Louis III et la tempête normande

Louis III et la tempête normande

Vers 880, les Normands ravagèrent le nord de la France, comme le rapporte ce témoignage :

« Ils incendièrent le monastère et l’église de Saint-Quentin, et en même temps l’église de la Mère de Dieu à Arras. Le roi qui les poursuivait ne fit rien d’utile. Au printemps, ils gagnèrent les régions du littoral ; demeurant là tout l’été, ils chassèrent les Flamands de leurs terres et dévastèrent tout par le fer et le feu. À la fin octobre, ils remontèrent la Somme ; ils contraignirent à la fuite le roi et toute son armée. Ils se préparèrent alors à hiverner à Amiens ; de là, ils ravagèrent tout le pays, autour de l’Oise et jusqu’aux bords de la Seine, brûlant les monastères et les églises du Christ ; personne ne leur résistait. »

L’énergique Louis III, qui partageait le pouvoir avec son frère Carloman, finit toutefois par y parvenir.