Editions Jourdan sur Amazon.fr

Dilma Roussef, l’ancienne résistante devenue présidente du Brésil

Dilma Roussef, l’ancienne présidente du , a été pendant la dictature militaire une résistante appartenant au de libération nationale. Elle fut arrêtée en 1970, torturée puis condamnée à 2 ans de prison alors qu’elle n’avait que 22 ans.

Dilma Vana Rousseff est une économiste et politicienne brésilienne qui est le 36e du Brésil, occupant le poste depuis 2011 jusqu’à sa destitution le 31 août 2016. Elle est la première femme à occuper la présidence brésilienne et a auparavant été chef de cabinet de l’ancien Luiz Inácio Lula da Silva de 2005 à 2010.

Fille d’un immigré bulgare, Rousseff est élevée dans un ménage de la classe moyenne supérieure à Belo Horizonte. Elle devient socialiste dans sa jeunesse et après le coup d’État de 1964 rejoint des groupes de guérilla urbaine de gauche et marxistes qui se battent contre la dictature militaire. Rousseff est capturée, torturée et emprisonnée de 1970 à 1972.

Editions Jourdan sur Amazon.fr

Après sa libération, Rousseff reconstruit sa vie à Porto Alegre avec Carlos Araújo, qui est son mari pendant 30 ans. Ils aident tous deux à fonder le Parti travailliste démocratique à Rio Grande do Sul et participent à plusieurs des campagnes électorales du parti. Elle devient secrétaire du Trésor de Porto Alegre sous Alceu Collares, puis secrétaire à l’énergie de Rio Grande do Sul sous Collares et Olívio Dutra. En 2001, après un différend interne au sein du cabinet Dutra, elle quitte le PDT et rejoint le Parti des travailleurs.

En 2002, Rousseff devient conseillère en politique énergétique du candidat à la présidentielle Luiz Inácio Lula da Silva , qui, en remportant l’élection, l’invite à devenir son ministre de l’Energie. Le chef de cabinet José Dirceu démissionne en 2005 dans une crise politique déclenchée par le scandale de corruption de Mensalão. Rousseff devient chef de cabinet et reste à ce poste jusqu’au 31 mars 2010, date à laquelle elle démissionne pour briguer la présidence. Elle est élue au second tour le 31 octobre 2010, battant la candidate du Parti brésilien de la social-démocratie José Serra. Le 26 octobre 2014, elle remporte une étroite victoire au deuxième tour sur Aécio Neves, également de la PSDB.

La procédure de mise en accusation contre Rousseff commence à la Chambre des députés le 3 décembre 2015. Le 12 mai 2016, le Sénat du Brésil suspend les pouvoirs et fonctions du président Rousseff pour une période pouvant aller jusqu’à six mois ou jusqu’à ce que le Sénat décide de la démettre de ses fonctions ou de l’acquitter. La vice-présidente Michel Temer assume ses pouvoirs et ses fonctions de présidente par intérim du Brésil pendant sa suspension. Le 31 août 2016, le Sénat vote 61-20 pour la destitution, déclarant Rousseff coupable d’avoir enfreint les lois budgétaires et décide de la démettre de ses fonctions.

Le 5 août 2018, le PT lance officiellement la candidature de Rousseff à un siège au Sénat fédéral, dans l’État du Minas Gerais. Cependant, bien qu’elle ait dominé les sondages à l’approche des élections, Rousseff termine quatrième lors du vote final et n’est pas élue.

Dilma Vana Rousseff nait à Belo Horizonte, Minas Gerais, sud-est du Brésil, le 14 décembre 1947, fille de l’avocat et entrepreneur bulgare Pedro Rousseff et de l’institutrice Dilma Jane da Silva. Son père nait à Gabrovo, dans la Principauté de Bulgarie, et est un ami du poète bulgare nominé au prix Nobel Elisaveta Bagryana. En tant que membre actif du Parti communiste bulgare, interdit en 1924, Petar Rusev fuit la Bulgarie en 1929 pour échapper à la persécution politique. Il s’installe en . Il arrive au Brésil dans les années 1930, déjà veuf, mais déménage rapidement à Buenos Aires, en Argentine. Il retourne au Brésil plusieurs années plus tard, s’installant à São Paulo, où il réussit en affaires. Pétar Rúsev adapte son prénom au portugais et le dernier au français. Lors d’un voyage à Uberaba, il rencontre Dilma Jane da Silva, une jeune institutrice née à Nova Friburgo, Rio de Janeiro et ayant grandi à Minas Gerais, où ses parents sont éleveurs. Les deux se marient et s’installent à Belo Horizonte, où ils ont trois enfants : Igor, Dilma Vana et Zana Lúcia. Igor Rousseff, le frère aîné de Dilma, est avocat.

Pedro Rousseff est un entrepreneur pour l’acier Mannesmann en plus de construire et de vendre des biens immobiliers. La famille vit dans une grande maison, a trois domestiques et maintient les habitudes européennes. Les enfants ont une éducation classique avec des cours de piano et de français. Après avoir surmonté la résistance initiale de la communauté à accepter des étrangers, la famille fréquente des clubs et des écoles traditionnelles.

Elle est inscrite au préscolaire du Colégio Izabela Hendrix et à l’école primaire du Colégio Nossa Senhora de Sion, un internat pour filles géré par des religieuses qui enseignent principalement en français. Son père décède en 1962, laissant derrière lui une quinzaine de propriétés.

En 1964 , Rousseff quitte le conservateur Colégio Sion et rejoint l’Etat Central High School, une école publique où les étudiants protestent souvent contre la dictature qui a été mise en place après le coup d’Etat du Brésil en 1964. En 1967, elle rejoint Worker’s Politics, une organisation fondée en 1961 en tant que spin-off du Parti socialiste brésilien. Ses membres se retrouvent divisés sur les méthodes. Certains veulent plaider pour l’élection d’une assemblée constituante, mais d’autres préconisent une lutte armée. Rousseff rejoint le deuxième groupe, qui devient le Commandement de libération nationale. Selon Apolo Heringer Lisboa, leader de Colina en 1968 qui enseigne le marxisme à Rousseff au lycée, elle choisit la lutte armée après avoir lu Revolution inside the Revolution de Régis Debray, un intellectuel français qui a déménagé à Cuba et devient un ami de Fidel Castro et Che Guevara. Heringer dit que le livre enflamme tout le monde, y compris Dilma.

Pendant cette période, Rousseff rencontre Cláudio Galeno Linhares, un frère d’armes de cinq ans son aîné. Galeno, qui a rejoint le POLOP en 1962, a servi dans l’ armée, participant au soulèvement des marins contre le coup d’État militaire, pour lequel il a été arrêté à Ilha das Cobras. Ils se marient en 1968 lors d’une cérémonie civile, après s’être fréquentés pendant un an.

Rousseff participe à COLINA et défend la politique marxiste parmi les membres des syndicats et en tant que rédacteur en chef du journal The Piquet. Selon le magazine Piauí, elle manipule des armes. Gilberto Vasconcelos, un ancien camarade militant, déclare qu’elle n’a jamais pratiqué un acte de violence.

Au début de 1969, la branche Minas Gerais de Colina ne compte qu’une douzaine de militants, peu d’argent et peu d’armes. Ses activités se résument à quatre vols de banque, quelques voitures volées et deux attentats à la bombe, sans faire de victimes. Le 14 janvier, après quelques arrestations lors d’un vol de banque, ils se réunissent pour débattre des mesures à prendre pour les libérer de prison. À l’aube, la police envahit la maison du groupe et ils répondent en utilisant une mitrailleuse, qui tue deux policiers et en blesse un autre.

Rousseff et Galeno commencent alors à dormir chaque nuit dans un endroit différent, leur appartement ayant été visité par l’une des personnes arrêtées. Ils rentrent chez eux en secret pour détruire des documents. Lorsqu’en mars 1969, la police fouille l’appartement, aucun document n’est trouvé. Ils restent à Belo Horizonte quelques semaines de plus pour essayer de réorganiser Colina, mais doivent éviter les maisons de leurs parents, car celles-ci sont surveillées par les militaires. En outre, Galeno doit subir une chirurgie plastique faciale ou une procédure similaire après qu’une esquisse de lui est publiée pour avoir participé à un vol de banque. L’organisation leur ordonne de déménager à Rio de Janeiro, car il n’est pas sûr de rester. Rousseff a 21 ans et vient de terminer son quatrième semestre à la Faculté d’économie Universida de Federal de Minas Gerais.

