sexe

Louis XVI a mis 7 ans avant de consommer son mariage

Le Dauphin Louis a 16 ans lorsqu’il épouse Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine, le 14 mai 1770. Certes, c’est assez jeune, mais ni la jeunesse ni le grand âge n’ont jamais empêché un roi de France de s’adonner au plaisir ! Le futur Louis XVI, lui, ne semble pas pressé. Ces choses-là ne l’intéressent pas. Plusieurs mois après les noces, il n’a toujours pas honoré son épouse comme il se doit. Quant à parler d’un héritier évidemment… On en est bien loin !

Sexe, prostitution et séduction

Attention, fragile ! Pour accomplir l’acte charnel avec succès, l’époux devait se concentrer totalement sur sa tâche et l’épouse toujours être à la fois consentante, passive, immobile et silencieuse. «…la femme – écrit C. Gleyes – doit s’efforcer, surtout quand elle est froide, de se montrer accueillante, chaleureuse, se gardant de toute action, de toute …

Sexe, prostitution et séduction Lire la suite »

Sexe et adultère au Moyen Age

Règles strictes des rapports sexuels Dans le monde chrétien, la sexualité était mal perçue par le clergé. Les théologiens condamnèrent la chair et le plaisir, exal- tèrent la pureté. Dans les pénitentiels du haut Moyen Âge re- vient souvent la formule : « L’homme ne doit pas voir son épouse nue», même pendant l’acte d’amour …

Sexe et adultère au Moyen Age Lire la suite »

Pratiques sexuelles, tabous et condamnations au Moyen Age

Magie amoureuse Angoissées à l’idée de se voir abandonnées par leur mari, les femmes leur faisaient boire des philtres magiques ou recouraient à des pratiques sexuelles prohibées par l’Église. Il est attesté vers l’an mil que certaines avalaient le sperme de leur conjoint, leur servaient à manger des poissons qu’elles avaient introduits encore vivants dans …

Pratiques sexuelles, tabous et condamnations au Moyen Age Lire la suite »

Le vibromasseur pour soigner l’hystérie

A sa création au XIXe siècle, le vibromasseur était utilisé en médecine pour soigner les femmes dites hystériques par massage de la vulve jusqu’à l’orgasme qui calmait alors la patiente. Cet acte était pratiqué par un médecin ou une infirmière, mais la médecine de l’époque ne voyait pas cela comme un orgasme, car elle pensait qu’il était impossible d’en avoir sans pénétration vaginale.

Retour haut de page