Histoires noires

26 morts à Amsterdam à cause du « jeu de l’anguille » !

« Panem et circenses », « du pain et des jeux ». Voilà comment les autorités romaines espéraient maintenir l’ordre dans le peuple. Cette formule traduit en trois mots tout un état d’esprit, qui a fait ses preuves des siècles durant. Deux mille ans plus tard, certains dirigeants continuent de l’appliquer à la lettre. C’était particulièrement vrai au XIXe siècle, où le climat social était tendu partout en Europe. Le moindre incident pouvait avoir des conséquences désastreuses. C’est précisément ce qu’il s’est passé à Amsterdam le 25 juillet 1886.

Salvador-Honduras 1969, ou comment un match de football peut déclencher une guerre entre deux pays

De tout temps, l’Homme a pris l’habitude de régler ses conflits par des guerres. Les démonstrations de forces armées se retrouvent sur tous les continents et à toutes les époques. Bien souvent, l’évènement déclencheur n’est que la goutte qui fait déborder un vase déjà trop rempli. Il est communément admis aujourd’hui que le jeu de dominos qui a provoqué la Première Guerre mondiale se serait mis en place de toute

Frédégonde, reine vengeresse

L’histoire de Frédégonde commence au VIe siècle à la mort du roi des Francs Clotaire Ier, lorsque les quatre fils du souverain déposent la dépouille mortuaire de leur père dans la basilique de Soissons et, très vite, se lancent dans le partage de leur héritage commun. Le royaume mérovingien fondé par le très chrétien Clovis Ier se trouve alors dépecé par ses descendants. Chacun récupère son nouveau fief, que le

Elisabeth Bàthory, une comtesse sanglante

Élisabeth Báthory, issue d’une famille illustre hongroise, épouse en mai 1575 Ferenc Nádasdy. Elle n’a pas quinze ans mais est déjà d’une beauté éblouissante : un visage blanc de marbre, des immenses yeux noirs aux longs cils. L’âge passant néanmoins, la demoiselle s’inquiète de vieillir et fait donc coudre des talismans sous sa longue robe de satin, pour conserver à jamais la jeunesse de son corps. La dame profite d’une

Mahaut d'Artois, sorcière et empoisonneuse

Rares sont les femmes qui ont joué, dans l’Histoire, un rôle à la fois aussi occulte et intrigant que la puissante Mahaut d’Artois. Mahaut d’Artois nait en 1268, de l’union d’Amicie de Courtenay et du comte capétien Robert II d’Artois. Quand son père meurt lors de la bataille de Courtrai en juillet 1302, elle hérite de ses domaines et devient comtesse d’Artois et de Bourgogne, deux des plus importants fiefs

Armes biologiques : depuis quand l’homme est-il sadique ?

Les armes biologiques vous évoquent surement le gaz moutarde utilisé durant la Première Guerre mondiale, ou les lacrymogènes, plus inoffensifs. Diffuser un gaz ou une maladie semble être un acte particulièrement sournois, puisqu’il implique une douleur voir la mort, tandis que l’assaillant reste en sécurité. Étrangement, nous préférons la guerre égale, lorsque les deux armées se rentrent dedans dans un fracas monstrueux d’explosions, et où les pertes sont équivalentes. Cet

Barbarie sous l'Ancien Régime

Viol familial et rôti de chevalier En 1512, des paysans se révoltèrent contre les nobles, tuant certains d’entre eux avec toute leur famille. Ainsi, dans un château fort, ils ligotèrent un chevalier pour qu’il assiste, impuissant, au viol de sa femme et de sa fille avant de les tuer tous les trois, ainsi que ses autres enfants. Pis, ils assassinèrent un autre chevalier, l’embrochèrent et le firent rôtir devant sa

Les hippos de Pablo : toujours en cavale !

Mais quel lien peut-il donc exister entre le plus célèbre baron de la drogue, Pablo Escobar, et une famille dévastatrice d’hippopotames en provenance d’un zoo californien ? La question peut sembler absurde voire totalement stupide, mais la réponse qu’elle implique se trouve à la hauteur de la perplexité qu’elle suscite. De fait, bien que le caractère incongru de cette relation puisse nous pousser à n’y accorder qu’un faible crédit, les deux espèces animales, l’une carnassière, l’autre herbivore, entretinrent bel et bien un lien surprenant.

17 janvier 1966 : 4 bombes atomiques sur l’Andalousie

Alors qu’il pêche tranquillement le long des côtes de l’Andalousie, à quelques encablures de la ville de Palomares, Francisco Simó Orts observe depuis sa chaloupe un spectacle aérien qui ne manque pas de le surprendre. En effet, là, dans le ciel, une boule de feu apparaît soudainement suivie d’un vacarme de carlingue assourdissant. Après cette explosion, le pauvre pêcheur, effaré, observe chuter non loin de lui, un objet oblong, semblable à une balle de fusil, qui vient bientôt s’engouffrer dans la mer d’un bleu azur.