Il y a beaucoup de gens du Minas Gerais dans la cellule de Colina à Rio de Janeiro, mais l’organisation n’a pas de refuge pour eux. Rousseff et Galeno restent brièvement avec la tante de Rousseff, qui pense qu’ils sont en vacances. Ils déménagent dans un petit hôtel, puis dans un appartement, jusqu’à ce que Galeno soit envoyé par l’organisation à Porto Alegre. Rousseff reste à Rio et aide l’organisation, assistant à des réunions et transportant des armes et de l’argent, selon Piauí. Elle rencontre l’avocat de Rio Grande do Sul, Carlos Franklin Paixão de Araújo, alors âgé de 31 ans, lors d’une réunion. Les deux développent une attirance l’un pour l’autre. Araújo dirige un groupe dissident du Parti communiste brésilien et abrite Galeno à Porto Alegre. La rupture de Rousseff avec Galeno est amicale. Comme le dit Galeno, dans cette situation difficile, nous n’avions aucune perspective d’être un couple régulier.

Araújo, fils d’un éminent avocat de la défense des travailleurs, a rejoint le PCB très tôt. Il a voyagé à travers l’Amérique latine, rencontré Castro et Che Guevara, et a été emprisonné pendant plusieurs mois en 1964. Il rejoint la lutte armée après l’émission de AI-5 par la dictature en 1968. Au début de 1969, il commence à discuter de la fusion de son groupe avec Colina et Popular Revolutionary Vanguard, dirigé par Carlos Lamarca. Rousseff assiste à des réunions sur la fusion, officialisées dans deux conférences à Mongaguá, conduisant ainsi à la création de Revolutionary Armed Vanguard Palmares. Rousseff et Araújo assistent à ces conférences. Lamarca aussi, qui pense que Rousseff est une intellectuelle coincée parce qu’elle défend la par l’engagement politique de la classe ouvrière, par opposition au sens de la militaire de VPR.

Nous nous sommes battus et avons participé à un rêve de construire un meilleur Brésil, nous avons beaucoup appris. Nous avons fait beaucoup de bêtises, mais ce n’est pas ce qui nous caractérise. Ce qui nous caractérise, c’est d’avoir osé vouloir un meilleur pays.

-  Dilma Rousseff, dans une interview de 2005 avec Folha de S.Paulo

Carlos Araújo est choisi comme l’un des six dirigeants de VAR Palmares, une organisation politico-militaire à orientation partisane marxiste-léniniste qui vise à accomplir les tâches de la révolutionnaire et la création du parti de la classe ouvrière, afin de prendre le pouvoir et construire le socialisme.

Selon Maurício Lopes Lima, ancien membre de l’Operação Bandeirantes – une structure para-légale qui comprend les services de renseignement et de torture des forces armées – Rousseff est le principal dirigeant du VAR Palmares, et elle reçoit des rapports l’appelant l’un des cerveaux de la révolution. Le commissaire de police Newton Fernandes, qui enquête sur l’organisation clandestine de São Paulo et dresse le profil de dizaines de leurs membres, déclare que Rousseff est l’un des principaux cerveaux. L’avocat qui poursuit l’organisation l’appelle Jeanne d’Arc de subversion, disant qu’elle a mené des grèves et conseillé des vols de banque. Elle est également surnommée la papesse de la subversion, une criminelle politique et une figure féminine d’aspect tristement notable. Rousseff ridiculise une telle comparaison, déclarant qu’elle ne se souvient même pas de bon nombre des actions qui lui sont attribuées. Selon son ancienne camarade et collègue actuelle, le ministre de l’Environnement Carlos Minc, son rôle dans le groupe est sensationnel. Parce qu’elle est une personne très importante, ils diront n’importe quoi à son sujet.

Rousseff est parfois décrite comme le cerveau du vol d’un coffre-fort appartenant à l’ancien gouverneur de São Paulo, Ademar de Barros. L’action est effectuée le 18 juin 1969 à Rio de Janeiro et rapporte 2,5 millions de dollars américains. C’est devenu l’action la plus spectaculaire et la plus rentable de la lutte armée. Carlos Minc nie la participation de Rousseff à l’événement, affirmant que la version répandue selon laquelle elle est la dirigeante de l’organisation est plutôt exagérée, car elle n’est simplement membre d’aucune distinction. À au moins trois occasions différentes, Rousseff elle-même nie également avoir participé à l’événement. Des témoignages et des rapports de police indiquent que Rousseff est responsable de la gestion de l’argent du vol, du paiement des salaires des militants, de la recherche d’un abri pour le groupe et de l’achat d’une Volkswagen Beetle. Rousseff ne se souvient que d’avoir acheté la voiture et doute qu’elle soit la seule responsable de la gestion de l’argent.

En 1969, VAR Palmares aura planifié l’enlèvement d’Antônio Delfim Netto, symbole du Miracle brésilien et du civil le plus puissant du gouvernement fédéral de l’époque. Cela aura été réalisé en décembre selon le livre Os Carbonários, écrit par Alfredo Sirkis en 1981. Antonio Roberto Espinosa, ancien chef du VPR et du VAR Palmares, aura déclaré que Rousseff est l’un des cinq membres de la direction de l’organisation qui en ont connaissance. L’enlèvement n’a pas lieu, car les membres de l’organisation sont capturés quelques semaines auparavant. Rousseff nie catégoriquement qu’elle est au courant du plan et doute que toute personne impliquée s’en souvienne vraiment beaucoup. Elle déclare également qu’Espinosa a fantasmé sur l’événement. Après avoir pris connaissance des citations qui lui sont attribuées, Espinosa nie avoir déclaré que Rousseff est au courant du plan, qui est en tout cas vague. Il dit que Rousseff n’a jamais participé ni planifié aucune action paramilitaire. Son rôle n’est que politique.

Même avec de grosses sommes d’argent, l’organisation ne réussit pas à maintenir son unité. Lors d’une conférence tenue à Teresópolis entre août et septembre 1969, il y a un différend majeur entre ceux qui soutiennent la lutte armée et ceux qui préconisent de travailler avec les masses. Rousseff est dans le deuxième groupe. Alors que le premier groupe se divise en VPR paramilitaire, dirigé par Lamarca, le second – y compris Rousseff – continue sous le nom de VAR Palmares. Il y a un différend sur l’argent et les armes. Après la scission, Rousseff est envoyée à São Paulo, où elle est en charge de la sécurité des armes de son groupe. Elle évite le risque de les garder dans des appartements en emménageant avec une amie dans une simple pension de famille dans la zone est de la ville, où ils cachent les armes sous leurs lits.

José Olavo Leite Ribeiro, qui rencontre Rousseff trois fois par semaine, est capturé par les militaires. Comme le rapportée Ribeiro, après une journée de torture, il révèle l’endroit où il rencontrera un autre militant, dans un bar de la Rua Augusta à São Paulo. Le 16 janvier 1970, il est contraint de se rendre au bar accompagné de policiers en civil, où son collègue est capturé et, alors qu’ils s’apprêtent à partir, Rousseff, 23 ans, arrive de façon inattendue. Réalisant que quelque chose ne va pas, Rousseff essaie de quitter l’endroit sans se faire remarquer. Les policiers soupçonnent Rousseff et la fouillent, découvrant qu’elle est armée. Sans le pistolet, il est possible qu’elle se soit échappée, explique Ribeiro. Rousseff est considérée comme une prise suffisamment importante pour qu’un procureur militaire la qualifie de Jeanne d’Arc du mouvement de guérilla.

