Les nazis en Argentine

  Bariloche est une cité balnéaire d’Argentine dont une grande partie de la population est germanophone, puisque son premier habitant est originaire de Suisse. Après la Seconde Guerre mondiale, des centaines de criminels nazis s’y seraient réfugiés, comme Erich Priebke et Reinhard Kopps, découverts en 1995. Priebke fut condamné en 1997 par une cour italienne pour avoir participé au massacre des Fosses ardéatines (un massacre de 335 civiles italiens). Joseph

L'étonnante histoire... de la numérotation des départements français !

  Lors de la Révolution française (1789), le décret divisant la France en départements est voté le 22 décembre 1789, leurs limites étant fixées le 26 février 1790. Leur existence prend effet le 4 mars 1790, les départements étant alors au nombre de 83. L’Assemblée constituante ne leur attribue pas de numéro particulier. Depuis le début du XVII siècle, les services postaux français font usage de marques postales permettant de repérer le lieu d’émission. À partir

George de la Tour : le peintre du roi

  Georges de La Tour est né le 13 mars 1593 à Vic-sur-Seille, dans la Moselle, et est mort le 30 janvier 1652 à Lunéville. Il s’agit d’un peintre s’étant installé le Duché de Lorraine (conquis par la France entre 1641 et 1648) pour y pratiquer son art. Ses peintures représentaient principalement des scènes religieuses sombres éclairées par une chandelle. Durant le 20e siècle, après plusieurs siècles où l’on n’a

Mais qui est Marianne ?

  Marianne est une figure incarnant de nos jours la République française et ses valeurs, et qui apparut suite à la Révolution de 1789. Sous l’apparence d’une femme coiffée d’un bonnet phrygien (un des symboles de la Révolution), elle incarne la République française et ses valeurs contenues dans la devise : « Liberté, Egalité, Fraternité » (qui est devenu sa propre devise). C’est un important symbole républicain (idéologie politique prégnante après la mort

Comment le nazisme a-t-il pu convaincre autant de gens?

  Non, les nazis n’étaient pas qu’une clique de fous ou de barbares, contrairement à ce que l’on peut croire. On retrouvait parmi eux des médecins, des intellectuels, de bons pères de famille et même des gens aimables, relate l’historien français Johann Chapoutot, expert de cette période sombre du XXe siècle. L’adhésion des uns, en amont de la société allemande, a encouragé celle des autres.  Dans un entretien accordé au