Les Bender : les premiers tueurs en série actifs aux États-Unis

Les Bender : les premiers tueurs en série actifs aux États-Unis

À la fin de l’année 1870, les Bender arrivèrent à Osage Town­ship dans le sud-est du Kansas. Ils s’installèrent  dans une résidence qui devint une auberge idéale pour les voyageurs épuisés de l’Osage Trail.

 

Durant les mois qui suivirent, des personnes se mirent à dis­paraître le long de l’Osage Trail. À cette époque où les liaisons postales étaient assez peu fiables et les dispa­ritions n’étaient pas remarquées directement. Ce n’est qu’avec le temps, lorsque les noms des disparus commencèrent à s’ac­cumuler que les soupçons apparurent. Dans les communau­tés voisines, les rumeurs et les spéculations allèrent bon train. Parmi les disparus se trouvait un médecin très connu, William H. York, qui avait disparu au mois de mars 1873 alors qu’il parcourait les 160 kilomètres de route qui séparaient Fort Scott d’Independence au Kansas. Peu de temps après sa disparition, la ville décida que toutes les fermes se trouvant dans cette zone devaient être fouillées. Trois jours plus tard, un fermier de la région aperçut le bétail des Bender en train d’errer, visiblement à la recherche de nourriture. Une enquête plus approfondie permit de découvrir que l’auberge avait été désertée et que tout ce qui s’y trouvait avait disparu. Une puanteur abominable émanait du foyer des Bender en lui-même, et on découvrit plus tard qu’elle provenait d’une trappe dans le sol qui menait à une véritable mare de sang coagulé.

 

L’excavation du verger derrière la demeure des Bender révéla une dizaine de corps, dont celui de York. Le docteur avait été passé à tabac et avait eu la gorge tranchée. Huit autres victimes avaient été tuées de la même manière. Seul le corps d’une petite fille de dix-huit mois faisait exception à la règle : elle avait été enterrée vivante à côté du corps nu de son père. Des membres d’autres victimes furent également retrouvés dans la propriété. Il fut impossible de déterminer avec certitude le nombre de victimes des Bender.


Cette famille sanguinaire ne fut plus jamais revue. Ils avaient tout simplement disparu dans le Kansas, laissant derrière eux une multitude de questions, auxquelles répondraient seulement des hypothèses et une imagination effrénée.

Même si personne ne survécut après avoir vu la famille en action, leur modus operandi est toujours décrit de la même manière. D’abord, la victime recevait un coup sur la tête. Ensuite, elle était dépouillée de ses vêtements et de tous ses objets de valeur. Enfin, le malheureux voyageur était jeté dans la cave où il était égorgé.

 

Des bébés morts

On raconta que John Bender Senior s’enfuit avec tout l’argent qu’il avait volé à ses victimes, laissant le reste de sa famille sans le sou. Une version de son histoire veut qu’il se soit suicidé dans le Lac Michigan peu de temps après avoir fait face à Ma et Kate.

 

Une histoire particulièrement sordide raconte que Kate et John Junior n’étaient pas frère et sœur mais plutôt amants. Selon cette version de la légende des Bender, ce couple eut de nom­breux enfants, qui furent tous tués d’un coup de marteau. Ces meurtres permirent au couple d’acquérir une certaine expé­rience en la matière pour les voyageurs d’Osage Trail. On ra­conte qu’ils fuirent d’abord en train puis à cheval au Texas ou au Mexique où John Junior serait mort d’une hémorragie.

 

 

Dans son livre de 1913, Les Bender du Texas, un avocat du Minnesota, John Tower James, avança que Ma et Kate avaient été capturées en 1889 au Michigan et ramenées au Kansas. Selon James, les deux femmes devaient y être jugées pour le meurtre de York, mais furent relâchées lorsque le procès fut postposé de février 1890 à mai 1890. Selon cette histoire, le comté ne voulait pas devoir loger ces prisonnières pendant trois mois supplémentaires.

 

Aujourd’hui, la terre jadis occupée par les Bender serait hantée par les fantômes de leurs victimes…

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.