Rousseff est emmenée au siège de l’OBAN, le même endroit où Vladimir Herzog sera torturé et tué cinq ans plus tard. Elle aura été torturée pendant 22 jours par des coups de poing, des férules et des décharges électriques. Comme Maria Luisa Belloque, une camarade de cellule, dit Dilma a été choquée même avec le câblage de la voiture. Certains anciens officiers militaires rejettent le récit de Rousseff, affirmant qu’elle n’aura pas pu survivre à cette torture. Plus tard, Rousseff dénonce les tortures qu’elle subit lors des procédures judiciaires, citant même les noms de ceux qui la torturent, comme le capitaine de l’armée Benoni de Arruda Albernaz, mentionné par plusieurs autres témoins. Bien qu’elle ait révélé la localisation de certains militants lors d’interrogatoires de torture, Rousseff réussit à préserver l’identité de Carlos Araújo et de Maria Celeste Martins. Le nom de Rousseff figure sur une liste trouvée au domicile de Carlos Lamarca, sur une liste de prisonniers qui auront la priorité en échange d’otages, mais elle n’est jamais échangée et purge sa peine.

Carlos Araújo est arrêté le 12 août 1970. Après la capture de Rousseff, il a une liaison avec l’actrice et collègue Bete Mendes. Après son arrestation, il rencontre Rousseff à plusieurs reprises, lors de déplacements concernant les poursuites militaires pour lesquelles les deux sont poursuivis. Ils passent même quelques mois dans la même prison de São Paulo, où ils se réconcilient lors de visites conjugales, prévoyant de reprendre la vie conjugale après leur libération de prison. Rousseff est condamnée en première instance à six ans de prison. Elle a déjà purgé trois ans lorsque la Cour suprême militaire réduit sa peine à deux ans et un mois. Elle voit également ses droits politiques suspendus pendant dix-huit ans.

En décembre 2006, la Commission spéciale pour la réparation du Bureau des droits de l’homme de l’État de Rio de Janeiro approuve une demande d’indemnisation de Rousseff et de dix-huit autres détenus dans les forces de l’ordre du gouvernement de l’État de São Paulo dans les années 1970. Dans sa demande, un témoin essentiel est Vânia Abrantes, qui est dans la même voiture de police qui la transfère de São Paulo à Rio de Janeiro. Rousseff demande également une indemnisation dans les États de São Paulo et Minas Gerais, car elle est arrêtée à São Paulo, mais emmenée pour interrogatoire dans les villes de Juiz de Fora et Rio de Janeiro. Elle demande également des dommages-intérêts au gouvernement fédéral. L’indemnité totale versée aux victimes de persécutions politiques peut atteindre 72 000 reais. Cependant, comme le déclarent ses conseillers, l’indemnisation a une valeur symbolique pour elle, et Rousseff ne demande que les demandes soient jugées qu’après son départ de la fonction publique.

Le 5 avril 2009, Folha de S. Paulo publie, en première page, un casier judiciaire présumé de Rousseff contenant des notes sur divers crimes qui auront été commis par elle. Le document aura fait partie du dossier du Département de l’ordre politique et social, la police politique du régime militaire. Rousseff met en doute la véracité du dossier, affirmant qu’il s’agit d’un document contrefait, ce qui conduit le journal à déclarer qu’il n’a pas obtenu le document à partir du dossier du DOPS, mais plutôt par e-mail et ne peut donc pas garantir sa véracité. Le record peut être trouvé sur un site d’extrême-droite qui soutient le régime.

Rousseff quitte la prison à la fin de 1972. Elle a dix kilogrammes de moins et a contracté une maladie de la thyroïde. Elle passe un certain à récupérer en famille à Minas Gerais, rend visite à une tante à São Paulo, puis déménage à Porto Alegre, où Carlos Araújo termine les derniers mois de sa peine. Elle reste dans la maison de sa belle-famille, d’où ils peuvent voir la prison où Araújo est détenu. Rousseff rend fréquemment visite à son partenaire, lui apportant des journaux et des livres politiques déguisés en romans. Le Presídio da Ilha das Pedras Brancas est désactivé et Araújo purge le reste de sa peine au Presídio Central. Un éminent avocat, Afrânio Araújo, le père de Carlos, décède en juin 1974, incitant ses amis à faire pression sur le régime pour la libération de Carlos, ce qui se produit une semaine plus tard.

Punie pour subversion conformément au décret numéro 477, considérée comme l’IA-5 des universités, Rousseff est expulsée de l’Université fédérale du Minas Gerais et empêchée de reprendre ses études dans cette université en 1973. Elle décide de suivre un cours préparatoire afin de passer l’examen vestibulaire en économie à l’Université fédérale de Rio Grande do Sul. Elle est admise à l’université et obtient son diplôme en 1977, cette fois ne participant pas activement au mouvement des étudiants là-bas. L’année précédente, en mars 1976, elle donne naissance à son unique enfant, sa fille Paula Rousseff Araújo. Après avoir obtenu son diplôme, elle obtient son premier emploi rémunéré après avoir purgé sa peine de prison en tant que stagiaire à la Foundation of Economics and Statistics, une organisation liée au gouvernement de Rio Grande do Sul.

Son activisme politique, cette fois dans le cadre de la loi, reprend à l’Institut d’études sociales et politiques lié au seul parti d’opposition légalisé, le Mouvement démocratique. Même si elle n’est pas affiliée au parti, Rousseff organise des débats à l’institut, qui reçoit des conférences de chercheurs tels que Francisco de Oliveira, Fernando Henrique Cardoso et Francisco Weffort. En 1976, Rousseff et Araújo travaillent pour la campagne de Glênio Peres, candidat MDB au conseil municipal. Bien qu’il ait été élu, le mandat de Peres est révoqué pour avoir dénoncé la torture du régime dans un discours. En novembre 1977, Rousseff est rapporté par le journal O Estado de S. Paulo comme l’un des 97 subversifs infiltrés dans l’administration publique. La liste est établie par le ministre de l’armée démissionnaire, Silvio Frota, qui résume le contexte politique de ceux qu’il énumère. Rousseff, qualifiée de militante Colina et VAR Palmares cohabitant avec le subversif Carlos Araújo, est renvoyée de son poste à la FEE, bien qu’elle ait ensuite été graciée.

En 1978, Rousseff fréquente l’Université d’État de Campinas, avec l’intention de recevoir une maîtrise en économie. À cette époque, elle commence à participer à un groupe de discussion formé par d’autres anciens membres de VAR Palmares, tels que Rui Falcão, Antonio Roberto Espinosa et finalement Carlos Araújo. Se réunissant tous les trois mois, le groupe dure quelques années. Ils liront les œuvres de Karl Marx, Nicos Poulantzas et Louis Althusser, discutant du moment opportun pour reprendre leur activité politique. Rousseff déclare qu’elle a suivi le programme de maîtrise, mais ne l’a pas terminé, faute de présenter sa thèse. C’est pourquoi je suis retournée à l’université pour poursuivre un doctorat. Et puis je suis devenue ministre et je n’ai pas terminé le doctorat, explique-t-elle. Ses diplômes universitaires font l’objet de controverses, car sa biographie officielle répertorie ces diplômes de maîtrise et de doctorat qu’elle n’a jamais obtenus. Elle est cependant inscrite deux fois au programme d’études supérieures en économie à l’Université d’État de Campinas, sans jamais remplir les conditions requises pour ces diplômes.

En 1968, elle épouse le journaliste Cláudio Galeno de Magalhães Linhares, qui présente Rousseff, 20 ans, au mouvement de résistance clandestine contre la dictature. Au début des années 1970, Rousseff se sépare de Galeno et commence une avec Carlos Franklin Paixão de Araújo. Elle divorce légalement de Galeno en 1981.

Rousseff et Araújo ont une fille nommée Paula Rousseff de Araújo née en 1976. Rousseff divorce d’Araújo en 2000.

Selon Rousseff, elle aime l’histoire et s’intéresse à l’opéra. Au début des années 1990, elle s’inscrit à un cours de théâtre grec dispensé par le dramaturge Ivo Bender. La mythologie grecque devient alors une obsession pour elle et, influencée par Pénélope, elle décide d’apprendre à broder. Son actrice préférée est Fernanda Montenegro. Son site Web affirme qu’elle est une lectrice assidue, citant Machado de Assis, Guimarães Rosa, Cecília Meireles et Adélia Prado comme ses auteurs préférés.

Elle comprend très bien l’anglais lorsqu’il est parlé lentement et peut parler espagnol et une quantité limitée de français.

Paula Rousseff, née le 27 mars 1976 à Porto Alegre, Rio Grande do Sul, est la fille unique de Dilma Rousseff et de son ancien mari, Carlos Araújo. Paula est diplômée en droit et occupe le poste de procureur du travail à Porto Alegre.

