Editions Jourdan sur Amazon.fr

Lors des guerres fleuries, les Aztèques capturent des prisonniers pour les sacrifier

Comme leurs noms ne le laissent pas penser, les guerres fleuries, qui ont opposé les Aztèques aux cités voisines, étaient menées dans un but atypique. L’objectif n’était pas de tuer un maximum d’adversaires ou de conquérir des territoires, mais de faire des prisonniers pour les sacrifier aux dieux par la suite. Les combats eux-mêmes étaient originaux puisque les guerriers essayaient d’attraper les cheveux de l’adversaire pour le ramener dans leur camps.

Une des fleurs ou une fleurie est une rituelle menée par intermittence entre la Triple Alliance aztèque et ses ennemis du milieu des années 1450 à l’arrivée des Espagnols en 1519. Les ennemis comprennent les cités-états de Tlaxcala, Huejotzingo et Cholula dans la vallée de Tlaxcala-Pueblan au centre du Mexique. Dans ces guerres, les participants se battent selon un ensemble de conventions.

Pendant la conquête espagnole de l’empire aztèque, Tlaxcala s’allie avec les Espagnols contre les Aztèques, désireux de voir leurs ennemis de longue date de la guerre des fleurs renversés.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

Le noble texcocan Ixtlilxochitl donne la déclaration la plus complète au début concernant l’origine ainsi que la justification initiale de la guerre des fleurs. De 1450 à 1454, les Aztèques souffrent d’une mauvaise récolte et d’une grave sécheresse. Cela conduit à la famine et à de nombreux décès dans les hauts plateaux du centre du Mexique. Ixtlilxochitl rapporte que la guerre des fleurs commence en réponse à la famine: les prêtres … du Mexique [Tenochtitlan] ont dit que les dieux étaient en colère contre l’empire, et que pour les apaiser, il fallait sacrifier beaucoup d’hommes, et que cela devait être fait régulièrement. Ainsi, Tenochtitlan, Texcoco, Tlaxcala, Cholula et Huejotzingo acceptent de s’engager dans une guerre des fleurs dans le but d’obtenir des sacrifices humains pour les dieux. Cependant, des universitaires tels que Hicks ne sont pas d’accord avec l’utilisation des écrits d’Ixlilxochitl comme d’origine de la guerre des fleurs, car Ixtlilxochitl ne mentionne pas spécifiquement la guerre des fleurs et est la seule source connue pour enregistrer ces événements.

Les guerres de fleurs diffèrent des guerres typiques sur un certain nombre d’aspects importants. Tout en s’engageant dans une guerre des fleurs, les armées concurrentes se rencontrent à une date prédéfinie à un endroit présélectionné. Ces endroits deviennent des sites sacrés et sont appelés cuauhtlalli ou yaotlalli. Les combattants signalent le début de la guerre en brûlant un grand bûcher de papier et d’encens entre les armées. Les tactiques de combat réelles diffèrent également de la guerre typique. Dans la guerre typique, les Aztèques utilisent des atlatl fléchettes, des pierres et d’autres armes à distance pour affaiblir les forces ennemies de loin. Cependant, dans les guerres de fleurs, les Aztèques négligent l’utilisation des armes à distance et utilisent plutôt des armes telles que le macuahuitl qui nécessitent de l’habileté et une grande proximité avec l’ennemi. L’utilisation de ces types d’armes permet aux Aztèques d’afficher leur capacité de combat individuelle, qui est une partie importante de la guerre des fleurs.

Les guerres de fleurs impliquent moins de soldats que les guerres aztèques typiques. Une plus grande proportion des soldats proviendra de la noblesse contrairement à une guerre typique. Ces caractéristiques permettent aux Aztèques de s’engager dans des guerres de fleurs à tout moment de l’année. En revanche, les Aztèques ne peuvent mener de plus grandes guerres de conquête que de la fin de l’automne au début du printemps, car les citoyens aztèques sont nécessaires à des fins agricoles pendant le reste de l’année. De plus, les guerres de fleurs diffèrent des guerres typiques en ce qu’il y a un nombre égal de soldats de chaque côté de la bataille. C’est également lié au fait que les Aztèques veulent montrer leurs prouesses militaires.

