Editions Jourdan sur Amazon.fr

Un Français fut spécialiste de la chirurgie sur champ de bataille

Dominique Larrey, souvent considéré comme un des pères de la d’urgence, fut un pionnier de la du . Il fut le premier à recourir à des ambulances pour apporter les premiers soins aux soldats et à trier les blessés en vue de leur évacuation. Il participa à des dizaines de combats avec les armées françaises et Napoléon finit par le nommer baron.

Baron Dominique Jean Larrey était un  chirurgien dans la Grande Armée de Napoléon et un innovateur important dans la médecine du champ de bataille et le triage. Il est souvent considéré comme le premier chirurgien militaire moderne.

Larrey est né dans le petit village de Beaudéan, dans les Pyrénées, en tant que fils d’un cordonnier, qui a ensuite déménagé à Bordeaux. Larrey est devenu orphelin à l’âge de 13 ans. Il a ensuite été élevé par son oncle Alexis, chirurgien en chef à Toulouse. Après un apprentissage de 6 ans, il se rend à Paris pour étudier auprès de Pierre-Joseph Desault, chirurgien en chef à l’Hôtel-Dieu de Paris. Ses études ont été interrompues par la guerre. Larrey est allé à Brest où il a été nommé dans la marine et a donné des conférences. En 1788, il est envoyé à Terre-Neuve-et-Labrador. En 1789, il est de retour à Paris et termine sa thèse sur les Esquimaux. Il a collaboré avec Jean-Nicolas CorvisartXavier Bichat et Raphaël Sabatier Bienvenu dans Les Invalides. En 1792, pendant la guerre de la Première Coalition, il rejoint l’armée du Rhin. À Mayence, il a rencontré Samuel Thomas von Sömmerring.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

Pendant ce temps, Larrey a initié la méthode moderne de chirurgie militaire, les hôpitaux de campagne et le système de corps d’ambulance de l’armée. Après avoir vu la vitesse à laquelle les voitures de l’artillerie volante française ont manoeuvré à travers les champs de bataille, Larrey les a adaptées comme ambulance volantes pour le transport rapide des blessés et les a équipés d’équipages formés de conducteurs, de corpsmen et porteurs de détritus. À la bataille de Metz, Larrey a démontré avec succès la valeur des ambulances de campagne. Le quartier-maître général Jacques-Pierre Orillard de Villemanzy ordonné la construction de prototypes, après quoi des ambulances seraient fournies à toutes les armées de la République. Les politiciens en ont entendu parler et ont ordonné un concours national pour trouver le meilleur design, retardant ainsi leur livraison de plus de deux ans. Larrey a également augmenté la mobilité et amélioré l’organisation des hôpitaux de campagne, créant effectivement un précurseur des unités modernes de MASH. Il a établi une règle pour le triage des blessés de guerre, traitant les blessés en fonction de la gravité de leurs blessures et de l’urgence des soins médicaux, quel que soit leur grade ou leur nationalité. Des soldats des armées ennemies, ainsi que ceux des Français et de leurs alliés, ont été soignés.

En 1794, il est envoyé à Toulon, où il rencontre pour la première fois Napoléon. Il a épousé la peintre Marie-Élisabeth Laville-Leroux. En Espagne, il est tombé malade et a été renvoyé à Paris. Il devient professeur au Val-de-Grâce mais est nommé chirurgien en chef des armées napoléoniennes en Italie en 1797 et se rend en Égypte l’année suivante. Lors de la bataille d’Acre, il a été blessé. En 1801, il est de retour en .

Larrey est nommé Commandeur de la Légion d’honneur le 12 mai 1807. Il se joint à la bataille d’Aspern-Essling, où il opère le maréchal Jean Lannes et ampute une jambe en deux minutes. Il est devenu le favori de l’empereur, qui a commenté: Si l’armée érige un monument pour exprimer sa gratitude, elle devrait le faire en l’honneur de Larrey, il est anobli en tant que baron sur le champ de Wagram en 1809. En 1811, le baron Larrey a codirigé l’équipe chirurgicale qui a réalisé une mastectomie pré-anesthésique sur Frances Burney à Paris. Son compte rendu détaillé de cette opération donne un aperçu des relations médecin-patient du début du XIXe siècle et des premières méthodes chirurgicales au domicile du patient. Larrey a été impliqué dans l’invasion française de la Russie.

Lorsque Napoléon a été envoyé à l’île d’Elbe, Larrey a proposé de le rejoindre, mais l’ancien empereur a refusé. À Waterloo, en 1815, son courage sous les coups de feu fut remarqué par le duc de Wellington qui ordonna à ses soldats de ne pas tirer dans sa direction afin de donner au courageux le temps de rassembler les blessés et salua le courage et la dévotion d’une époque ce n’est plus le nôtre. Tentant de s’échapper vers la frontière française, Larrey a été fait prisonnier par les Prussiens qui voulaient l’exécuter sur place. Larrey a été reconnu par l’un des chirurgiens allemands, qui a plaidé pour sa vie. Peut-être en partie parce qu’il avait sauvé la vie de Blücher Fils de lui, blessé près de Dresde et fait prisonnier par les Français, il a été gracié, invité en tant qu’invité à la table de Blücher et renvoyé en France avec de l’argent et des vêtements appropriés. Il a consacré le reste de sa vie à l’écriture, mais après la mort de Napoléon, il a commencé une nouvelle carrière médicale dans l’armée en tant que chef chirurgien. En 1826, il visita l’Angleterre, bien accueilli par les chirurgiens britanniques. En 1829, il est nommé à l’Institut de France. En 1842, il se rend à Alger avec son fils et tombe malade. Larrey est décédé sur le chemin du retour à Lyon. Son cadavre a été emmené à Paris et enterré au Père-Lachaise, mais sa dépouille a été transférée aux Invalides et ré-enterrée près de la tombe de Napoléon en décembre 1992.

Les écrits de Larrey sont toujours considérés comme de précieuses sources de connaissances chirurgicales et médicales et ont été traduits dans toutes les langues modernes. Entre 1800 et 1840 au moins 28 livres ou articles ont été publiés. Son fils Hippolyte était chirurgien ordinaire de l’empereur Napoléon III.

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page