Paula Rousseff épouse Rafael Covolo, administrateur d’entreprise, à Porto Alegre le 18 avril 2008.

Le 9 septembre 2010, Paula Rousseff donne naissance à son premier petit-fils, un garçon du nom de Gabriel Rousseff Covolo, dans la ville de Porto Alegre, lors de la campagne présidentielle de 2010 de sa mère. Après le dernier débat avec quatre autres candidats, le 30 septembre 2010, dans la ville de Rio de Janeiro, qui est diffusé à la télévision nationale, Rousseff s’envole pour Porto Alegre pour le baptême de Gabriel dans la cathédrale catholique romaine le 1er octobre 2010.

Lors d’une conférence de presse le 25 avril 2009, Rousseff révèle qu’elle suit un traitement pour retirer un lymphome axillaire à un stade précoce, un cancer du système lymphatique, qui est détecté dans l’aisselle gauche lors d’une mammographie de routine. Il est diagnostiqué comme un lymphome diffus à grandes cellules B, un type de grade intermédiaire, mais ses chances de guérison sont jusqu’à 90%. Elle suit un traitement de chimiothérapie curative pendant quatre mois.

À la mi-mai 2009, elle est hospitalisée à l’hôpital Sírio-Libanês de São Paulo, avec de fortes douleurs aux jambes. Le diagnostic est une myopathie, une inflammation musculaire résultant du traitement du cancer. Début septembre de la même année, elle révèle qu’elle a terminé son traitement de radiothérapie, prétendant être guérie, ce qui est confirmé par la suite par ses médecins. Elle commence à porter une perruque en raison de la perte de cheveux causée par la chimiothérapie.

Après sept mois de port de perruque, Rousseff porte ses cheveux bruns naturels lors du lancement du 3e programme des droits de l’homme le 21 décembre 2009. Elle a annoncé en novembre qu’elle retirera sa perruque dès que ses cheveux seront plus uniformes. Elle dit qu’ils sont encore plein de trous, c’est pourquoi elle ne peut pas emporter [la perruque] là-bas à Copenhague , au Danemark. Elle admet publiquement avoir porté une perruque pour la première fois en mai de la même année, quand elle l’appelle en plaisantant comme une petite perruque basique.

Bien que Rousseff déclare que sa pensée politique change radicalement – du marxisme au capitalisme pragmatique – elle reste fière de ses racines radicales.

Les opinions de Rousseff sont principalement pro-vie, ne soutenant l’avortement que pour les grossesses qui mettent en danger la vie de la mère ou qui sont le résultat d’un viol, cas dans lesquels la législation brésilienne actuelle autorise les femmes à mettre fin à leurs grossesses. Cependant, elle est critiquée par des secteurs de l’Église catholique au Brésil et d’autres groupes religieux, en raison de son soutien pour la légalisation de l’avortement. C’est également la principale cible des critiques de la campagne de José Serra ainsi que du magazine Veja, qui met en avant les positions passées et actuelles de Rousseff. Le sujet ne disparait des informations que lorsque l’information est rendue publique que l’épouse de José Serra, Monica Serra, aura subi un avortement dans sa jeunesse.

Interrogée sur les poursuites pénales contre le gardien de Flamengo Bruno Fernandes de Souza, accusé d’avoir tué son ancienne petite amie Eliza Samudio, Rousseff déclare qu’elle s’oppose à la peine de mort. Selon elle, si elle était efficace, il n’y aurait pas de tels crimes aux États-Unis.

Rousseff s’oppose au mariage gay, mais soutient les unions civiles homosexuelles. Elle dit: Le mariage est une question religieuse. Moi, en tant qu’individu, je ne dirais jamais ce qu’une religion devrait ou ne devrait pas faire. Nous devons les respecter. Au sujet de l’union civile homosexuelle, Rousseff déclare que les droits civils fondamentaux devraient être reconnus dans le cadre juridique civil. Elle s’oppose également à la légalisation des drogues illicites, déclarant que le Brésil n’est aujourd’hui pas en mesure de proposer la dépénalisation de toute drogue.

En tant que membre du Parti des travailleurs, un parti socialiste qui s’oppose à la politique de la Troisième Voie, Rousseff est censée être contre la privatisation et le néolibéralisme. La Nation, comme exemple de cette justification, décrit la victoire de Rousseff comme une défaite pour le Consensus de Washington. Rousseff, cependant, adopte une position ambiguë sur les questions qui impliquent la privatisation. Elle est, par exemple, favorable à l’octroi à des entreprises privées de la construction de nouvelles centrales électriques et de nouvelles routes, au cas où il serait moins coûteux de les réaliser par des subventions que par des travaux publics. En outre, elle favorise la privatisation des aéroports afin de préparer les infrastructures brésiliennes pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014.

Elle s’engage également à approfondir le réseau de protection sociale inauguré par l’administration Lula, affirmant que, sous son règne, le Brésil continuera de croître, avec l’inclusion sociale et la mobilité.

En 2014, lors des élections présidentielles, la présidente Dilma Rousseff soutient la criminalisation de l’homophobie, invoquant le taux élevé d’actes de violence contre les homosexuels dans le pays.

Lorsque le système bipartite obligatoire prend fin au début des années 1980, Rousseff participe, avec Carlos Araújo, aux efforts de Leonel Brizola pour restructurer le Parti travailliste brésilien. Après que le Tribunal suprême électoral a donné le registre des noms au groupe lié à Ivete Vargas, Rousseff et le groupe lié à Brizola fondent le Parti travailliste démocratique. Araújo est élu député d’État à trois reprises pour ce parti, en 1982, 1986 et 1990. Il est également candidat du parti au maire de Porto Alegre à deux reprises, perdant face aux membres du Parti des travailleurs Olívio Dutra en 1988 et Tarso Genro en 1992. Rousseff obtient son deuxième emploi au milieu des années 80 en tant que conseillère pour les membres PDT de l’Assemblée législative de Rio Grande do Sul.

Rousseff et Araújo se consacrent à la campagne d’Alceu Collares pour le maire de Porto Alegre en 1985. Une grande partie de sa plate-forme de campagne et de son plan gouvernemental est préparée chez eux. Après avoir été élu, Collares nomme Rousseff comme secrétaire municipal du Trésor. C’est son premier emploi dans la branche exécutive. Selon Collares, Araújo l’influence lors de la nomination de Rousseff, mais sa compétence contribue également à son choix.

Dans la campagne de gouverneur de son compatriote membre du PDT, Aldo Pinto, en 1986, Rousseff a un rôle de conseil. Le colistier de Pinto est Nelson Marchezan, l’un des civils les plus éminents du gouvernement militaire brésilien. Ils seront vaincus par le candidat PMDB Pedro Simon. Vingt ans plus tard, dans une interview, Rousseff tente de justifier l’alliance controversée : Marchezan était un chef de la dictature, mais il n’a jamais été enragé. L’aile Marchezan était l’aile des petits propriétaires radicalisés . Et c’était un gars éthique.

Rousseff reste secrétaire au Trésor jusqu’en 1988, date à laquelle elle sort pour se consacrer à la campagne d’Araújo pour le maire de Porto Alegre. Elle est remplacée par Políbio Braga, qui dit que Rousseff le persuade de ne pas prendre ses fonctions. Elle aura dit qu’elle ne peut pas contrôler ces fous et qu’elle part avant que cela ne ternisse ma biographie. Alors que Collares se souvient de Rousseff comme d’un exemple de compétence et de transparence publique, Braga n’est pas d’accord, déclarant qu’elle ne nous a même pas laissé un seul rapport, et le secrétaire au Trésor était un chaos.

La défaite d’Araújo largue le PDT de la branche exécutive locale. En 1989, cependant, Rousseff est nommée directeur général du conseil municipal, mais est licenciée par le conseiller municipal Valdir Fraga, président de la législature locale, après son arrivée tardive pour le travail. Comme Fraga le dit plus tard, je l’ai licenciée parce qu’elle avait un problème avec le chronomètre.

