Clifton James : Le faux Montgomery du débarquement

Clifton James : Le faux Montgomery du débarquement

Dans la perspective du débarquement en Normandie, de nombreuses opérations ont été montées par les Alliés afin de détourner l’attention des Allemands des côtes françaises.Ces opérations ont été regroupées sous le nom de code d'opération Fortitude. l’opération Copperhead ou « Tête de cuivre » est l'une de ces opérations de diversion et consista à faire voyager en Afrique du Nord le sosie du Field Marshal Montgomery.

 

En feuilletant le News Chronicle, le lieutenant-colonel J.V.B. Jervis-Reid, commandant en second du Comité des Ressources Spéciales, découvre la photo d’un acteur australien, qui ressemble à s’y méprendre à « Monty ». L’homme en question porte le nom de Meyrick Edward Clifton James, et est Australien. Jervis-Reid entre en contact avec un collègue du Service cinématographique de l’armée, et lui demande de convoquer le lieutenant James à Londres. Le colonel, l’acteur David Neven, délègue la tâche à son ordonnance, le caporal Peter Ustinov. Un ordre de mission parvient à l’intéressé, qui devrait jouer dans des films en faveur de l’effort de guerre. Après une audition passée devant Neven, James est prié de rester quelques jours à Londres. Rapidement, les instigateurs de l’opération se rendent compte de l’évidente et étonnante ressemblance, mais se heurtent à une voix et une gestuelle très éloignées de celle de Montgomery.

 

Meyrick Edward Clifton James

 

Le temps presse, car les Alliés sont à quelques mois de la date fatidique du débarquement en Normandie. Mais en plus, l’Australien boit sec et fume comme une cheminée, deux vices intolérables aux yeux du Field Marshal. Mis au courant de l’opération, James est condamné à se priver de ses mauvaises habitudes. Il est soumis à un régime sévère de cours intensifs afin de modifier sa voix, et d’imiter parfaitement les moindres gestes habituels de son modèle. Devant la complexité de la tâche à accomplir, l’acteur est attaché à l’état-major de Monty afin de pouvoir l’étudier au mieux.

Pendant ce temps, les agents britanniques en Méditerranée propagent des rumeurs sur l’arrivée prochaine du général. Il viendrait effectuer une visite d’inspection dans le cadre de la préparation d’un débarquement dans le Sud de la France. L’opération est lancée le 25 mai 1944 à 6 heures. James, alias Montgomery, quitte Whitehall et le ministère de la Défense. Face aux journalistes convoqués pour la circonstance, sa voiture d’état-major le conduit à la base de la RAF de Northolt, où l’attend un avion pour Gibraltar. Au passage de Monty des rumeurs circulent, et prétendent que le général part pour l’Afrique du Nord. Les médias britanniques relayent l’information à grand coup de titres ronflants.

 

Bernard Law Montgomery

 

Toute la mise en scène est soigneusement suivie et, dans l’avion, James se rend aux toilettes où une bouteille de whisky a été consciencieusement planquée. Les gardes du corps de James le retrouvent dans un état semi-comateux, et font tout ce qui est en leur pouvoir pour dégriser l’incorrigible buveur. Devant l’impossibilité de ramener l’ivrogne à la réalité de sa mission, les gardes doivent employer la manière forte. La tête de Monty est enveloppée dans une serviette humide, et est placée à l’extérieur de l’avion par la porte de secours.

 

Au moment de l’atterrissage, l’Australien est frigorifié, mais totalement dégrisé. Toutefois, il n’en mène pas large, et les deux gorilles ne lui permettent plus la moindre escapade. Arrivé à Gibraltar, une voiture officielle charge l’acteur en direction de la résidence du gouverneur, sir Thomas Ralph Eastwood. Cet ami intime de Montgomery est complètement abusé par la remarquable prestation de James, qui, à jeun, ne manque certainement pas de talent.

 

Lors de la soirée officielle, sir Eastwood a invité un couple de banquiers espagnols, dont les services secrets britanniques connaissent la connivence avec les Allemands. Au cours de cette soirée mémorable, James et Eastwood réussissent un duo exceptionnel. Ils parlent « discrètement » du plan 303, et de l’invasion de la France au nord de la frontière espagnole.

 

Le lendemain, de retour à l’aéroport, le commandant de bord simule une panne de moteur. Les deux compères se rendent au terminal pour y prendre le thé. Installés près du bar, ils s’étendent à nouveau sur le plan 303. Derrière le comptoir, deux Espagnols pro nazis, sensés ignorer l’anglais, boivent leurs paroles.

 

 Meyrick Edward Clifton James

 

L’opération Copperhead se déroule comme prévu, et les deux hommes se quittent près de l’avion. La prochaine étape de cette désinformation se situe à Alger, où James rencontre le commandant en chef du secteur de la Méditerranée, le général Maitland Wilson. Les réunions se suivent et, avant de quitter l’Afrique du Nord, le faux Montgomery apparaît sur un balcon, des cartes à la main. À grands renforts de gestes, il montre la mer, et interprète ainsi une saynète des plus convaincantes. Ces dernières interventions en public clôturent l’opération Copperhead, et James est envoyé au Caire où il demeure enfermé dans une chambre d’hôtel jusqu’au D-Day.

 

En 1963, la dive bouteille finit par avoir raison de cet Australien, qui eut le mérite de berner copieusement les services secrets allemands.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.