Les guerres de fleurs sont généralement moins meurtrières que les guerres typiques, mais une guerre des fleurs de longue durée pourra devenir de plus en plus meurtrière avec le temps. Par exemple, dans une longue guerre des fleurs entre les Aztèques et les Chalcas, il y a peu de morts au combat au début. Après que le temps a passé, les roturiers capturés commencent à être tués, mais les nobles capturés sont fréquemment libérés. Le n’est pas toujours le sort des captifs. Cependant, après que plus de temps se soit écoulé, les nobles captifs sont tués avec les roturiers. Cela augmente le coût de la guerre des fleurs pour les Aztèques et les Chalcas. Les Aztèques considèrent la mort de la guerre des fleurs comme plus noble que la mort dans une guerre typique. Cela peut être vu dans le mot pour une mort de guerre des fleurs, xochimiquiztli, qui se traduit par mort fleurie, mort heureuse, mort heureuse. De plus, les Aztèques pensent que ceux qui meurent dans une guerre des fleurs seront transportés au ciel où vivait Huitzilopochtli.

Il semble y avoir diverses raisons pour lesquelles les Aztèques se livrent à des guerres de fleurs. Les historiens pensent que les guerres de fleurs sont menées à des fins telles que l’entraînement au combat et la d’humains pour des sacrifices religieux. Les historiens notent la preuve du motif du sacrifice : un des capitaines de Cortez, Andres de Tapia, demande une fois à Moctezuma II pourquoi l’empire aztèque plus fort n’a pas encore complètement conquis l’État voisin de Tlaxcala. L’empereur répond en disant que bien qu’ils auraient pu le faire s’ils l’avaient voulu, les Aztèques ne l’ont pas fait parce que la guerre avec Tlaxcala est un moyen pratique de rassembler des sacrifices et d’entraîner leurs propres soldats. Cependant, des érudits tels que Frédéric Hicks se demandent si le but principal de la guerre des fleurs est de faire des sacrifices. L’historien de Tlaxcalan Munoz Camargo note que les Aztèques assiègent souvent les villes de Tlaxcalan et coupent le commerce, ce qui n’est pas caractéristique d’une guerre des fleurs typique. Pour cette raison, les partisans de l’idée de Hicks croient que les Aztèques veulent vraiment conquérir les Tlaxcalans, mais qu’ils ne peuvent tout simplement pas pour une raison quelconque.

Malgré les doutes de nombreux érudits sur le motif du sacrifice de la guerre des fleurs, Hicks affirme que les explications de Moctezuma II sur la guerre des fleurs sont logiques, étant donné que les Aztèques accordent une grande importance au sacrifice et capacité martiale. Le combat dans la guerre réelle est une partie obligatoire de la formation pour les guerriers de la classe noble, et il est fortement encouragé pour les guerriers des classes inférieures aussi. Compte tenu de ces facteurs, Hicks suggère que les raisons énoncées par Moctezuma II peuvent avoir été authentiques et pas seulement une excuse pour l’échec militaire.

Cependant, certains chercheurs suggèrent que la guerre des fleurs a des objectifs autres que l’obtention de sacrifices et l’entraînement au combat. Par exemple, Hassig déclare que pour les Aztèques, les guerres de fleurs étaient un moyen efficace de poursuivre un conflit qui était trop coûteux pour être conclu immédiatement. En tant que tel, un but de ces guerres est d’occuper et de réduire la de combat de l’ennemi. En exigeant un nombre égal de soldats de chaque côté, les Aztèques font que la bataille semble équilibrée au début. Cependant, la partie avec le moins de troupes au total souffre davantage parce que les pertes représentent un plus grand pourcentage de leurs forces totales. Grâce à cela, les Aztèques utilisent les guerres de fleurs pour affaiblir leurs adversaires. En outre, étant donné que moins de soldats participent à la guerre des fleurs par rapport à une guerre traditionnelle, la pratique de la guerre des fleurs permet aux Aztèques de tenir une menace potentielle à distance tout en concentrant la majeure partie de leurs forces ailleurs.

Un autre objectif de la guerre des fleurs, selon Hassig, est de montrer la supériorité des troupes aztèques. C’est une autre raison pour laquelle un nombre égal de troupes est utilisé. Si les Aztèques essaient d’utiliser la supériorité numérique, leur ennemi recourt au genre de tactiques défensives contre lesquelles les Aztèques ont du mal à se battre. Avec un nombre égal, l’ennemi combattra les Aztèques sur le terrain ouvert, où les soldats individuels ont une plus grande chance de montrer leur capacité martiale. Enfin, selon Hassig, la propagande était peut-être le but le plus important des guerres de fleurs. En engageant leurs adversaires dans la guerre des fleurs, les Aztèques peuvent constamment mettre en valeur leur force, ce qui avertir les autres cités-États de leur pouvoir. Si les Aztèques font suffisamment de démonstration de force, cela pourra encourager les alliés des ennemis des Aztèques à changer d’allégeance.

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page