En 1990, Alceu Collares est élue gouverneure, nommant Rousseff président de la FEE, où elle a été stagiaire dans les années 1970. Elle reste en fonction jusqu’à la fin de 1993, date à laquelle elle est nommée Secrétaire à l’énergie et à la communication sous l’influence de Carlos Araújo et de son groupe. Elle reste en fonction jusqu’à la fin de 1994, au même moment où sa relation avec Araújo a pris fin, ébranlée par la découverte qu’une autre femme est enceinte de son enfant, Rodrigo. Ils se réconcilient ensuite et restent ensemble jusqu’en 2000, lorsque Rousseff déménage seule dans un appartement loué.

En 1995, après la fin du mandat de Collares, Rousseff quitte son poste politique et retourne à la FEE, où elle est rédactrice en chef du magazine Economic Indicators. C’est au cours de cette interruption des fonctions publiques qu’elle s’inscrit officiellement au programme de doctorat de l’Université d’État de Campinas, en 1998. Cette même année, le Parti des travailleurs remporte l’élection du gouverneur de Rio Grande do Sul avec le soutien de PDT au deuxième tour. Une fois de plus, elle est nommée secrétaire à l’Énergie, cette fois par le gouverneur Olívio Dutra. Comme il le rappelle plus tard, je la connaissais et la respectais déjà. Je l’ai également nommée parce qu’elle était plus à gauche à l’intérieur du PDT, moins populiste.

Au cours de la première année de l’administration Dutra, le PDT a gagné quelques postes de haut rang, mais Brizola estime que son parti a très peu de place au sein du gouvernement, responsable d’une infime partie du budget. Incapables d’obtenir plus d’espace au sein de l’administration, les membres du gouvernement PDT sont poussés par les dirigeants du parti à se retirer. La formation de l’alliance politique pour l’élection du maire de Porto Alegre en 2000 est également une cause de friction entre les deux partis. Ils finissent par lancer chacun leur propre candidat. PDT est Collares et PT est Tarso Genro. Rousseff défend le maintien de l’alliance qui a élu Dutra, soutenant la candidature de Genro et affirmant qu’elle n’acceptera pas l’alliance néolibérale avec la droite. Ses détracteurs déclarent qu’elle est hypocrite, une fois qu’elle défend une alliance avec Marchezan aux élections de 1986. Genro bat Collares au deuxième tour et Rousseff, entre autres membres du PDT, rejoint le Parti des travailleurs Brizola les accuse d’être des traîtres.

Lors de la gestion par Rousseff du Secrétariat à l’énergie de l’administration Dutra, la capacité de service du secteur de l’électricité augmente de 46% en raison d’un programme d’urgence auquel participent des entreprises publiques et privées. En janvier 1999, Rousseff se rend à Brasilia afin d’alerter l’ administration Fernando Henrique Cardoso que si les autorités responsables du secteur de l’énergie n’investissent pas dans la production et la transmission d’énergie, les coupures de courant auxquelles Rio Grande do Sul aura dû faire face au début de son administration auront lieu dans le reste du pays. Par conséquent, la crise de l’électricité à la fin de l’administration Fernando Henrique Cardoso touche des millions de Brésiliens, à l’exception de ceux des trois États du sud, où aucun rationnement n’est imposé, car il n’y a pas de sécheresse. Il y a une économie d’énergie volontaire, et Rousseff essaie d’obtenir une compensation du gouvernement fédéral, comme cela est accordé à d’autres régions. Le gouvernement fédéral ne l’accorde pas et Rousseff doit faire des compromis avec le secteur privé. Selon Pedro Parente, chef de cabinet de l’administration Cardoso, elle était pragmatique, objective et a montré qu’elle avait un dialogue fluide avec le secteur des entreprises.

Les questions liées au domaine de l’énergie sur le plan gouvernemental du candidat Luiz Inácio Lula da Silva sont discutées lors de réunions coordonnées par le physicien et ingénieur nucléaire Luiz Pinguelli Rosa. Un autre membre important du groupe est Ildo Sauer. Tous deux sont totalement opposés à la privatisation du secteur, qui est, selon eux, responsable des problèmes énergétiques auxquels le pays est confronté. Pinguelli invite Rousseff à se joindre aux réunions de groupe en juin 2001, où elle arrive en tant que timide participante dans une équipe formée de plusieurs professeurs, mais se démarque rapidement par son objectivité et sa bonne connaissance du domaine. Cependant, il est clair pour tout le monde dans le groupe que Pinguelli deviendra le ministre de l’Énergie si Lula remporte les élections.

C’est une grande surprise pour tout le monde qu’après son élection, Lula ait choisi Rousseff comme ministre en exercice. Le président élu déclare : Déjà vers 2002, il apparaît là une camarade avec un petit ordinateur à la main. Nous avons commencé à débattre et je me suis rendu compte qu’elle avait une caractéristique différentielle des autres qui étaient là, car elle est venue avec le côté pratique du mission de diriger le secrétaire à l’Énergie de Rio Grande do Sul. Alors j’étais comme : je pense avoir trouvé mon ministre ici. Un autre facteur qui aura fortement pesé sur le choix de Lula est la sympathie qu’Antonio Palocci a pour Rousseff, reconnaissant qu’elle aura un dialogue beaucoup plus facile avec le secteur privé que Pinguelli, en plus de son soutien à la Carta aos Brasileiros, approuvant plusieurs changements favorables au marché du Parti des travailleurs. Dutra déclare qu’il a été consulté par Lula et salue les mérites techniques de Rousseff en tant que secrétaire à l’Énergie pendant son administration. J’aurais pu peser la balance en sa faveur à ce moment-là, mais à partir du gouvernement de transition, le mérite lui appartient, rappelle-t-il. Après sa nomination, elle devient très proche de José Dirceu, nommé par Lula comme nouveau chef de cabinet du Brésil.

Sa gestion du ministère est marquée par le respect des contrats passés par l’administration précédente, par ses efforts pour éviter de nouvelles pannes et par la mise en place d’un modèle électrique moins concentré entre les mains de l’État, différent de ce que souhaitaient Rosa et Sauer. En ce qui concerne le marché libre de l’énergie, Rousseff ne le garde pas seulement, mais elle le développe également. José Luiz Alquéres, président de Light SA, salue l’approche adoptée par Rousseff qui, selon lui, aide le segment dans son ensemble. Il critique cependant le retard dans la mise en œuvre du nouveau modèle, mais déclare que c’était la faute de l’appareil bureaucratique du gouvernement. Convaincu que des investissements urgents dans la production d’électricité sont nécessaires pour que le pays ne soit pas confronté à une panne générale en 2009, Rousseff entre dans un sérieux affrontement avec la ministre de l’Environnement de l’époque, Marina Silva, qui défend l’embargo sur plusieurs chantiers de construction, soucieux du déséquilibre environnemental qu’ils pourront causer. Dirceu doit créer une équipe de médiateurs entre les deux ministres afin de tenter de résoudre leurs différends.

Ami proche de Lula, Pinguelli est nommé président d’Eletrobrás et se trouve en désaccord avec Rousseff à plusieurs reprises, envisageant une fois sa démission anticipée. Il est ironique à propos des prétendues sautes d’humeur de Rousseff, citant avoir déclaré que cette dame formate son disque chaque semaine. Pinguelli quitte finalement le gouvernement fédéral en 2004. Mauricio Tolmasquim, membre du gouvernement de transition qui partage une vision du secteur de l’énergie similaire à celle de Rousseff, est invité par elle à être le secrétaire exécutif du ministère. Il déclare qu’une fois qu’ils se connaissent mieux, Rousseff commence à crier avec lui de temps en temps. C’est sa façon. Ce n’est pas personnel. Et en cinq minutes, tout va bien, déclare-t-il. Sauer affronte également le ministre, qui repousse ses idées de modèle étatique. Parfois, les affrontements entre eux sont si graves que l’intervention de Lula est nécessaire. Sauer quitte la compagnie pétrolière d’État en 2007. Un autre qui a des désaccords avec le ministre sur les questions énergétiques est l’ancien membre du Congrès Luciano Zica. Pour lui, Dilma est la personne la plus démocratique du monde, tant que vous êtes d’accord à 100% avec elle. Il quitte récemment PT et rejoint le Parti Vert avec Marina Silva.

