaires aussi éloignés que l'Angleterre et peut-être la Suède et la Hongrie. Au moins quelques copies sont connues pour avoir été vendues pour 30 florins - environ trois années de salaire pour un employé. Bien que ceci les ait rendus sensiblement meilleur marché que les Bibles manuscrites, la plupart des étudiants, des prêtres ou d'autres personnes du revenu ordinaire auraient été incapables de les payer. Il est supposé que la plupart ont été vendus à des monastères, des universités et des individus particulièrement riches. À l'heure actuelle, on sait qu'une seule copie a été détenue par des particuliers au quinzième siècle. Certains sont connus pour avoir été utilisés pour des lectures communales dans des réfectoires de monastère; d'autres ont pu être présentés plutôt qu'utilisés, et quelques-uns ont certainement été utilisés pour l'étude. Kristian Jensen suggère que beaucoup de copies ont été achetées par les laïcs riches et pieux pour le don aux institutions religieuses.