guerre

Les Américaines durant la Seconde Guerre mondiale

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, ce sont quelque 350 000 femmes qui servent au sein de l’Armée américaine, que ce soit sur le territoire américain ou à l’étranger. Parmi elles, les pilotes du service féminin de l’Armée de l’air (Women’s Airforce Service Pilots, appelées WASPs), qui ont reçu la prestigieuse récompense de la médaille d’or du Congrès américain. Au même moment, l’enrôlement massif des hommes crée un vide béant dans la main-d’œuvre industrielle. Entre 1940 et 1945, le pourcentage de femmes dans l’Armée américaine passe de 27 à presque 37 % et, en 1945, c’est presque une femme mariée sur quatre qui travaille hors du foyer familial.

Les oeuvres d'art réfugiées à Chambord

Entre 1939 et 1945, le château de Chambord eut un rôle peu connu : il servit de refuge pour œuvres d’art. En effet, pendant la guerre et sous l’occupation allemande, des centaines de pièces parfois très précieuses y transitèrent, comme la Joconde ou encore la Vénus de Milo.

Yang Kyoungjong : l’homme des trois fronts

Il est de ces destins qui, loin de ne causer que stupéfaction, suscitent en celui qui s’y intéresse la plus profonde admiration. En ce sens, l’Histoire regorge de ces hommes qui, par leurs décisions, leurs actes, leurs aventures et leurs épopées, illustrèrent des périodes entières de notre passé universel et éclairèrent les plus sombres époques.

Pas de pain frais pour les Anglais !

Durant la Seconde Guerre mondiale, le rationnement fut mis en place au Royaume-Uni, notamment pour le pain bien que l’essence était le premier produit de consommation à être contrôlé. Les légumes et les fruits frais n’étaient pas rationnés, mais les fournitures étaient limitées. 

Simo Häyhä, l'homme qui en tua plus de 500 !

  Simo Häyhä n’a, d’apparence, rien d’un héros de guerre : il mesure moins d’un mètre soixante, est très timide et ne ferait pas de mal à une mouche. Mais cette dernière caractéristique n’est valable qu’en temps de paix. Lorsque l’URSS envahit sa Finlande, il se transforme en un redoutable guerrier. Redoutable comment ? Il tue, seul et avec comme unique arme un sniper, 505 ennemis en un peu moins de cent

De la nécessité de ne pas vendre la peau de l'ours...

  Malgré les affirmations de tous les ministres de la guerre de tous les pays du monde et de tous temps, il est bien rare qu’une armée et ses combattants soient prêts à la guerre. Rappelons nous du ministre Edmond Le Boeuf qui déclara devant la représentation nationale à l’occasion de la déclaration de guerre Franco-Allemande de 1870 : « Nous sommes prêts et archiprêts. La guerre dût-elle durer deux ans, il ne