Après être devenu ministre, Rousseff défend une nouvelle politique industrielle du gouvernement, garantissant que les plateformes de Petrobras ont un contenu national minimum, ce qui pourra générer 30 000 nouveaux emplois dans le pays. Elle fait valoir qu’il est impensable qu’un immeuble d’un milliard de dollars ne soit pas fabriqué au Brésil. Les offres pour les plateformes P-51 et P-52 sont alors les premières au pays à exiger un contenu national minimal. L’exigence est fortement critiquée, au motif qu’elle augmentera les coûts de Petrobras, mais Rousseff défend la capacité du pays à produire des navires et des plates-formes, déclarant que les taux de nationalisation des plates-formes, qui varient entre 15% et 18% passent à plus de 60% après l’exigence. Lula reconnait que, du point de vue de l’entreprise, les coûts sont en fait plus élevés, mais que Petrobras devra non seulement cibler les coûts immédiats, mais également le renforcement de la science et des technologies nationales. En 2008, l’industrie de la construction navale dans son ensemble emploie 40 000 personnes, contre 500 au milieu des années 90, en partie à cause de l’exigence de nationalisation. Le Brésil possède désormais la sixième plus grande industrie maritime au monde.

Rousseff propose d’accélérer les objectifs d’universalisation de l’accès à l’électricité, dont l’échéance est fixée à 2015, suggérant que 1,4 million de ménages ruraux auront accès à l’électricité d’ici 2006. Elle fait valoir que c’est un objectif d’inclusion sociale qui devra faire partie de Fome Zero et qu’il n’est pas possible de supposer qu’un tel programme apportera un rendement financier. Pendant l’administration Fernando Henrique Cardoso, un programme similaire, appelé Luz no Campo, est créé pour encourager l’agro-industrie à fournir le financement par le bénéficiaire. L’objectif du programme est de fournir de l’électricité à plus d’un million de foyers, mais au début de 2003, seulement la moitié d’entre eux ont été électrifiés. Selon Rousseff, les résultats de ce programme sont plus élevés dans les États où les gouvernements locaux le subventionnent pour la population. Elle défend alors un programme fortement subventionné par le gouvernement fédéral, qui devra non seulement subventionner, mais couvrir les coûts de l’universalisation de l’électricité. La subvention devra cependant être destinée au consommateur et non aux entreprises d’électricité.

Le programme est lancé en novembre 2003, sous le nom de Luz para Todos, axé sur les régions à faible indice de développement humain et vers les familles dont le revenu total est égal à trois fois le salaire minimum. L’objectif du programme est de fournir de l’électricité à 2,5 millions de ménages ruraux d’ici fin 2008. En octobre 2008, Rousseff reconnait que le gouvernement ne sera pas en mesure d’atteindre son objectif à temps, laissant 100 000 ménages derrière. En avril 2008, le gouvernement prolonge le programme jusqu’en 2010, afin de bénéficier à 1,17 million de familles supplémentaires. 49% des connexions du programme sont concentrées dans la région du nord-est du Brésil, qui représente, de janvier 2005 à mai 2008, 37,8% de tous les nouveaux câblages de la région, ce qui fait que le nord-est dépasse la région du sud en consommation d’énergie pour la première fois. Bien qu’il ait été initialement annoncé comme financé par le gouvernement fédéral.

En tant que ministre de l’Énergie, Rousseff a le soutien de deux ministres clés de l’administration Lula : Antonio Palocci et José Dirceu. Après que Dirceu démissionne de son poste de chef de l’état-major présidentiel en raison de son implication dans le soi-disant scandale Mensalão, au lieu d’être affaibli, Rousseff est choisie par Lula pour être le nouveau chef de cabinet. Elle prend ses fonctions le 21 juin 2005, devenant la première femme à occuper ce poste. En tant qu’ancienne ministre de l’Énergie, elle siège également au conseil d’administration de Petrobras.

Selon Gilberto Carvalho, secrétaire particulier du président, Rousseff retient l’attention de Lula pour son courage face à des situations difficiles et pour ses compétences techniques. Franklin Martins, un autre combattant de la guérilla devenu ministre, déclare que Lula est très impressionnée par la gestion de Rousseff du ministère de l’Énergie, où elle empêche une autre panne d’électricité. Lula a réalisé qu’elle faisait bouger les choses, déclare-t-il. En choisissant Rousseff, Lula empêche également le différend politique entre Palocci et Dirceu de lui succéder, alors que Rousseff n’a pas une telle ambition d’être un nouveau membre du Parti des travailleurs, et n’appartenant à aucune faction du parti, elle se déplace bien dans tous d’eux. Rousseff déclare à Carvalho que sa nomination au poste de chef de cabinet est une bien plus grande surprise pour elle que sa nomination au poste de ministre de l’Énergie. De l’avis du sénateur de Rio Grande do Sul et de l’ancien gouverneur Pedro Simon, depuis que Rousseff prend ses fonctions, le sérieux est imposé dans l’état-major présidentiel.

Après que Rousseff prend ses fonctions, le consulat général des États-Unis à São Paulo envoie un long profil d’elle au département d’État américain. Il détaille plusieurs aspects de sa vie, parlant de son activité passée dans des organisations de guérilla, ses goûts et ses habitudes, et ses caractéristiques professionnelles, étant décrite comme une technicienne prestigieuse et détaillée, avec la réputation d’un bourreau de travail et une grande capacité d’écoute, mais manquant de tact politique, s’adressant directement aux techniciens plutôt qu’à ses supérieurs.

Le 13 juin 2010, après plus de deux ans de spéculation généralisée, Rousseff lance sa campagne en tant que candidate officielle à la présidentielle du Parti des travailleurs à l’élection présidentielle de 2010. À cette époque, l’ancien gouverneur de l’État de São Paulo, José Serra, candidat au bloc d’opposition de centre-droit, est en tête des élections depuis plus de deux ans. Avec la promesse de maintenir la politique populaire de Lula, Rousseff réussit à dépasser Serra dans tous les sondages fin juillet. Malgré le maintien d’une large marge sur lui, elle n’a pas reçu 50% des suffrages valables au premier tour et doit faire face à un second tour contre Serra le 31 octobre, lorsqu’elle est élue avec plus de 56% des voix, votes valides.

La coalition de Rousseff, Pour que le Brésil continue de changer, est initialement formée de neuf partis politiques, ce qui lui donne le plus de temps pour la publicité à la télévision. C’est la première fois que PT obtient plus de temps à la télévision que son principal rival, le Parti social-démocrate brésilien. Cependant, en vertu de la loi électorale brésilienne, le temps de télévision doit être réparti également sur le second tour. Les annonces de Rousseff sont notées pour leur professionnalisme et leur qualité de production, étant classé comme le meilleur programme électoral par 56% des électeurs.

La candidature de Mme Rousseff est également soutenue par des personnalités internationales notables, comme l’acteur portoricain Benicio del Toro, le Premier secrétaire du Parti socialiste français Martine Aubry, et le cinéaste américain Oliver Stone, qui enregistre un message en son nom, la chanteuse Alcione, l’économiste brésilienne portugaise Maria da Conceição Tavares et le journaliste Hildegard Angel enregistre également des messages au nom de Rousseff. Le 15 octobre, Tom Morello publie un message sur son compte Twitter soutenant sa candidature, qui, selon lui, représente les pauvres, la classe ouvrière et les jeunes.

Le 18 octobre 2010, des artistes et intellectuels brésiliens organisent un événement au théâtre Oi Casagrande à Leblon, Rio de Janeiro, pour manifester leur soutien à la candidature de Rousseff. Parmi eux, Chico Buarque, Beth Carvalho, Alceu Valença, Elba Ramalho, Emir Sader, Oscar Niemeyer, Leonardo Boff et Marilena Chaui. Ce même jour, elle reçoit une lettre de soutien de membres éminents du Parti vert européen, tels que Daniel Cohn-Bendit, Dominique Voynet, Monica Frassoni, Philippe Lamberts, Noël Mamère, José Bové et Yves Cochet. Selon la lettre, Serra représente le pire de notre société: les préjugés sexistes, le sexisme et l’homophobie, ainsi que les intérêts économiques les plus louches et myopes.

Le journal brésilien Brasil de Fato et le magazine CartaCapital déclarent tous deux leur soutien à la candidature de Rousseff. Rousseff remporte la présidence par une marge approximative de 56% à 44%, et prend ses fonctions le 1er janvier 2011, en tant que première femme présidente du pays. Elle devient la troisième femme chef de gouvernement de l’histoire du Brésil et la première femme chef de jure depuis la mort de Maria I, reine du Royaume-Uni du Portugal, du Brésil et des Algarves en 1816.

Au cours de sa campagne présidentielle, Rousseff subit une cure de jouvence, remplaçant les lunettes par des lentilles de contact, subissant une chirurgie plastique et adoptant une coiffure différente.

Le 26 octobre 2014, Rousseff est réélue présidente du Brésil, après avoir obtenu plus de 51% des voix dans la course électorale la plus proche depuis 1989. Un décompte officiel montre sa rivale, candidate de centre-droit Aécio Neves, prenant un peu plus de 48% des voix.

Selon les médias bulgares, la Bulgarie connait la fièvre de Dilma. Les médias locaux suivent de près la course présidentielle au Brésil, intéressés par l’élection d’un demi-bulgare pour régner sur la 5e nation la plus peuplée du monde et la 7e plus grande économie. Dans une interview pour le journal des 24 Heures, Rousseff dit qu’elle ressentait de la tendresse et de l’amour pour la Bulgarie. Je peux même dire que dans une certaine mesure j’ai l’impression d’être bulgare, même si je n’ai jamais été dans le pays où mon père est né. Mon père est décédé alors que j’avais seulement quinze ans et je n’ai pas eu la chance d’apprendre le bulgare.  En novembre 2010, une exposition a lieu à Gabrovo sur les origines de Rousseff.

Après l’élection de Rousseff, le Premier ministre bulgare Boyko Borisov l’invite promptement à une visite officielle dans le pays. Lors de son inauguration, il réitère l’invitation. Depuis son investiture, Rousseff reçoit 21 lettres de citoyens bulgares.

Le 4 octobre 2011, la Présidente Rousseff se rend en Bulgarie pour la première fois pour une visite d’État ainsi que pour une visite émotionnelle des racines dans la patrie de son père émigré décédé. Elle rend visite à la tombe de son demi-frère bulgare, Lyuben-Kamen Rusev, qu’elle n’a jamais rencontré et qui décède en 2007 à l’âge de 78 ans.

Dilma Rousseff est inaugurée en tant que présidente du Brésil le 1er janvier 2011. L’événement – qui est organisé par son équipe de transition, les ministères des relations extérieures et de la défense et la présidence de la République – est attendu avec une certaine attente, depuis qu’elle devient la première femme à avoir présidé le pays. Des figures féminines importantes de l’histoire du Brésil sont honorées par des panneaux répartis sur l’axe monumental. Selon la police militaire du district fédéral, environ 30 000 personnes y assistent.

Jusqu’au 21 décembre 2010, la maison d’édition du Sénat a imprimé 1 229 invitations à l’inauguration de Rousseff. Le Congrès national attend un total de 2 000 invités pour la cérémonie. Selon la presse, entre 14 et 17 chefs d’État et de gouvernement confirment leur présence. Parmi eux, José Sócrates, Juan Manuel Santos, Mauricio Funes, Alan García, José Mujica, Hugo Chávez, Álvaro Colom, Alpha Condé, Sebastián Piñera, Evo Morales et Boyko Borisov. Le président américain Barack Obama envoie la secrétaire d’État Hillary Clinton pour le représenter. L’ancien Premier ministre japonais Taro Aso est également présent.

En plus de la cérémonie officielle, l’inauguration de Rousseff présente également des concerts de cinq chanteuses brésiliennes : Elba Ramalho, Fernanda Takai, Mart’nália et Zélia Duncan et Gaby Amarantos. Le ministère de la Culture a organisé la partie culturelle de l’événement, y ayant prévu un budget de 1,5 million de réais. Les concerts commencent à 10h00 et s’arrêtent à 14h00, avec le début de la cérémonie officielle d’inauguration. Les concerts se poursuivent de 18 h à 21 h. Rousseff n’est pas présente, car elle organise une réception au Palais d’Itamaraty pour les autorités étrangères assistant à son inauguration. Chaque autorité étrangère a l’occasion de lui parler pendant 30 secondes.

Le 17 décembre 2010, Rousseff reçoit de la Cour suprême électorale un diplôme attestant de sa victoire à l’élection présidentielle de 2010, devenant ainsi la première femme de l’histoire du Brésil à le recevoir. Elle ne peut nommer tous les membres de son cabinet avant cette cérémonie, comme elle l’a souhaité. Rousseff achève la nomination des 37 membres de son cabinet le 22 décembre 2010. Même si elle a prévu que 30% de son cabinet sera composé de femmes, les femmes nommées constituent finalement 24% de son cabinet. Le Parti des travailleurs de Rousseff comprend 43% de son cabinet, avec 16 membres, tandis que 12 autres bureaux sont attribués à six des dix partis politiques qui forment sa coalition électorale gagnante. Les 9 autres cabinets ministériels, parmi lesquels se trouvent des bureaux clés tels que la présidence de la Banque centrale du Brésil, le ministère des Relations extérieures et le ministère de l’Environnement, sont attribués à des noms techniques non partisans.

Depuis qu’elle prend ses fonctions, Rousseff change quatre fois les membres de son cabinet. Elle devient la présidente qui promeut le plus grand nombre de changements de cabinet au cours des six premiers mois du gouvernement. Le 7 juin 2011, Antonio Palocci, alors chef de cabinet de Rousseff et chef influent du PT, démissionne de ses fonctions en raison d’un scandale impliquant l’évolution de sa richesse personnelle. Le même jour, le sénateur du Paraná Gleisi Hoffmann le remplace. Trois jours plus tard, Ideli Salvatti – ancienne Santa Catarina Sénateur de PT et ministre de la Pêche et de l’Aquaculture jusque-là – bureau échangé avec Luiz Sérgio – ancien maire d’ Angra dos Reis et député fédéral autorisé à Rio de Janeiro et secrétaire des relations institutionnelles jusqu’à ce moment. Le 6 juillet, Alfredo Nascimento, alors ministre des Transports, quitte ses fonctions après des allégations de surfacturation des travaux publics. Le 4 août, Nelson Jobim quitte le ministère de la Défense après une interview qu’il accorde au magazine Piauí critiquant à la fois Hoffmann et Salvatti. Rousseff nomme Celso Amorim pour le remplacer. Jobim a précédemment déclaré avoir voté pour José Serra à la présidence. Avec les changements, la présence féminine dans le cabinet est passée à 26%, tandis que la présence PT augmente à près de 45%.

À son arrivée au palais présidentiel, Rousseff annonce sa volonté de promouvoir les femmes. Mais elle réussit à peine à les nommer dans 24% des ministères. Les nominations dépendent des partis politiques de la coalition qui, à l’exception du Parti des travailleurs, ne soutiennent pas la discrimination positive.

Rousseff maintient une cote d’approbation majoritaire tout au long de son premier mandat. Fin mars 2013, son gouvernement est approuvé par 63% des Brésiliens, tandis que sa cote d’approbation personnelle était de 79%, un record personnel. Rousseff est également citée comme candidate préférentielle pour 58% des électeurs à l’élection présidentielle de 2014, au cours de laquelle elle est réélue. La popularité de Rousseff est attribuée aux mesures populaires de son gouvernement, telles que la réduction de la taxe fédérale sur la facture énergétique et l’exonération de la taxe fédérale sur les produits du panier de consommation. La baisse du taux au jour le jour menée par la Banque centrale du Brésil est également mentionnée comme une cause de la grande popularité de Rousseff. Cela amène certains à la considérer comme populiste, considération partagée par son prédécesseur Luiz Inácio Lula da Silva.

Début 2015, la popularité de Rousseff commence à décliner et en février 2015, un mois avant le début des manifestations de 2015 au Brésil, la cote d’approbation de Rousseff chute de 19 points à 23%, dont 44% la désapprouvaient. Après les protestations du 15 mars, le taux d’approbation de Rousseff tombe encore plus loin à seulement 13% avec un taux de désapprobation de 62%, l’un des taux de désapprobation les plus élevés des 20 dernières années d’un président.

En juillet de la même année, sa cote d’approbation atteint un nouveau creux, tandis que sa cote de désapprobation atteint 64%. Fin 2015, des milliers de Brésiliens commencent à manifester, exigeant la destitution de Rousseff.

En mars et avril 2015, des millions de manifestants descendent dans les rues lors des manifestations de 2015 au Brésil contre l’implication présumée de Rousseff dans le scandale de Petrobras, qui implique des pots-de-vin et de la corruption. Lorsque des allégations font surface selon lesquelles la corruption a eu lieu alors que le président Rousseff faisait partie du conseil d’administration de Petrobras, entre 2003 et 2010, les Brésiliens se fâchent contre le gouvernement et appellent à la destitution de Rousseff. Aucune preuve directe impliquant Rousseff dans le stratagème n’est rendue publique et elle nie en avoir eu connaissance auparavant.

La chaîne d’événements qui se termine par la destitution du président Rousseff est entamée par l’avocat anglais Jonathan David Taylor. En 2013, Taylor dénonce SBM Offshore NV, la société néerlandaise chargée de verser des centaines de millions de dollars à des cadres supérieurs de Petrobras en pots-de-vin pour remporter des contrats pétroliers et gaziers offshore, tandis que Rousseff préside la société nationale de pétrole et de gaz. Plus tard, SBM finance illégalement son Parti des travailleurs lors de la première élection présidentielle de Rousseff. Le scandale donne lieu à l’ opération Car Wash, ce qui conduit à la baisse de la popularité de Rousseff à 5% dans les sondages lorsque l’énormité des niveaux de corruption dans les organisations qu’elle dirige est révélée. En 2015, des millions de Brésiliens manifestent dans plus de cinquante villes et sa chute devient inévitable. Les révélations de Taylor conduiront plus tard le prédécesseur de Rousseff, le président Lula, à la prison pour corruption. Bien que l’exposition de Taylor ait eu un coût personnel élevé, SBM Offshore NV ayant entamé des procédures de diffamation et des poursuites pénales contre lui, mais Taylor est extrêmement fier d’être la personne responsable pour s’assurer que deux des présidents du Brésil prétendant être des héros de la gauche soient tenu pour responsable des énormes scandales de corruption qui ont lieu sous leur surveillance.

L’administration de Rousseff pousse à achever un certain nombre de projets de barrages hydroélectriques dans le bassin du fleuve Amazone, malgré les appels des résidents locaux des zones qui seront touchées, y compris les tribus indigènes, et les pressions des groupes nationaux et internationaux. L’opposition aux projets de barrage, en particulier le projet de barrage de Belo Monte, est motivée par des préoccupations environnementales, économiques et relatives aux droits de l’homme, à la fois pour les personnes à déplacer et les travailleurs amenés d’autres parties du Brésil pour construire les barrages. Le chef de Xingu Raoni Metuktire et les membres d’autres tribus touchées par des projets de barrages hydroélectriques proposés ou déjà en construction, des ONG brésiliennes et internationales, dont Greenpeace, Amazon Watch et International Rivers et des célébrités internationales, dont le réalisateur James Cameron, l’actrice Sigourney Weaver et le musicien Sting, appellent tous appelé à l’arrêt des projets hydroélectriques de bassin.

Les conditions de travail des travailleurs sur les projets sont dures, tandis que les salaires sont bas malgré un coût de la vie élevé sur les chantiers éloignés. Cela conduit à des grèves et à d’autres actions des travailleurs de plusieurs projets hydroélectriques. Au printemps 2012, 17 000 travailleurs du site du barrage de Jirau se mettent en grève pendant plus de trois semaines, et plus tard, certains commencent à piller les magasins de l’entreprise, à incendier les structures du barrage et à détruire les logements des travailleurs. Les troupes militaires sont finalement déployées pour réprimer l’émeute et mettre fin à la grève.

Pendant ce temps, plusieurs tribunaux, bureaux et gouvernements des États continuent de plaider pour arrêter les projets de barrage. Le statut du projet Belo Monte est inversé si souvent par des injonctions et des appels que seule la Cour fédérale suprême du Brésil reste – ainsi que, théoriquement, la Cour interaméricaine des droits de l’homme, l’organe judiciaire du Organisation des États américains, qui appelle également le Brésil à suspendre Belo Monte et d’autres projets accusés de violations des droits de l’homme. Cependant, le président Rousseff a déjà rappelé l’ambassadeur du Brésil auprès de l’OEA et a en outre retenu la contribution annuelle du Brésil à la CIDH, d’environ 800 000 $ US.

Rousseff est moins populaire auprès des mouvements sociaux LGBT brésiliens que prévu d’un président de gauche, et une raison souvent citée est qu’il existe de nombreux cas dans l’équilibre des pouvoirs du gouvernement où des désaccords avec les factions de droite peuvent avoir des effets secondaires. Par exemple, bien que le Brésil soit un État laïque et que l’ Église et l’État soient séparés, la religion est ouvertement discutée et impliquée dans la politique. Le meilleur exemple est le caucus évangélique.

La Cour suprême fédérale du Brésil statue 10-10 en mai 2011, avec une abstention, pour légaliser les unions civiles de même sexe. Le même mois, cependant, une porte-parole de la présidente Dilma Rousseff annonce qu’elle a suspendu la distribution de vidéos d’éducation sexuelle par le biais des ministères de la santé et de l’éducation, affirmant que des kits anti-homophobie, comme on les appelle, étaient inappropriées pour les enfants et n’offrent pas une vision objective de l’.

Lors de l’ élection présidentielle de 2014 , la présidente Dilma Rousseff soutient la criminalisation de l’ homophobie.

Depuis le 25 mai 2012, le gouvernement de Rousseff fait l’objet de plusieurs grèves de fonctionnaires, notamment de professeurs d’université. La grève laisse des millions d’étudiants sans cours pendant des mois. Selon O Globo , un journal de Rio de Janeiro, elle pense que les emplois du secteur privé devront être prioritaires dans les politiques de son gouvernement.

En août 2011, Rousseff figure sur la liste Forbes des femmes les plus puissantes du monde, en 3e position, derrière Merkel et la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton. En octobre 2010, elle est incluse dans la liste Forbes des personnes les plus puissantes du monde, à la 16e position. Elle est la troisième femme la mieux classée de la liste, après Angela Merkel et Sonia Gandhi, présidente du Congrès national indien.

Le 20 septembre, elle reçoit un Woodrow Wilson Public Service Award au Pierre Hotel de New York, distinction qui est également décernée à son prédécesseur en 2009. Le lendemain, elle devient la première femme à ouvrir une session des de l’Assemblée générale des Nations Unies. Rousseff est présentée sur la couverture du magazine Newsweek le 26 septembre 2011.

Le 2 décembre 2015, Eduardo Cunha, président de la Chambre des députés, accepte une pétition pour la destitution de Rousseff. Un comité spécial tient des audiences et recommande à la Chambre plénière d’autoriser la présentation des accusations au Sénat. Le 17 avril 2016, la chambre basse vote à la majorité requise des deux tiers de ses membres pour présenter la pétition de destitution au Sénat, et e fait le 18 avril 2016. Une commission spéciale du Sénat conclut dans un rapport que l’accusation justifiait une procès de mise en accusation et a recommandé un procès de mise en accusation. Le 12 mai 2016, le Sénat entame le processus judiciaire de mise en accusation. Rousseff est notifié et en vertu de la Constitution du Brésil automatiquement suspendue de la présidence en attendant une décision finale du Sénat. Le vice-président Michel Temer assume ses pouvoirs et ses fonctions de présidente par intérim du Brésil pendant la suspension.

Le 31 août 2016, le Sénat, siégeant en tant qu’organe judiciaire, vote par 61 voix contre 20 en faveur de la destitution, déclarant Rousseff coupable de violation des lois de finances et de sa révocation. Temer prend ensuite ses fonctions et prête serment en tant que président du Brésil.

Le 5 août 2018, la convention du Parti des travailleurs du Minas Gerais officialise Rousseff en tant que candidat au Sénat, représentant l’État, aux élections de 2018. Elle se classe quatrième aux élections et ne gagne pas. Sur les deux sièges au Sénat de Minas Gerais, Rodrigo Pacheco et Carlos Viana sont les gagnants.

Recevez chaque mois un e-book "HISTOIRE" en vous inscrivant gratuitement à notre lettre d'information.

À lire sur tous les supports électroniques.

Inscription réussie, merci !

Retour haut de page